• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

jjwaDal

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 189 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 2 0


Derniers commentaires




  • 1 vote
    jjwaDal 4 août 19:40

    Oui. Je pense malgré tout qu’une alimentation végétarienne (voire très faiblement carnée) incluant des jeûnes réguliers doit être au moins aussi efficace. Notre corps est adapté à gérer les pénuries, bien moins à gérer l’abondance. Une alimentation très végétalisée est indispensable, comme une activité physique significative, la santé étant une synergie d’influences plus qu’un régime alimentaire purement végétalien qui se grefferait à de la sédentarité massive, du tabagisme ou de la consommation d’alcool, un environnement pollué (grandes villes) etc...

    Merci de rappeler le rôle de l’alimentation dans la santé, condition sine qua non mais pas suffisante néanmoins.



  • vote
    jjwaDal 25 juillet 17:32

    @JMBerniolles
    Ce n’est pas une thérapie génique, qui nécessite un malade d’une part et une volonté d’insertion d’un correctif dans le génome, qui est absente.
    M. Raoult ne peut l’ignorer et on ferait bien de le savoir tous.
    Néanmoins, il existe au moins trois voies par lesquelles notre organisme peut convertir de l’ARNm en ADN et éventuellement l’intégrer relativement aléatoirement dans notre génome et le soucis potentiel vient de là.
    Il a été démontré, contrairement aux assertions de Pfizer (notamment) via une étude de biodistribution dans l’organisme, peut médiatisée (on le comprend) que le produit de l’injection ne reste pas dans le deltoïde mais migre dans l’organisme et sans explication s’accumule dans deux sites préoccupants, à savoir la moelle osseuse et les ovaires. On ignore encore la raison et les conséquences, mais R. Malonne (un des pères des vaccins ARNm) souligne l’impérieuse nécessité de surveiller la survenue d’ici quelques années de leucémies, maladies auto-immunes, cancers.
    La protéine "spike" étant toxique, la fabriquer via un code génétique (qui n’est pas le nôtre mais qui peut le devenir éventuellement) est une étape pour laquelle nous avons zéro recul sur les effets à moyen et long terme.
    Dans ces conditions vacciner en masse des jeunes et des moins jeunes courant un risque marginal face au virus et à échelle de centaines de millions de cobayes est jouer à l’apprenti-sorcier.
    Dès lors que les vaccins à protéine recombinante ("Vanovax" par ex) ou à virus atténué ("Sinopharm" par ex) arrivent, on devrait privilégier la sécurité relative offerte par ces vaccins sur les vaccins à ARN et par ailleurs si les personnes à risque sont protégées de la contamination (ce qui est à tort affirmé) et protégés de l’hospitalisation ( à tort affirmé) et des formes graves (semble avéré par contre), alors pourquoi faire courir un risque à l’ensemble de la population ?
    On aurait dû interdire les vaccins à ARNm aux femmes non ménopausées par précaution élémentaire. Si on manque de chance, on pourrait aboutir au plus grand scandale sanitaire de tous les temps.



  • vote
    jjwaDal 11 juillet 19:44

    @yoananda2
    "que le gène arrive "par hasard et qu’on le sélectionne", ou bien qu’on "l’ajoute intentionnellement" ... au final, c’est le même gène, au final c’est la même plante.

    "
    Sûrement pas. Il n’y a aucune chance qu’un gène de cactus de scorpion ou de méduse arrive dans le génome du maïs naturellement par ex, donc le transgène est bien un exogène contrairement à un gène issu d’une plante apparentée par ex. Pire que ça, la transgenèse a été entièrement fondée sur un postulat datant de Watson & Crick disant qu’un gène code pour une protéine sans rétroaction. La science a complètement démenti depuis ce postulat simpliste et on sait par ex que dans notre propre génome , 70% de nos gènes codent pour au moins 4 protéines différentes sans parler des conséquences de l’épigénétique. Donc quand vous insérez le transgène ayant la fonction désirée vous faites un pari que les autres protéines ne seront soit pas produites soit seront anodines, la plupart du temps sans le savoir (trouver une nouvelle protéine parmi des centaines voire milliers dans un OGM n’étant pas une partie de plaisir).
    Moins gênant quand vous transformez une plante qui sera digérée, mais si vous vous attaquez à l’humain les expériences de thérapie génique ont déjà prouvées sur de petits échantillons maladies auto-immunes comme cancers (activation d’oncogènes). Un abyme entre l’évolution humaine naturelle et toute évolution qui serait issue de la transgenèse.
    En résumé nous ne savons toujours pas prédire toutes les conséquences de nos manipulations génétiques les plus anodines, alors se lancer dans une "amélioration" serait faire oeuvre d’apprenti-sorciers. Ce que nous sommes souvent d’ailleurs.



  • 4 votes
    jjwaDal 3 juillet 21:23

    Il avait raison il y a plus de 15 ans sur les OGMs, même si on a eu de la chance jusqu’ici et il est bien possible qu’il ait raison ici aussi.En tout cas un chercheur intègre et dont les arguments ne sont pas à négliger.



  • 4 votes
    jjwaDal 2 juillet 11:44

    Ce ne sont pas des journalistes, ce sont des propagandistes d’une cause qui est celle des laboratoires, ni la nôtre, ni celle de l’assurance maladie, ni même celle de la société dans son ensemble.
    L’immense majorité de ceux ayant eu la Covid-19 ont eu la forme modérée pour laquelle une étude récente parue dans "Nature" indique qu’elle a formé une immunité contre le SARS-Cov2 qui est durable et potentiellement conservée à vie. Or notre système immunitaire voit tout le virus (pas seulement la protéine "spike") et donc est plus polyvalent que les virus à ARNm, a priori plus efficace dans la protection.
    Par ailleurs une étude anglaise récente montre bien que dans la population non vaccinée "tout venant" le taux de létalité du variant delta (l’Indien) est de 0,08%, donc tout sauf un fléau. Il est probable que chez les enfants par ex il est bien plus bas encore.
    Pourquoi dans ces conditions vouloir vacciner tout le monde "sans exception" ? Les seuls à y trouver un intérêt sont les laboratoires, pas l’assurance-maladie, pas le citoyen.
    La courbe des contaminations en Inde est en chute libre. On peut très difficilement l’attribuer à la vaccination et encore moins à l’Ivermectine puisqu’officiellement c’est de la poudre de perlimpinpin. Donc...
    Je pense sincèrement que les laboratoires veulent emballer la vaccination pour faire du chiffre avec que des études un peu dérangeantes ne soient publiées et que des alternatives à la vaccination se soient visibles en pleine lumière. Ils ont manifestement beaucoup d’alliées dont les politiques et les "journalistes" de grands médias.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité