• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Joe Chip

Joe Chip

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2345 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 1 vote
    Joe Chip Joe Chip 3 août 00:02

    @tobor

    Quand on ne vit pas près du littoral en France, et que l’on se fait régulièrement piqué, c’est soit que l’on vit dans une zone marécageuse ou avec de l’eau stagnante à proximité. Pas d’eau stagnante, peu de moustiques.

    Si les épidémies progressaient aussi vite dans les pays du sud, ce n’est pas la faute du "vecteur" mais une conséquence de la croissance de la population, des implantations humaines mal pensées et de l’absence de politique ou de réflexion hygiéniste qui suffisent souvent à réduire le problème.

    Il y a des dizaines de sites sans compter les associations et les émissions de radio qui expliquent comment en amont supprimer ou réduire les points d’eau stagnants autour de chez soi et ainsi réduire les risques des piqûres de moustique.

    Le problème c’est que les gens ne veulent jamais sortir de la posture de consommateur individualiste. On écrase le moustique au besoin comme on se laisse aller à une envie de coca ou autre en pleine chaleur (ce qui est une très mauvaise idée) sans réfléchir à la raison de la présence du moustique. Au point que dans certaines communes du sud, les maires doivent prendre des arrêtés pour obliger les habitants à éradiquer leurs eaux stagnantes.





  • 4 votes
    Joe Chip Joe Chip 2 août 23:22

    Ce n’est même pas de l’antispécisme mais de l’anthropomorphisme puéril ("madame moustique et ses enfants") qui consiste justement à comparer les animaux aux hommes, contresens malheureusement fréquent chez les idéologues antispécistes. L’homme est un animal comme les autres mais l’animal n’est pas et ne sera jamais un homme quel que soit son degré d’intelligence ou de "sensibilité". C’est sur ce point que les antispécistes s’égarent totalement. Il aurait pu faire passer sensiblement le même message sans avoir recours à ce genre d’image maladroite et en expliquant que les insectes avaient leur place dans l’écosystème, au même titre que nous, ce qui n’est pas forcément le cas de certaines espèces de moustique invasives en France... 

    A titre perso, je m’abstiens tant que faire se peut de tuer les insectes qui ne sont pas des "nuisibles". Et j’avoue ressentir toujours une forme de dégoût quand je vois un beauf en sueur s’acharner à coups de tongs sur une pauvre bestiole attirée par le sucre que nous absorbons (alcool), la chaleur émise par nos corps ou des composés chimiques présents dans notre transpiration.

    Comme l’a dit un jour Choron, "l’homme est un fasciste envers tout ce qui vit"...



  • 1 vote
    Joe Chip Joe Chip 2 août 02:22

    @maQiavel

    Donc les occidentaux n’enfreignent pas les réglementations internationales, merci de le confirmer. Evidemment,ni les Russes ni les Chinois n’ont recours aux pressions diplomatiques ou à la contrainte, c’est l’apanage exclusif des salauds d’Occidentaux smiley

    Quant aux "millions de morts", j’aimerais savoir à quoi tu fais référence et à quelles opérations illégales au regard du droit international. Si tu penses à la guerre en Irak, celle-ci n’était pas légale et la France n’y a pas participé. Même l’intervention en Libye a été soutenue par l’ONU, ce qui était probablement une erreur. L’opération Serval a été déclenchée à la demande des autorités maliennes avec des milliers de maliens dans les rues de Paris pressant la France d’intervenir, le tout dans le cadre de l’ONU. Même en Syrie, les propos du "faucon" déplumé Fabius n’ont eu aucune répercussion puisqu’à ma connaissance la France n’a jamais mené d’opération dans le territoire contrôlé par le régime syrien et ciblé exclusivement Daesh (je n’entre pas dans les délires complotistes à la Meyssan bien sûr). Je rappelle que l’ONU a officiellement établi que le gouvernement syrien avait utilisé des armes chimiques contre sa population (rapport évidemment contesté par la Russie) : 

    https://www.20minutes.fr/monde/syrie/2159175-20171027-attaque-chimique-syrie-rapport-onu-pointe-responsabilite-damas-moscou-denonce-incoherences

    Je ne prends pas position, je ne dis pas que c’est vrai ou faux, mais je ne vois pas d’infraction au droit international établissant la responsabilité individuelles ou collective de pays occidentaux ayant provoqué des "millions de morts". 

    On pourrait aussi à ce compte-là citer les millions de morts du système communiste chinois (entre autres et je n’entre pas dans la polémique du comptage), mais il est vrai que le fait de massacrer son peuple ne compte pas dans une perspective "souveraine". Cette définition étroite de la souveraineté comme autarcie fondamentale ne correspond pas à la définition wesphalienne de la souveraineté domestique où il s’agit avant tout d’assurer l’indépendance de l’autorité de l’Etat sur son propre territoire (c’est à dire dans le contexte de l’époque, de la papauté et des autres Eglises) et non pas, comme on le présente trop souvent, d’assurer l’exclusivité absolue de l’Etat sur un territoire défini. C’est à partir de là que découlent naturellement les principes de non-ingérence et de droit international, le premier visant à garantir l’indépendance politique de l’Etat sur son territoire et le second à construire un système d’interdépendance et de collégialité (l’embryon du fameux "multilatéralisme") censé théoriquement permettre la coexistence pacifique des nations et le règlement par le droit des conflits inévitablement produits par la concurrence entre Etats.

    Je ne confonds nullement la souveraineté et la puissance mais les théoriser séparément dans le monde actuel n’a aucun sens puisqu’il existe une corrélation directe entre la souveraineté et la capacité économique, militaire, culturelle ou diplomatique d’un pays. La souveraineté est forcément corrélée à la puissance dans la mesure où elle est, dans la pratique, une notion relative. Un Etat comme la Russie ne chercherait pas depuis 30 ans à remonter à un certain niveau de puissance en développant par exemple des armes hypersoniques  afin de résister à des contraintes avérées ou non, si la souveraineté résidait par elle-même dans le corps politique ou se satisfaisait de sa propre affirmation. Il faut quand même sortir de la théorie abstraite, surtout quand elle réfère au monde du XIVème ou du XVIIème siècle.

    Je pense que tu sous-estimes largement la capacité d’influence et de coercition de la Chine, en Afrique et ailleurs, par des moyens légaux ou illégaux. Un pays qui décide "souverainement" de céder le contrôle de ses infrastructures pour une centaine d’années à un autre pays démesurément plus puissant et disposant de la capacité de le contraindre (ici, par un mécanisme de la dette) n’est de facto pas souverain. Il y a contradiction dans les termes.

    Quand la France a cédé ses turbines nucléaires à un groupe américain, tout le monde, en tout cas tous les gens ayant une compréhension minimum de ces enjeux, a dénoncé à raison une perte sèche de souveraineté, parce qu’il existe un lien entre notre souveraineté et notre maîtrise technologique. En suivant ta définition quasiment tautologique de la souveraineté, je pourrais te rétorquer que cette décision a été prise de manière souveraine par les autorités françaises, donc aucun problème. Mais la souveraineté n’est pas auto-justifiée, elle est toujours mesurée dans un jeu de relation et de contraintes internes et externes. Qu’il s’agisse d’une erreur volontaire, d’une compromission ou même du simple résltat de "l’indifférence" régnant dans une partie des élites françaises comme Montebourg l’a déclaré sur thinkerview, le résultat est le même avec une perte relative de souveraineté consécutive à cette cession.



  • 1 vote
    Joe Chip Joe Chip 1er août 15:06

    @maQiavel

    Ce n’est pas un argument mais un fait, un taux d’endettement de 60% du PIB pour des pays non développés qui n’ont pour ainsi dire aucune capacité productive, donc théoriquement aucune capacité d’endettement, c’est l’équivalent d’une tutelle, que les pays africains le reconnaissent ou non, et qu’il s’agisse de la Chine ou d’un autre pays. Parler de souveraineté dans ces conditions est une blague, mais c’est un désaccord de fond entre nous sur ce point donc je n’y reviens pas. On ne peut pas d’un côté expliquer que la France est pieds et poings liés face aux USA ou à la Chine, malgré son siège à l’ONU, son réseau diplomatique international, sa dissuasion stratégique, sa ZEE, ses vastes ressources matérielles et humaines, son rayonnement culturel, etc., et de l’autre considérer que des pays africains sous-développés et lourdement endettés sont "souverains" dans leur rapport avec la Chine... mais pas avec nous ! Trop de contradictions. 

    C’est un argument classique mais on ne peut pas mettre sur le même plan des accords financiers conclut entre deux parties consentantes et respectant les réglementations internationales quand bien même l’une des parties en tire avantage ( celui qui se fait arnaquer n’a qu’à s’en prendre qu’à lui-même puisque personne ne l’a obligé ) à un processus qui consiste pour un acteur à exercer une pression diplomatico- militaire sur un autre acteur parce que ce que ce dernier ne veut pas s’aligner sur ses intérêts.


    Je ne vois pas à quoi tu fais référence, je n’ai d’ailleurs pas mis sur le même plan la colonisation occidentale et la captation des ressources organisée par la Chine, même si en fin de compte les conséquences sont semblables sur de nombreux points. 

    Par ailleurs, il ne faut pas caricaturer dans l’autre sens, l’aide occidentale qui passe le plus souvent par des agences internationales ou de l’aide au développement accordée sans contrepartie ne peut pas être systématiquement assimilée à de l’impérialisme ou à un processus de colonisation assortie de pressions "diplomatico-militaire". Tu peux m’expliquer en quoi ces accords ne respectent pas les réglementations internationales en donnant des exemples concrets et précis ?

    Il n’y a pas d’un côté les salauds d’occidentaux impérialistes qui exploitent et profitent et de l’autre les gentils chinois (et russes maintenant) qui s’abstiennent de toute ingérence politique et se contentent de négocier... Je pense que tu fais preuve de naïveté si tu crois sincèrement que les Chinois n’exercent aucune pression diplomatique sur les gouvernements africains, d’ailleurs ils ont installé une première base permanente à Djibouti où se trouvent également les bases occidentales (hasard, sans doute) :

    https://www.lesinrocks.com/2019/01/22/actualite/actualite/pourquoi-la-chine-investit-elle-militairement-lafrique/ 

    https://www.lapresse.ca/international/asie-et-oceanie/201905/02/01-5224421-la-chine-va-probablement-multiplier-ses-bases-militaires-a-letranger.php

    https://www.geostrategia.fr/base-militaire-chinoise-a-djibouti-symbole-dun-changement-de-posture-strategique/

    De toute façon, tout cela démontre que le problème de fond n’a pas changé et que l’incapacité des Africains à s’organiser collectivement, à mater leurs élites corrompues, à dépasser les mentalités tribales et à mettre en place des politiques internes de développement déterminent en amont leur degré de dépendance aux puissances étrangères.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès