• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Piotrek

Piotrek

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 57 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 1 vote
    Piotrek Piotrek 14 février 2015 19:02

    Plus ça va et plus j’en doute...

    En tout cas sur moi ça marche : j’ai commencé a évoluer le jour ou j’ai reconnu que je ne pouvais pas avoir toujours raison et que c’était à moi et non pas à un autre de penser pour moi.

    La technologie aussi me fait penser que c’est réalisable. La curiosité naturelle de l’Homme conjuguée avec les possibilités de la communication de masse font que, sans nous connaître et sans partager le même endroit ni même avis : nous pouvons échanger et, nous remettre en question.
    Remise en question qui va fatalement arriver tôt ou tard : face aux vagues d’opinions : il y aura quelqu’un avec qui nous ne sommes pas d’accord mais qui aura raison.

    Dans cet immense brassage d’avis, les technologies du big data permettront bientôt de révéler des corrélations que nous ne soupçonnions pas, de nous comprendre mieux et de mieux comprendre les autres. Au final, de nous montrer ce qui est important de ce qui ne l’est pas.

    Bien sûr il faudra être vigilent, pour que la technologie ne se retourne pas contre la majorité au profit d’une minorité. Pour cela il faut être capable de remettre en question ce qu’on nous dit.

    Majorité, remise en question, technologie. Sans optimisme exagéré, je crois que c’est possible.

    L’alternative au pouvoir de la majorité c’est le pouvoir d’une minorité ou d’un être unique. Le pouvoir de la minorité on l’a actuellement, j’admets que ça marche quand tout va bien, quand on nage dans l’opulence. Mais nos équilibres artificiels sont capricieux, et quand tout va mal, la perversité de la minorité qui s’accroche à tout ce qu’elle possède se révèle au grand jour. C’est naturel, c’est humain.
    Si l’on donne tous les pouvoirs à un homme ou à une machine (l’Intelligence Artificielle) nous ne pourrons, au final, que faire ce qu’on nous dit de faire. La vie n’aurait plus aucun sens.
    Un seul homme ne permettrait pas à tous les autres de s’accomplir. L’Intelligence Artificielle, elle le pourrait. Et si elle apparaît un jour, cela devra être son unique rôle : permettre à chacun de s’accomplir.

    J’y crois aussi, car quelles que soient nos origines, nos cultures, notre éducation, nos croyances, nos idées politiques : L’idée maitresse qui motive les individus c’est un meilleur lendemain pour soi et les autres. Que l’on soit libéral, communiste, FN, Syriza, ou l’Aube Dorée : on espérè. Même si les raisons ou la méthodologie diffèrent, le but est sincèrement le même.

    J’y crois aussi car aujourd’hui la minorité ne peut accéder au pouvoir qu’en mentant, en étant motivée que par son gain personnel, qu’en marchant sur la tête de ses compagnons pour devenir l’élu potentiel face à celui qui aura fait la même chose dans le camp opposé. Ca ne marche pas,ça ne marche plus dans le monde de l’information.

    Je pourrai continuer, mais si l’on trace les vecteurs de pouvoir, d’espoir, de volonté, de besoin d’accomplissement de chacun : Oui je pense que l’on peut arriver à une véritable démocratie car la définition de la paix ce n’est pas convertir tout le monde à une pensée unique, c’est faire en sorte que des pensées différentes cohabitent pacifiquement.



  • 3 votes
    Piotrek Piotrek 14 février 2015 15:38

    La question de fond est juste, effectivement la majorité n’est ni gage de vérité ni de justice.

    Cependant ça serait un peu trop facile de s’arrêter là et de jeter le bébé avec l’eau du bain en pointant vers autre chose.
    Vous l’avez dit : le problème vient de la foule, donc la solution doit s’y trouver aussi. Avec des individus plus conscients, plus informés, plus sages et moins impatients, dans le cadre d’un débat savamment articulé, il est évident que l’on se rapprocherait de la vérité et de la justice.

    Quand on dit que le diable est dans les détails, c’est peut-être pour qu’on rentre dans les détails et qu’on l’en chasse !



  • 2 votes
    Piotrek Piotrek 29 novembre 2014 12:05

    La théorie du jeu. Le dilemme du prisonnier est un jeu fini, simultané à somme non nulle.

    nous ne nous en sortirons pas en nous opposant les uns les autres,

    C’est juste, faut donc commencer par ce qui nous unit, votre commentaire m’a fait réagir, on peut donc présumer qu’il divise.

     et notamment le public et le privé !

    L’opposition public/privée disparaît doucement. Ceux qui se trouvent au sommet de la politique grugent le fisc, privatisent les gains et nationalisent les pertes...
    De l’autre coté les grandes entreprises s’octroient des réductions d’impôts, remplacent les services de l’état (les partenariats PPP par exemple)

    Vous avez vu les nouvelles idées à l’UMP ? Toute la dialectique s’articule autour de l’état trop cher pour ses clients.



  • 1 vote
    Piotrek Piotrek 29 novembre 2014 00:17

    Tout à fait !

    Pire, ça coute 1.5$ pour extraire 1$ de ressources fossiles aux USA. C’est pas Piotrek qui le dit c’est Bloomberg.
    C’est subventionné par l’état et par des subprimes du même calibre que ceux qui ont failli faire péter le système en 2008 ! Les USA c’est devenu un bain à bulles.

    Ha la-la, les libertariens devraient tourner 7 fois autour de leur clavier avant d’écrire quoique ce soit !



  • 5 votes
    Piotrek Piotrek 28 novembre 2014 23:49

    Les nouvelles régions : ok faut pas être sorti de l’ENA pour voir la débilité du truc, le grand écart entre l’économie pratique (qu’on arrive jamais à faire) et le clientélisme (qu’on a trop l’habitude de voir) C’est pas un privilège de la gauche, c’est un héritage de la politique de ces 40 dernières années.

    La suppression du jour de carence : ouais pourquoi pas, punir plutôt que motiver, c’est une approche.

    Par contre vous avez été un peu vite sur le sondage Ipsos (que j’ai retrouvé)
    Pour 71% des personnes interrogées, les pouvoirs publics n’aident pas assez les entreprises.
    Kerviel pour la société géniale : perte de 5 milliards, presque 2 milliards de déduction d’impôt ?
    Dexia : perte de 172 milliards, dont (dont 7 milliards pour l’état pour l’instant)

    Une méga-remise en question des allocs ça porte sur 1 milliards d’économies seulement. Moralité : demandez un vrai sondage à Piotrek ! En plus vous aiderez un français de la France d’en bas d’en bas (je donne un label "a fait bossé Piotrek")

    Le CICE ? Soit les PME n’en ont jamais entendu parler, soit il faut embaucher un physicien nucléaire spécialiste de la pression interne des trous noirs soit un énarque pour mettre ça en place.
    La honte ? Le premier bénéficiare du crédit à l’innovation c’est pas la startup innovante ou l’ESA (ceux qui posent un robot sur un astéroïde) non... c’est la Poste ! Le pauvre postier il a même pas un vélo électrique. Merci l’innovation !

    Alors vous finissez sur la théorie du jeu en mathématique, avec la théorie du prisonnier. Et vous n’avez rien compris ! Tout porte sur la nature irrationnelle de l’être humain ! Vous allez revenir vendredi prochain en espérant caser votre discours totalement biaisé et vous vous prendrez encore une petite claque.
    Plus on prend les gens pour des cons plus ça marche, vous citoyens ? Non toi pas comprendre : Moi Citoyen

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris


Les thèmes de l'auteur






Palmarès