• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

njama

njama

En avatar c'est bien moi, un portrait fait à l'été 2015 d'après selfie qu'une amie égyptienne m'a offert, j'en fus le premier surpris de l'avoir inspirée d'aussi loin, je ne m'y attendais pas ! Je l'avais mis dans mon profil ici sur ce site un certain temps sans explication. Il est très ressemblant, ajoutez quelques petites rides, trois cheveux en moins, ceux restants un poil éclaircis, une paire de lunettes en plus et il serait assez bien actualisé. L'âge nous métamorphose en douceur, c'est juste la vie, j'ai eu 65 ans récemment, c'est très loin d'être un drame.
Bien qu'étant par nature très discret sur ma vie privée, je m'aperçois avec le temps que le pseudonymat a ses limites, frustre des interlocuteurs, ou les égare, mon pseudo "njama" aidant à la confusion. Je n'en changerai pas, il me suit partout sur le web depuis une bonne douzaine d'années, je ne suis pas un troll. Derrière certains de mes commentaires, pseudo aidant, on m'a pris parfois pour un(e) africain(e), un(e) arabe, croyez bien que cela m'amusait et en fut fort flatté d'avoir pu paraître aussi humain(e) et cosmopolite du seul fait de l'expression de quelques-unes de mes diverses affinités intellectuelles, spirituelles, politiques, culturelles quoi !
Que dire de moi, une vie assez ordinaire enfin presque, je suis un peu monsieur toulemonde , je promène mon histoire singulière comme lui promène la sienne, et vous la vôtre.
Je suis né et j'habite dans le "Graaand Nooord" comme disait Galabru chez Les Ch'ti, très exactement sur la frontière à côté de nos amis belges. Je me sens d'ailleurs franco-belge. Il y a quelque chose d'exaltant à franchir une frontière, à l'enjamber, à la transgresser parfois, je le sais depuis la petite enfance, du temps pas si lointain où il y avait encore des douaniers en brigades volantes et des sentiers de contrebande dans la campagne pour du tabac. L'âge adulte et mes voyages me l'ont confirmé, les frontières c'est politique et c'est dans la tête, on peut se faire des amis partout, dans chaque pays on y trouve surtout des gens sympa, et on finit par se sentir étranger nulle part, et comme Diogène de Sinope habiter tous les pays de la terre, au moins en esprit.
Pour l'éducation, comme tous les enfants elle s'est faite dans les écoles où m'avaient envoyé mes parents. J'ai eu quelques excellents professeurs "qui m'ont appris à apprendre", je les en remercie, et d'autres moins charismatiques, que je remercie également pour le contraste qu'ils m'en ont donné sans s'en apercevoir, pour avoir préféré regarder par la fenêtre, et pour leurs enseignements.
Bac scientifique Mention Bien en poche, c'est ce qui nous "anime" qui m'intriguait, me magnétisait, tous ces ressorts de l'activité sociale, et individuelle, ce mouvement brownien que je voulais comprendre, décrypter, ce qui m'animait, et je comptais bien m'orienter vers une fac de philosophie ou de psychologie, ou d'histoire peut-être... une orientation vers des connaissances anthropologiques en somme me semblait au flair une bonne piste à suivre
Mon souhait fut illico très très mal reçu et retoqué par mon patriarche de père, par un "si c'est ça tu prends la porte !" joignant avec son bras et son index, le geste à la parole !
Médecin, généraliste puis radiologue, formaté par son époque d'avant guerre et la fac de médecine, positiviste assumé, (pour se rassurer ?), tout ce qui était "psy" ou apparenté n'était pour lui que charlatanisme, sujet à intrusions, à percer l'âme et embrouilles... familiales sûrement, du moins sociales. C'était sans appel ! Peut-être craignait-il trop d'éloignement intellectuel entre nous si je m'aventurais dans un domaine qui l'horripilait vraiment  ? ou quelques destins périlleux dans cette direction pour sa progéniture ? ou les deux ? vrai que ses études de médecine avaient été un ascenseur social dans son destin et l'avaient rendu petit hobereau de province.
Mais voilà, la médecine ou être notaire ne m'intéressait pas, en rien, il me fallait choisir, action = réaction, j'ai pris la porte, je n'en ferais qu'à ma tête ! Un virage dans ma vie, à tourner les talons.
Les années passant, je me suis dis que sa réaction avait peut-être été au final une chance pour moi, qui sait si après une fac de philo je ne serais pas devenu un vilain petit sophiste... le salut est parfois dans l'adversité.
J'irai quand même m'inscrire en terrain neutre en sciences éco par curiosité pour voir à quoi ressemble une fac, elle m'aura appris quelques bases des grandes théories économiques, celle marxiste particulièrement qui s'enseignait encore à l'époque. Une inopinée grande et longue grève m'en libéra au printemps après quelques mois, il me fallait rebrousser chemin. Je quittais le nord pour le sud à y faire quelques boulots saisonniers, et trois sous en poche je me mis à voyager.
Après les (frustrantes) obligations militaires où l'on se sent juste 'un corps" pris en otage je refis une tentative en fac de droit, pas plus motivante, même si quelques matières étaient assez passionnantes, histoire et philosophie du droit, droit constitutionnel pour comprendre comment cet édifice alambiqué s'est construit comme en géologie par strates successives et a muté au fil des siècles pour nous donner ces montagnes de lois aujourd'hui, qui nous asphyxient parfois. Non ce n'était pas ma route, il me fallait en changer.
Aprés reflexion, j'abandonnais donc l'université pour celle de la rue, de la vie, après tout j'avais appris à apprendre, je n'avais pas besoin d'être chaperonné par un maître, j'avais les clés pour étudier, pour comprendre. Il me fallait aller de l'avant, à l'aventure et construire mon encyclopédie.
Des petits boulots encore, des trois sous encore et des voyages encore. En 82 je me mariais, puis une vie professionnelle un peu assagie, un vrai patchwork qui m'aura fait pénétrer différents univers, qui ne méritent pas d'en faire l'inventaire, c'était la page d'avant, j'ai fait valoir mes droits à la retraite. Trois enfants, cinq petits enfants, six bientôt... dont deux franco-mexicains, un pont vers un autre continent que la Vie m'a offert. Me voilà, franco-belge-mexicain.
Intello, un peu quand c'est nécessaire, il faut, savoir se défendre parfois, mais suis autodictate d'une manière générale, et manuel aussi, très bon bricoleur, gamin j'adorais observer les ouvriers..., je sais rénover une maison de A à Z, j'évite le gros oeuvre... trop fatiguant.
Orientation politique internationaliste... et en dirais plus peut-être un jour.

Tableau de bord

  • Premier article le 22/02/2016
  • Modérateur depuis le 11/06/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 1096 78
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires




  • vote
    njama njama 14 octobre 22:24

    Sylvie Simon

    de 7’52 à 9’04 :

    « L’Éducation nationale ne vous apprend pas à penser (...) on diminue de plus en plus l’instruction des gens et après on reproche aux parents de vouloir faire l’école eux-mêmes, mais moi je les comprends très bien, moi si j’avais des petits enfants je leur dirais non vous n’allez pas aller à l’école, non, je vais vous enseigner des choses. Et c’est pas pour ça que l’on fait partie d’une secte. Et il est normal, s’il y a plusieurs personnes, il y en a un qui va être... professeur de maths par exemple et l’autre qui est très fort en littérature, il est normal qu’ils s’allient ensemble pour faire une petite école avec 5 / 6 élèves, et puis après ça grandit. »

    https://www.youtube.com/watch?v=cMI5ct8gAC4



  • vote
    njama njama 14 octobre 22:23

    Il y a fort à parier que le projet de Macron « d’instruction scolaire obligatoire » soit retoqué, il est anti-constitutionnel :

    En France, c’est l’instruction qui est obligatoire, pas l’école. La fréquentation des établissements scolaires n’est pas la seule option en France pour instruire ses enfants. La législation française prévoit également un mode d’instruction, encore méconnu et mal connu, l’instruction en famille (IEF).

    Code de l’éducation
    L’instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes, français et étrangers, entre trois ans et seize ans. La présente disposition ne fait pas obstacle à l’application des prescriptions particulières imposant une scolarité plus longue. Article L.131-1 du Code de l’Education

    La liberté de l’enseignement et la liberté de conscience sont des droits fondamentaux reconnus par la Constitution française, ils fondent directement, pour les parents la possibilité de choisir d’instruire leur enfant en famille.

    La liberté d’enseignement est un principe fondamental reconnu par les lois de la République, selon la décision du Conseil constitutionnel du 23 novembre 1977.

    Le Conseil Constitutionnel affirme que « La liberté d’enseignement est un principe fondamental reconnu par les lois de la République, ayant donc valeur constitutionnelle. »

    La liberté de conscience est elle aussi un principe fondamental reconnu par les lois de la République. Elle concerne la liberté religieuse et la liberté des opinions philosophiques.

    La déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 10 décembre 1948 rappelle le droit des parents à choisir l’éducation de leur(s) enfant(s).

    Article 26
    3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

    Depuis 1998, l’instruction en famille est devenue un mode d’instruction très encadré.

    Le cadre juridique
    Les cours par correspondance
    Jurisprudences

    https://www.lesenfantsdabord.org/la-loi/



  • vote
    njama njama 14 octobre 22:22

    Sauf preuve du contraire on peut créer une école en France, moyennant de passer par des démarches administratives déclaratives, et que les lieux répondent aux normes d’hygiène et de sécurité.

    Idem pour créer une crèche pour enfants.

    Ces établissements font évidemment l’objet de contrôles réguliers de l’inspection académique, ou de l’administration.

    Pour passer sous contrat d’association avec l’État, et donc pouvoir toucher des subventions publiques il faut avoir effectué au minimum 5 exercices consécutifs et satisfait aux conditions préalables correspondant aux programmes de l’Éducation nationale, enseignements et nombre d’heures d’enseignement, évaluations pédagogiques, scolaires nationales.

    Ainsi ont été créées des écoles Steiner-Waldorf, Montessori, des écoles confessionnelles chrétiennes, juives, musulmanes... dont un certain nombre ne cherchent même pas à passer sous contrat d’association avec l’État.

    https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=%C3%A9cole+steiner+avignon



  • 3 votes
    njama njama 13 octobre 18:13

    dans la même veine en provenance d’Allemagne, en anglais

    Berlin 10102020 : Better Normal, not New Normal - www.ACU2020.org - World Doctors Alliance

    https://www.youtube.com/watch?v=_MWZP4B86rY&feature=youtu.be

    activez les sous-titres, la lecture peut aider

    en attendant une version sous-titrée en français



  • 3 votes
    njama njama 13 octobre 17:10

    La diffusion progresse

    La VO sur le compte YouTube du Dr Reiner Fuellmich

    est ici (en allemand)
    Money Talks V – Verbrechen gegen die Menschlichkeit 1 oct. 2020

    — 478 558 vues aujourd’hui 8 oct. 561 084 vues au 13 oct.

    https://www.youtube.com/watch?v=b5NsnjyWhqo

    et en version en anglais toujours par le Dr Reiner Fuellmich

    Crimes against Humanity 3 oct. 2020

    — 980 111 vues au 8 oct. 1 314 820 vues au 13 oct.

    https://www.youtube.com/watch?v=kr04gHbP5MQ

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris



Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité