• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

jjwaDal

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 135 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 4 votes
    jjwaDal 15 février 19:24

    De la part d’un dirigeant d’entreprise (parler de chef d’Etat serait faire injure à la fonction) le plus "hors sol" qu’on ait jamais vu, cette absence d’empathie pour les effets collatéraux de ses décisions est le cours normal des choses...
    Le président qui estimait que les aides sociales constituent un pognon de dingue (en fait une redistribution des plus fortunés vers les moins intégralement réinjectés dans le circuit économique) quand l’évasion fiscale est en roue libre et l’ISF une mesure de justice sociale prioritaire et non négociable...
    Le quart de la population se moque éperdument que les quart le plus pauvre peine à vivre, jeunes sans emplois, adultes à la dérive ou courant après leur survie, petites retraites de survie, etc...
    Il n’a jamais envisagé de déclarer la guerre à la pauvreté, juste aux pauvres. On commence à voir le résultat.
    L’inaction sociale, le silence assourdissant des grands médias et des syndicats (hors CGT) montre bien d’où il tire encore la force de continuer sur sa trajectoire.
    Lui n’a rien à perdre, nous tous beaucoup.
    A nous de voir ce que nous faisons.



  • 1 vote
    jjwaDal 2 novembre 2018 08:23

    @Login
    Faites-nous profiter de votre génie au lieu de nous toiser du sommet de votre taupinière. On est là pour apprendre de ceux qui savent (du moins, moi).



  • 2 votes
    jjwaDal 1er novembre 2018 22:45

    @hase
    Comme dans "Planète Interdite" le monstre est loin et gros en apparence. Il a la force de nos pulsions consuméristes, la puissance de notre inculture générale, de nos croyances religieuses dans le divin marché, la compétition de tous contre tous, du plus fort qui gagne. On a quitté une jungle pour en fabriquer une autre, quitté des formes de barbaries pour en inventer d’autres. Ce monde n’est pas devenu comme il est sans nous, il ne changera pas sans nous.
    On est face à une barbarie jamais vu à une telle échelle et il faudrait baisser les bras ? Des gens ont risqué dans le passé la torture et la mise à mort sommaire pour des idées et nous devrions sans connaître ces menaces nous laisser acculer au nihilisme et à la dépression ?
    Il y eu des "justes" au coeur de l’Allemagne nazie et eux leur peau était en jeu au quotidien. Nous nous pouvons nous exprimer, échanger, bichonner les passereaux et les abeilles, préserver un bout de savoir et de biodiversité, nous cultiver, acquérir un peu de recul sur nos limites et réapprendre la gentillesse.
    Ce qui m’excite le plus est d’apporter ma goutte d’eau quotidienne contre l’incendie. Les colibris sont têtus, "no passaran". smiley



  • 3 votes
    jjwaDal 1er novembre 2018 19:13

    ll parle à des croyants convaincus que leur religion est la seule et unique qui vaille et donc toute aporie est justifiable.
    J’imagine, un ministre ayant décidé de son suicide politique se lever et lui répondre : " Le CICE n’a jamais, bien sûr, été mis en place pour créer ou préserver des emplois. Mais vous savez bien que tous les pays sans exception soutiennent bec et ongles leur industrie pour gagner des parts de marché et comme personne ne veux se faire paupériser on en est tous à subventionner à mort l’offre (surabondante partout) donc les industriels au détriment de la demande (insatisfaite partout dans une fraction croissante de population).
    Si on stimulait la demande chez nous, frontières grandes ouvertes on subventionnerait la Chine en premier lieu, plutôt que nos entreprises qui doivent payer des salaires minimaux triple des chinois. Donc on subventionne sous cette forme quand d’autres utilisent d’autres moyens, c’est tout.
    Vous pensez que les Allemands nous ont consultés avant de baisser les salaires chez eux ou avant de faire faire leur travail par des smicards moins payés que les chinois en Europe centrale ou avant de lancer un appel à l’immigration massive dont une large part finira chez nous ? Vous pensez que l’Europe existe, M. Ruffin ? Vous pensez qu’on a accepté d’ouvrir nos frontières pour favoriser l’emploi chez nous et donc les cotisations sociales, M. Ruffin ? Vous nous prenez pour des imbéciles M. Ruffin, c’est vous qui êtes diablement naïf pour supposer qu’on est incapables de faire le petit calcul que vous nous avez jeté à la figure sans réfléchir.
    Depuis quand croyez-vous que la politique de ce pays se fait à l’Elysée ou dans ce parlement M. Rufin ? On exécute les ordres, c’est tout.
    Allez donc discuter avec la commission européenne, qui vous renverra vers Washington qui vous adressera aux fonds de pensions qui vous renverront au citoyen qui compte sur une retraite pour vivre qui vous renverra vers le législateur qui ne lui a pas donné le choix, qui vous renverra vers les entreprises qui elles n’ont pas de CICE et doivent lutter pour gagner...
    On sait bien que caresser un cercle peut le rendre vicieux M. Ruffin. Mais on sait rien faire d’autre...



  • 1 vote
    jjwaDal 31 octobre 2018 17:13

    Le "marché" est à nos sociétés ce que les pulsions sont à l’individu. Imaginer que lâcher la bride va résoudre tout les problèmes ne dure que le temps nécessaire pour taper violemment le mur. Qui a aimé 2007/2008 adorera ce qui nous attend.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès