• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Joe Chip

Joe Chip

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2516 0
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 2 votes
    Joe Chip Joe Chip 29 septembre 22:42

    @Joe Callagan

    J’ai juste donné mon opinion, sans avoir invectivé quiconque ni affirmé à aucun moment détenir la vérité. Vous avez la liberté de me contredire ou de démontrer en quoi je raconte n’importe quoi. Ou de vous taire si vous n’avez rien d’autre à dire. 
    Du reste c’était mon premier passage depuis des mois mais merci de m’avoir rappelé pourquoi j’ai raison de ne plus trop m’attarder par ici, et visiblement, je ne suis pas le seul. smiley



  • 3 votes
    Joe Chip Joe Chip 29 septembre 22:33

    @Conférençovore

    l’autre tocard de playmobile que ces abrutis de Français ont élu en 2017 l’a bien fait donc rien d’insurmontable et de deux, la réalité est que ce n’est pas aussi décisif qu’il y a 20, 10 ou même 5 ans (la preuve avec Micron : tu crois qu’il s’en est envoyé bcp des verres de blanc sur le marché en s’empiffrant de plats locaux ? Lol. Rien du tout). 

    Pas pareil. Macron est passé au second tour en proposant une formule "antisystème" paradoxale mais habile et en cocufiant au passage tous les politiciens qui avaient laborieusement déconstruit le clivage gauche-droite depuis 10 ans. Il a rassemblé la bourgeoisie urbaine et les classes moyennes supérieures de droite et de gauche, ce qui était suffisant pour passer au second tour et battre automatiquement ou presque MLP.
    Par ailleurs, Macron avait en réalité de puissants soutiens et l’intégralité des médias qui ont fait sa campagne.



  • 2 votes
    Joe Chip Joe Chip 29 septembre 22:14

    @Conférençovore

    "Ils sont encore dans l’ancien monde, celui des partis, celui des meetings, des affiches, des candidats qui font les marchés pour serrer des pinces, etc. Marine maîtrise ces (encore) incontournables exercices."

    Ouais, ou ils sont encore dans la réalité. Le pourcentage de la population française réellement engagé sur les réseaux sociaux ou qui regarde quotidiennement cnews ne doit pas dépasser 10%, ça reste sociologiquement marginal dans le cadre d’une élection présidentielle. La plupart des gens pannent que dalle aux références historiques et aux citations de Zemmour. C’est la raison pour laquelle les guéguerres idéologiques du moment auront sans doute peu d’impact sur le résultat. La plupart des gens se décideront quelques semaines avant l’élection essentiellement en fonction de la préservation de leur intérêt économique.

    Par ailleurs Zemmour n’est pas du tout sur un positionnement "antisystème" mais cherche plutôt à phagocyter LR tout en détachant du RN la bourgeoisie droitarde qui voterait encore Marine. J ’ai l’impression qu’il n’empiète pas vraiment sur le coeur de l’électorat RN c’est à dire les ouvriers et la petite classe moyenne qui s’inquiètent surtout de l’immigration en termes économiques et sociaux. Je suis pas sûr que les "marottes" identitaires de Zemmour sur la Franche chrétienne et les prénoms étrangers les aimantent tant que ça. Beaucoup de gens vont voter RN précisément pour tout ce que Zemmour lui reproche, c’est à dire le "social". 

    De fait, il y a un boulevard à gauche même si les commentateurs se gargarisent du fait que la "France est de droite". La France de droite ? Vu le niveau de redistribution sociale, de prélèvements, de subventions, une telle assertion prête à sourire. Donc il est pertinent pour MLP de rester sur ce créneau "social-national" (oui, dans cet ordre) sachant que ce prolétariat ne votera pas pour Mélenchon.

    Zemmour ne connaît pas la population française, tout ce qu’il croise dans ses meetings c’est du bourgeois réac et des hipsters identitaires de youtube (je caricature, quoique...).

    Il se calque sur le social-conservatisme des anglo-saxons en croyant à tort pouvoir l’importer en France et unir la bourgeoisie conservatrice et le prolétariat "national" sur le thème de la défense de l’identité. C’est une manière très anglaise de voir la politique, alliance du libéralisme économique et du conservatisme culturel. Rappelons que Trump n’a pas fait campagne principalement sur l’immigration mais sur l’économie, le protectionnisme, la fiscalité et le travail. Pareil pour Johnson qui a vendu aux britanniques le projet de "Global Britain".

    Ca ne peut pas marcher en France, car le peuple est hostile au libéralisme économique, contrairement au peuple anglais ou américain. Même s’ils galèrent économiquement, les Anglais et les Américains acceptent la donne, mieux, ils en tirent une forme de civisme et d’abnégation qui sont inconnus en France. Il n’y a pas ou peu de ressentiment social dans les pays anglosaxons. Dans un pays plus égalitaire, il est partout, car chacun constate ou croit constater qu’il est moins égal que l’autre.

    Zemmour le sait très bien, l’a théorisé lui-même à un autre époque, mais est désormais obnubilée par sa croisade identitaire. Je dirais même que le fait que Zemmour soit devenu le nouvel épouvantail idéologique doit arranger MLP. Même si Zemmour venait à s’effondrer dans les sondages (ce qui à mon avis a une bonne chance d’arriver) il sera difficile de la rediaboliser de manière crédible.



  • 1 vote
    Joe Chip Joe Chip 24 mai 11:10

    @Gaspard Delanuit

    Un jour il va falloir songer à faire votre mise à jour "2.0", le "gars de la vidéo" qui fait des dizaines de milliers de vue sur youtube ne doit pas fréquenter ce recoin de la dissidentosphère pour y débattre avec les tauliers. Y faut pas croire, la plupart des gens n’ont pas vraiment envie de lire les remugles qui tiennent lieu ici d’opinions ou d’arguments, ou commenter la 110ème vidéo sur Saint Raoult en deux mois.
     
    Et le format de cette vidéo correspond au standard des "youtubeurs" (montage ultra cut, débit ultrarapide proche du "flow", ton "dynamique" et informel). Sans vouloir vous bousculer, les "jeunes" sont friands de ce type de contenu, certains doivent d’ailler la regarder tout en jouant en ligne ou en la laissant en fond sonore. 

    Allez lire d’ailleurs les commentaires positifs de la vidéo originale sur youtube.

    Je vous traiterais bien avec une touche de mépris amusé de "boomer" pour conclure cette présentation, mais il n’est pas interdit non plus d’aller voir de temps en temps ce qui se passe en dehors d’agoragogo et d’où proviennent les contenus publiés ici (le problème ne se poserait pas si les "auteurs" des articles respectaient des règles élémentaires de citation...)

    Mais moi c’est plutôt le fond qui m’interpelle. Un nombre croissant de types sans références ni qualifications évidentes (on suppose que "Monsieur Phi" est étudiant en philo) prétendent désormais apprendre ce qu’est la liberté ou présenter des oeuvres dans des formats ultracourts, le tout dans des contenus hyper formatés souvent orientés développement personnel (car le savoir en tant que tel n’est rien s’il ne m’apporte rien au sens pratique du terme).
     
    Car au-delà de l’aspect formel, c’est cette réduction de la complexité des oeuvres et des thèmes pour les faire entrer dans un format assimilable par les "jeunes" (qu’on suppose incapables de se concentrer ou de s’intéresser plus de 10 minutes) qui pose problème. Sans parler des effets de mode générés par l’agrégation des clics autour de certains auteurs (comme Nietzsche) qui deviennent alors de simples véhicules pour des messages hyper simplifiés et des résumés souvent caricaturaux de leur pensée. Le surhomme nietzschéen recyclé par exemple par la droite "masculiniste" friande de memes pour en faire une sorte de contradiction fantasmée de la "fiotte" produite par les sociétés progressistes. 

    Certains jugent cela d’un bon oeil, car c’est déjà une manière originale et inespérée de toucher un public à l’attention et aux centres d’intérêts volatiles. Mais ils n’ont pas du tout l’air de se rendre compte que les post-ados qui plébiscitent ce genre de contenu seront, pour la plupart, passés à autre chose dans quelques mois ou années, sauf pour ceux qui sont promis à devenir des adulescents refusant de décrocher du web et de sa dérision permanente. Les plus accros finiront sans doute sur un site de la dissidence du web, passant leur journée à commenter l’actu en ressassant leur amertume comme des vieilles grands-mères dépassées par tout ce qui va trop vite ou est trop complexe pour eux.

    On se demande bien enfin pourquoi ces notions essentielles comme la liberté ou "comment conduire sa vie" ne sont pas abordées en classe et surtout pourquoi payer des impôts si ces formats sont désormais préférés par la jeunesse pour "apprendre". Je sais pas, si un youtubeur anonyme peut faire mieux qu’un prof de philo ou de français, si un type avec un logiciel de montage peut produire des contenus plus intéressants ou adaptés qu’un cours d’histoire, il n’y a peut-être aucune raison de continuer à former des professeurs et financer le service public.

    On pourrait déléguer l’éduction des jeunes à youtube en signant une convention avec cet hébergeur et des partenariats avec les youtubeurs. Les ados pourraient rester dans leur piaule à visionner des vidéos de développement personnel, on leur filerait un peu de revenu universel pour qu’ils puissent éviter de faire la queue aux Restos du Coeur et histoire de bien atrophier en eux toute envie de dépassement ou de réalisation authentique de soi, de toute façon comme ils sont promis à devenir chômeurs ou grouillots... on ferait des économies ce qui permettrait de désendetter le pays.
    Et Les parents un peu ambitieux qui souhaiteraient faire bénéficier leur progéniture d’une éducation formelle et traditionnelle les enverraient dans des établissement privés et côtés formant les Übermensch appelés à diriger cette armée de post-ados végétatifs élevés par youtube tout droit sortis du film Idiocracy.



  • 9 votes
    Joe Chip Joe Chip 13 mai 16:27

    @Hijack ...

    Buisson ne représente rien par lui-même, d’où cette quête éternellement frustrée du "bon candidat". 

    C’est quoi la "mission" de Zemmour ? C’est quoi "la même soupe", "quelqu’un qui a le niveau" ? Vous pouvez parler de manière plus explicite car on ne comprend rien à ces expressions sournoises et à ce jargon soralien. 

    Et puis pourquoi cette obsession ? 

    Zemmour ne se présentera pas, sauf s’il cède à un penchant vaniteux, et s’il le fait il se mangera probablement une claque électorale car une chose que vous n’avez visiblement ici jamais l’air d’arriver à comprendre c’est qu’il y a une très grosse différence entre le monde des guéguerres idéologiques du web, de twitter et de la sphère médiatique et la sociologie électorale réelle.

    L’électeur français moyen ne suit pas les interventions de Zemmour sur Cnews, dont le succès doit d’ailleurs être remis en perspective (moins de 5% de l’audience télé). 

    Les buzzs qui défraient la chronique sur twitter animant des polémiques sans fin touchent moins de 0,5% de la population française. Les gens se contrefoutent des histoires de sionisme, de "national-sionisme", de "mission" cachée de Zemmour, de "même soupe Finky/BHL" surtout en ce moment où pour beaucoup de monde les inquiétudes portent sur des problématiques concrètes et immédiates.

    C’est quoi ou qui un "contradicteur sérieux" ? Et pourquoi cette obsession des "débats" ? 

    Donc même dans le cas où vous auriez enfin votre débat ultime entre Zemmour et "quelqu’un qui a le niveau" (Soral) ou je ne sais qui, ben en fait ça ne changerait rien, car plus personne ne sait qui est Soral en dehors des ghettos du net et tout le monde s’en fout. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité