• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Jean Keim

Jean Keim

Je dis ce que je sais, je sais ce que je crois, je crois ce que je dis. 
Je sais donc je pense ainsi la pensée est un processus. 
Chaque être humain est un croyant, c’est inévitable, c’est inhérent au savoir. 
Il ne faut pas croire tout ce qui se dit dans les médias.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/12/2015
  • Modérateur depuis le 11/01/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 734 311
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : nombre de visites











Derniers commentaires




  • 1 vote
    Jean Keim Jean Keim 2 août 15:06

    Louis Boyard : « Un homme s’engage en politique pour faire le bien. » et bien non ! un homme s’engage en politique dans le meilleur des cas pour faire CE QU’IL PENSE ÊTRE LE BIEN, la nuance est de taille, le mot clé n’est pas la notion de ‘’bien’’ mais le verbe ’’penser’’.

    Je ne comprends pas grand chose à tout ce pataquès, Michel Onfray ne fait plus de la philosophie, mais autre chose, en fait il cherche à faire parler de lui.

    Le racisme est une chose abominable, il est une des nombreuses perversions que peut produire la pensée, personne n’est à l’abri de tomber dedans, l’antisémitisme n’est pas un racisme aggravé, simplement une forme de racisme ordinaire parmi bien d’autres.

    L’antisionisme est-il une forme de racisme ? Il existe sûrement des antisionistes antisémites est-ce une exception ? Je ne sais pas.

    Ce que je sais est qu’il est inutile d’ergoter sur le racisme (c’est bien de cela qu’il est question), il est vain de vouloir opposer le mal au bien, un raciste est convaincu que le bon droit est de son côté, la seule approche possible est de tenter de montrer que le racisme procède d’un mode de penser.

    On ne naît pas raciste, on le devient sous la pression culturelle.



  • vote
    Jean Keim Jean Keim 26 juillet 08:22

    @TchakTchak

    Non je ne suis pas assez savant loin de là, simplement des phénomènes vibratoires créés et entretenus sont traduits en images que nous interprétons avec notre cerveau, c’est un peu semblable à une poudre fine quelconque déposée sur une mince plaque métallique qu’un archet de violon fait vibrer, ce qui donne des figures géométriques étonnantes se prêtant également à toutes sortes d’interprétations.



  • vote
    Jean Keim Jean Keim 25 juillet 08:38

    @TchakTchak

    Il est difficile d’échapper aux idées quand elles sont présentées comme une vérité indiscutable, l’histoire, la religion, la science, la médecine et l’économie en sont pleines, en fait c’est le lot de tous les savoirs, là se trouve l’origine des croyances.

    Tout ce que notre regard peut embrasser est le siège de vibrations, donc le point commun entre les choses observées et notre observation elle-même est qu’elles se situent dans un bain d’énergies, chacune d’entre elles oscille autour d’un point d’équilibre qui lui est propre, si elle s’en écarte de trop il s’en suit des déséquilibres, pour une chose ‘’vivante’’ (concept qui demanderait un éclaircissement) la maladie peut se manifester.

    Une image obtenue à l’aide d’un microscope électronique (ou sur un écran de télé) est le résultat du bidouillage de vibrations obtenues par un capteur, un réglage fin donne une image signifiante, c’est une invention formidable mais nous devons la prendre pour ce qu’elle est... un bidouillage, l’image regardée à une autre échelle ne donnerait-elle pas autre chose ?

    Un grossissement infini donnera un vide infini plein de toutes les potentialités imaginables.



  • vote
    Jean Keim Jean Keim 10 juillet 18:08

    @mmbbb

    Faire des études supérieures pour enseigner l’éthique de la guerre... guerre vs éthique, là il n’y a rien qui vous choque, quelque chose comme : la guerre se fout complètement d’une quelconque éthique.

    La guerre n’est pas que le fait des décideurs, elle suppose des soldats sur le champ de bataille, mais sa véritable raison d’être est économique, ne dit-on pas le complexe militaro-industriel avec comme digne représentant les USA, mais d’autres pays ne sont pas en reste, la France notamment et la Chine.

    Toute la démonstration de cette dame tourne autour d’un nouvel équilibre avec toujours une économie de guerre, quelque soit mon odeur intellectuelle, je puerai toujours infiniment moins que la guerre.

    On peut toujours croire que la guerre en cours sera la dernière, seulement la Finance ne le permettra pas, et la guerre existera tant qu’il y aura des gens pour s’y investir, d’une façon ou d’une autre, comme vous par exemple.

    Vous détenez la vérité que vous matraquent vos sources préférées ; vous êtes tellement sûr de la posséder que vous invectivez vos détracteurs dans presque chacun de vos commentaires, il faudrait vous rincer la bouche régulièrement pour assainir votre haleine.



  • 1 vote
    Jean Keim Jean Keim 10 juillet 11:16

    Que la guerre est belle quand elle a lieu ailleurs et que se sont les autres qui la font.

    Que la guerre est généreuse par les profits qu’elles accordent à ceux qui la trament.

    Le monde est de plus en plus fou en acceptant et entérinant la folie des puissants.

    La dame qui cause dans le micro a fait des études supérieures sur l’art de la guerre, son ennemi est la paix qui la priverait de ses revenus et plus encore de son prestige.

    Je ne peux pas à mon niveau empêcher la guerre, je ne peux que refuser d’y participer de quelque manière que ce soit.

    Dans les années 1930, si les anciens combattants de tous les pays avaient enjoint à leurs progénitures de ne pas s’engager dans le conflit qui se présentait, si seulement ils avaient deviné qu’en 1918 les haines étaient tenaces, les profits pas encore assez colossaux... et la guerre suivante déjà programmée.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris



Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité