• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Joe Chip

Joe Chip

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2052 0
1 mois 0 26 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 2 votes
    Joe Chip Joe Chip 7 août 16:45

    @Hijack ...

    Je ne cherche même pas à avoir raison ... on croit tous être objectifs, mais si tu penses honnêtement que tu t’es gourré, c’est tout à ton honneur ... sauf si tu plaisantes ou une utilises encore une sorte de stratégie qui t’est propre. 

    Il est plus sain de chercher à avoir raison, quand c’est à juste titre et/ou de bonne foi, que de s’enfermer dans le déni en cherchant à faire passer cela pour une attitude empreinte de sagesse ou de simplicité.

    Si tu veux, tu peux aussi t’enfermer dans une boîte avec toutes tes certitudes en te bouchant les oreilles pour ne plus rien entendre d’autre, mais cela n’a rien à avoir avec une attitude saine et constructive. 

    Cette posture caractéristique des "dissidents" les plus bouchés et de certains croyants est le summum de l’arrogance, surtout quand pour abréger la discussion ou couper court à la contradiction on qualifie ces dernières "d’inutiles".



  • 1 vote
    Joe Chip Joe Chip 7 août 16:07

    @Qirotatif

    D’une manière générale, les Africains se méfient des afro-descendants qui débarquent de France pour leur dire quoi faire et quoi penser après avoir vécu dans le confort pendant 30 ou 40 ans, surtout quand ils ne vont pas jusqu’au bout de la démarche comme Dieudonné et arrivent plein de belles paroles mais avec les mains vides. 

    Les Africans sont beaucoup plus dubitatifs que le français moyen et peu réceptifs aux discours purement idéologiques. En Afrique, si tu n’apportes pas de l’argent, des ressources ou un savoir-faire, personne ne t’écoute ou te prend au sérieux. Raison pour laquelle un investisseur Chinois sera toujours mieux accueilli qu’un comique franco-camerounais.

    En outre, le Cameroun n’a jamais vraiment été une colonie française à l’image de certains autres pays d’Afrique francophone, donc en règle générale on ne rencontre pas chez les Camerounais un ressentiment particulièrement vivace contre la France, ce qui limite d’emblée l’emprise du discours anticolonial/antifrançais classique.  

    Le ressentiment de Dieudonné est celui d’un métisse au parcours construit (média, films, etc.) et à l’identité complexe. L’arnaque de base est de politiser ce vécu et de le projeter sur des Africains qui ne lui ont rien demandé. Dieudonné peut porter le boubou, parler des pygmées, de la forêt africaine, la vérité est qu’il est un invité sur le continent africain, presque au même titre qu’un français blanc. 



  • 3 votes
    Joe Chip Joe Chip 7 août 13:19

    @pegase

    Ne vous fatiguez pas, j’ai un ami qui est directeur d’une prison, le constat est tout simplement accablant !

    Tiens si, justement, je vais me fatiguer un peu pour vérifier le "constat". 

    Tu peux communiquer STP le nom du directeur et de la prison, ce sont des informations à caractère publique qu’il n’y a aucune raison de ne pas divulguer. Tu n’es pas journaliste non plus, donc pas la peine de protéger tes sources. En tant que citoyen concerné j’aimerais pouvoir vérifier la pertinence du constat si besoin en contactant l’administration pénitentiaire.

    Comme je te l’ai dit une fois, tu devrais commencer par dresser la liste des trucs que tu ne connais pas, car quel que soit le sujet tu te présentes systématiquement comme une personne délivrant une opinion experte, certifiée, autorisée. Et quand tu n’es pas directement impliqué ou concerné (au plus haut niveau) tu as toujours un "ami qui". 

    On se demande donc ce que tu fous là au lieu de faire profiter la France et l’humanité de ton expertise encyclopédique. 

    Ou alors tu n’as pas d’ami directeur de prison et c’est encore une invention comme tout le reste pour te faire mousser...



  • 2 votes
    Joe Chip Joe Chip 6 août 12:59

    Non mais j’ai vu un représentant de la majorité hier à la télé qui reconnaissait qu’il était impossible matériellement de lutter contre ces signaux et de pénaliser le harcèlement dans la plupart des situations concrètes, mais que ce n’était pas le but de la loi. Le but de la loi est de corriger en amont les mentalités masculines et d’institutionnaliser un "changement de moeurs". 

    En résumé, cette loi ne changera rien au quotidien des femmes qui continueront bien entendu de subir insultes sexistes, menaces et agressions dans la rue. En revanche, il s’agit d’établir un climat coercitif diffus et juridiquement flou, comme dans les dictatures, pour influencer le comportement de l’individu moyen. 

    La logique est à la fois imparable et profondément retorse : le harcèlement subtil étant impossible à qualifier juridiquement dans la plupart des cas, tout comportement peut donc être interprété à priori comme du harcèlement, et devient passible de sanction... 



  • 3 votes
    Joe Chip Joe Chip 5 août 10:53

    On sait très bien que ces lois vont avoir pour effet de pourrir la vie de millions d’hommes tout en n’arrangeant pas la situation des femmes subissant quotidiennement le harcèlement de rue et les violences à caractère sexiste.

    Par peur du regard mal interprété, du mot de trop, de la sanction sur le lieu du travail ou tout simplement de l’infamie, beaucoup d’hommes déjà peu dégourdis avec les femmes vont basculer dans l’évitement, l’autocensure, l’indifférence ou même la crainte à l’égard des femmes. 

    En revanche, les prédateurs sexuels par abus de pouvoir (gros porc à la Weinstein profitant de sa position) et les délinquants sexuels qui sévissent dans la rue, eux, continueront comme si de rien n’était ou presque.

    Evidemment, c’est le but des féministes. Elles ne cherchent pas à punir les comportements pathologiques mais à établir un système coercitif qui affectera l’ensemble des hommes, c’est à dire, statistiquement, l’homme moyen, affublé de ses problèmes, de ses doutes, imperfections, etc... tout comme les antiracistes ne cherchent pas à punir les actes racistes mais à rééduquer des "blancs"’ soupçonnés collectivement et à priori de tendances racistes inhérentes à leur éducation et aux modes de représentation de la culture dominante, etc...

    Quand le législateur prétend rectifier les comportements, un peu comme on le ferait avec des chiots, et corriger les mentalités en se donnant le prétexte de la loi ou du progrès social pour le faire, le résultat ne peut être que liberticide. 

    On ne peut pas non plus exclure un effet de désinhibition pathologique chez certaines femmes enclines à la mythomanie, à l’érotomanie, au délire de persécution, au délire de revendication, à la victimisation, à la quérulence, à la jalousie. La loi de par son caractère étendu et sa formulation imprécise pourrait en effet être interprétée comme une validation du trouble intime et une caution du délire sur le plan légal. La levée du surmoi (de l’interdit social intériorisé) pourrait donner lieu à une décompensation psychique faisant basculer des milliers de femmes instables ou en situation difficile dans la psychopathie. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès