• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affaire Weinstein #balancetonporc : les réactions de Zemmour et Naulleau sur (...)

Affaire Weinstein #balancetonporc : les réactions de Zemmour et Naulleau sur Europe 1

Un point Godwin est à attibué à Éric Zemmour qui compare #balancetonporc à #dénoncetonjuif.... peut-être en référence indirecte aux origines juives de Harvey Weinstein ? Mais ne nous égarons pas...

L'hystérie qui gagne les médias et les réseaux sociaux concernant cette affaire de moeurs laisse présager une explosion atomique lorsqu'il sera enfin question des viols d'enfants dans les plus hautes sphères...

Tags : Enfance Scandale Journalisme Eric Zemmour Violence Pédocriminalité Eric Naulleau




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • 19 votes
    spoty spoty 18 octobre 2017 09:58

    J’aime bien comment Zemmour dit franchement n’en avoir rien à foutre du dernier délire médiatique à la mode, la journaleuse est ulcérée.


    • vote
      Djam Djam 21 octobre 2017 21:32

      @spoty
      Oui, moi aussi ça m’éclate bien la façon dont Zemmour réagit à ce dernier scandale utile aux crétins au pouvoir pour quelques années... les pauvres bonnes femmes sont une fois de plus le gros dindon de la farce de mauvais goût.

      Ras le pompon de cette victimisation de femmes à tous les étages, tous les niveaux, tous les repas...

      Et je souligne : c’est une femme agréssées plusieurs fois dans sa vie qui l’écrit. Merde !


    • 27 votes
      Gollum Gollum 18 octobre 2017 10:03

      Bien évidemment que Zemmour et Naulleau ont tous les deux raisons. Je me sens plus en affinité avec Naulleau sur le coup. Il y a nécessité d’une première phase mais cette phase est dangereuse avec les dérives que cela peut entrainer. Et Zemmour a raison sur la délation du juif dans les années 40.. 


      Bien entendu, Nigari, qui n’a aucun sens moral, est pour ces formes populaires de délation. Il ne rêve que d’une chose pouvoir dénoncer les éventuels pédophiles et quand on connait la rigueur pour le moins étrange de Nigari, on tremble devant les noms qui pourraient ainsi circuler mettant en danger les parias ainsi livrés à la vindicte populaire et au lynchage.

      Mais Nigari n’en a cure. Nigari est là pour combattre Satan et attend son grand soir, sa révélation des élites pédophiles, afin que le Mal soit vaincu. Que d’éventuels innocents soient lynchés dans l’histoire fait partie des dégâts collatéraux nécessaires à toute chasse aux sorcières..

      Lynchez les tous, Dieu reconnaitra les siens.

      • 7 votes
        Nigari Nigari 18 octobre 2017 11:00

        @Gollum #commentairehystérique
        Mais Nigari gnagna, et Nigari blabla smiley ma petite personne semble vraiment vous perturber au plus haut point... inquiétant, z’êtes pas fatigué ?

        Que savez-vous de mon opinion concernant ce hashtag à la con ? Quand à mon sens moral, on aurait gardé les vaches ensemble vous pourriez éventuellement donner un avis, en l’occurrence ce n’est pas le cas donc gardez vous d’émettre ce genre de jugement de valeur sur des gens que vous ne connaissez pas. Et c’est moi qui serais sectaire et sans morale après ça... chutzpah !



      • 24 votes
        Gollum Gollum 18 octobre 2017 11:39

        @Nigari

        gardez vous d’émettre ce genre de jugement de valeur sur des gens que vous ne connaissez pas

        Z’êtes gonflé quand même… Vous voulez que je ressorte vos jugements de valeur à mon égard au tout début de nos échanges ? smiley

        Ce ne serait pas à votre avantage croyez moi.

        Que savez-vous de mon opinion concernant ce hashtag à la con ? 

        On s’en doute quelque peu dans la dévalorisation de l’opinion de Zemmour non ? Ou bien j’ai mal lu ? Dites nous tout..

        Sinon votre petite personne je m’en tape effectivement. Le problème est que vous êtes symptomatique d’une époque. Soral a les mêmes tendances que vous d’ailleurs avec les mêmes tendances moralisatrices.

        Sinon vous lisez Marie-Claire ? smiley Vous êtes une femme alors ? Ou avez-vous des problèmes de genre ?


      • 3 votes
        pegase pegase 18 octobre 2017 17:10

        @Gollum

        Zemmour compare avec la période de l’occupation où la délation pouvait vous envoyer à la mort ????

        ... reconnaissez que c’est n’importe quoi smiley

        "Délation" par rapport à qui, à quoi ? à la presse ? Vous parlez d’une affaire, si délit il y a eu c’est à la justice de le régler, or un ragot jusqu’à preuve du contraire ne vaut pas un dépôt de plainte, la presse ce n’est pas la justice ...

        Ces actrices dénoncent seulement les pressions dont elles font l’objet pour obtenir un rôle, on est loin de la "délation" évoquée par Zemmour ...

        Ceci dit un producteur n’est qu’un entrepreneur comme un autre, essayez voir de faire des propositions à une employée et vous verrez bien ... C’est le meilleur moyen de couler la boite !


      • 21 votes
        Gollum Gollum 18 octobre 2017 17:34

        @pegase

        ... reconnaissez que c’est n’importe quoi 

        Ben non. Récemment un gars s’est fait tabasser parce qu’il ressemblait à un pédophile présumé. Il suffirait que la violence monte d’un cran pour se retrouver avec des morts. Donc Zemmour a raison. Comme souvent d’ailleurs.


      • 2 votes
        Nigari Nigari 18 octobre 2017 21:29

        @Gollum - Votre caca nerveux de 10h du matin, énième attaque had ominem contre ma personne avec ici procès d’intention flagrant, me fait dire qu’en effet vous êtes un peu au taquet me concernant. Ressortez les archives si vous le voulez, jamais je ne vous ai traité de la sorte, je n’ai toujours fais que me défendre face à vos attaques répétitives de type trolling. Ici en l’occurrence affirmer que je n’ai aucune morale est juste une diffamation/provocation gratuite (encore une fois, sortez nous une archive d’article ou commentaire montrant ma grande immoralité). Cette virulente chutzpah de votre part est-elle due au point Godwin de Zemmour et à l’évocation des origines juives de Weinstein ? Mais ne vous inquiétez pas, concernant ce hashtag et cet appel à la délation sur les réseaux sociaux, je rejoins tout à fait l’avis de Naulleau ; n’en déplaise à votre procès d’intention expéditif posté plus haut.

        Marie Claire ? Ah oui, j’y suis abonné depuis les années 80 ! smiley


      • 2 votes
        Nigari Nigari 18 octobre 2017 21:50

        @Gollum
        Zemmour n’alimente-t-il pas de son côté, à sa manière, le potentiel choc des civilisations, voir la guerre civile ?

        Il suffirait que la violence monte d’un cran pour se retrouver avec des morts - Vous ne pouvez pas mieux dire ! Mais chacun défend la cause qui lui est propre et chère, n’est-ce pas Gollum ?  smiley


      • 3 votes
        Gollum Gollum 19 octobre 2017 09:42

        @Nigari

        me fait dire qu’en effet vous êtes un peu au taquet me concernant. Ressortez les archives si vous le voulez, jamais je ne vous ai traité de la sorte, je n’ai toujours fais que me défendre face à vos attaques répétitives de type trotting.

        Quelle mauvaise foi. Je m’attaquais à vos débilités et invraisemblances et vous nous accusiez, Gaspard et moi, d‘êtres des satanistes essayant de défendre les pédophiles ! Tout le monde s’en souvient ici. Et surtout moi. Je ne suis pas près de l’oublier car ce sont des accusations à la limite de la diffamation.

        Et si je dis que vous n’avez pas de morale c’est tout simplement que vous ne voulez jamais regarder les arguments logiques et irréfutables fournis ce qui montre bien que vous êtes un idéologue.

        Cette virulente chutzpah de votre part est-elle due au point Godwin de Zemmour et à l’évocation des origines juives de Weinstein ?

        Et voilà. smiley CQFD. Bien digne de vos méthodes et sous-entendus perpétuels fielleux. Je retrouve le (ou la) Nigari du début. Celui qui essaye de qualifier son adversaire en faisant croire au lecteur qu’il serait franc-maçon, pédophile ou ici juif. Rayer la mention inutile ou mieux garder les toutes. smiley Merci donc de confirmer par ce beau sous-entendu ce que je ne cesse de proclamer et que tous peuvent ici constater. Merci encore. smiley

        Je rappelle d’ailleurs à propos de cette saillie anti-juive que j’avais plutôt pris le parti de Naulleau dans leurs façons de voir et considérer le problème.

        Franchement les juifs ou les FM je m’en bats les c… smiley



      • 2 votes
        Gollum Gollum 19 octobre 2017 09:45

        @Nigari

        Zemmour n’alimente-t-il pas de son côté, à sa manière, le potentiel choc des civilisations, voir la guerre civile ? 

        Oui. Mais précisément, sur ce point, je ne suis pas d’accord avec Zemmour.

        Alors, heureuse ? smiley


      • vote
        pegase pegase 19 octobre 2017 12:18

        @Gollum

        Ben non. Récemment un gars s’est fait tabasser parce qu’il ressemblait à un pédophile présumé. Il suffirait que la violence monte d’un cran pour se retrouver avec des morts. Donc Zemmour a raison. Comme souvent d’ailleurs.


        Frapper quelqu’un est un délit, même si cette personne est le pire pédo ... donc Zemmour à tord !


      • 5 votes
        Gollum Gollum 19 octobre 2017 12:55

        @pegase

        Frapper quelqu’un est un délit, même si cette personne est le pire pédo ... donc Zemmour à tord ! 

        Pégase, pégase… smiley Encore rien compris au film comme d’habitude. Mais c’est maladif c’est pas possible.

        Parce que Zemmour a encouragé à frapper quelqu’un ? smiley

        Il dit l’inverse. Que les dénonciations peuvent aboutir à des dérives. Si on balance sur le web : celui-ci est pédo, celui-ci m’a violé, etc… cela peut aboutir à ce qu’un innocent soit victime d’une bande de "justiciers"…

        C’est d’ailleurs cette manie de dénoncer et de donner à la vindicte publique qui fait que nombre d’adolescents, jetés en pâture sur le web, se suicident.. Il n’y a même pas besoin de les tuer, les harceler suffit, les gosses en ont marre et crack..

        Mais peut-être que vous pégase qui aimez balancer du "traitre" par ci, du "traitre" par là, au fond, cela vous convient...


      • vote
        zzz999 18 octobre 2017 14:31

        "L’hystérie qui gagne les médias et les réseaux sociaux concernant cette affaire de moeurs laisse présager une explosion atomique lorsqu’il sera enfin question des viols d’enfants dans les plus hautes sphères.."

        Il ne sera jamais question d’aborder ça car c’est le monde entier qui exploserait.....Weinstein doit en savoir des vertes et des pas mûres sur les moeurs satanistes de cette engeance dégénérée, mais le fait même qu’il ne s’en serve pas prouve que pas même lui n’aurait pas le pouvoir de publier des dossiers pareils et que si il en avait ne serait-ce que le début du commencement de l’embryon d’idée de le faire ses tripes seraient à l’instant dispersées dans un attentat !

        Le but est de lâcher de temps en temps des bombinettes pour faire croire à la transparence c’est tout !


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 18 octobre 2017 14:44

          Sur la sexualité féminine,il faut sortir de votre trou un peu au lieu de ressasser ces idées douloureuses et à moitié vraies (donc à moitié fausses) sur la vénalité des femmes et leur soi-disant amour invétéré du "fric".

          Et puis si une femme s’entiche d’un beau mec sur un site de rencontre, elle est superficielle, si elle se met en couple avec un moche qui a une situation, c’est une pute qui ne pense qu’au fric... tout ça sent la complainte du mec névrosé qui n’a rien à offrir. Forcément, il faut quand même proposer quelque chose car le sexe n’est pas gratuit (sauf quand on paie pour).


          • vote
            Heimskringla Heimskringla 18 octobre 2017 15:20

            @Joe Chip

            "tout ça sent la complainte du mec névrosé qui n’a rien à offrir"

            "Toute femme a sa fortune entre ses jambes."

            Honoré de Balzac.

            "La femme est une surface qui mime la profondeur."

            Nietzsche.

            “Le misogyne adore les femmes. Comme il les adore, il les pratique. Comme il les pratique, il les connaît. Et c’est parce qu’il les connaît qu’il est misogyne.”

            Léon Campion.


            "L’infériorité intellectuelle de tant de femmes, qui est une réalité indiscutable, doit être attribuée à l’inhibition de la pensée, inhibition requise pour la répression sexuelle."

            Sigmund Freud


            Ma question est de savoir d’ou vient cette misogynie chez ces personnes qui n’étaient pas des imbéciles ? Ils n’avaient tous, rien a donner ?


          • vote
            gaijin gaijin 18 octobre 2017 15:41

            @Heimskringla
            " Ma question est de savoir d’ou vient cette misogynie chez ces personnes qui n’étaient pas des imbéciles ? "

            d’où viennent les hommes ?


          • vote
            Joe Chip Joe Chip 18 octobre 2017 16:26

            @Heimskringla

            Le point commun de tous les auteurs que tu viens de citer est d’avoir eu une vie affective chaotique ou inexistante. Phare de la pensée et homme à femme, ça ne va pas forcément de pair. Nietszche était pour ainsi dire puceau, cela explique sans doute sa fascination pour la virilité et la brutalité.

            En outre, la misogynie littéraire est une catégorie bien particulière, surtout au XIXème siècle, qui a exalté l’homme viril, le capitaliste, le propriétaire, le bourgeois, le soldat. Les choses étaient différentes dans les siècles précédents.

            Sur la misogynie, elle a en réalité peu à voir avec les femmes et se retrouve en général chez des hommes qui ont été élevé par une mère dominante ou qui ont grandi dans un univers très féminisé (ce qui est le cas de la plupart des grands écrivains misogynes du XIXème, tous issus d’un milieu bourgeois et ayant été adoré par leur mère, Baudelaire, Balzac, Flaubert, Nietzsche, etc...). A l’adolescence, le jeune homme sensible tombe invariablement dans l’idéalisation de la femme censée répondre à tous ses besoins d’homme comme la mère répondait inconditionnellement aux besoins de l’enfant. Or, comme les femmes sont elles aussi des êtres complexes avec une histoire individuelle, elles correspondent rarement à cette image affective figée et ne sont donc jamais à la hauteur des espérances du jeune homme sensible et exalté chez qui la fascination craintive se retourne alors en déception aigrie. La posture s’inverse : la femme est redescendue sur terre, dégradée et animalisée tandis que le jeune homme accède à ce qu’il ressent comme une forme de pureté et de supériorité morale sur la femme. 

            La misogynie est donc bien liée à une perception masculine inadéquate, et non à la femme en elle-même (ce qu’elle est ou ce qu’elle n’est pas). Elle exprime un ressentiment masculin résultant du décalage entre la femme idéalisée et la femme réelle, décalage aggravé par une sensibilité exacerbée.

            Une fois débarrassé de ses prétentions et de ses illusions, le misogyne apparait en règle générale comme un individu frustré, un célibataire aigri et narcissique qui ne peut pas s’admettre que d’autres hommes ont bien mieux deviné la femme que lui. Car les hommes qui n’idéalisent pas la femme, qui la prennent (dans tous les sens du terme) telle qu’elle est et non telle qu’ils voudraient qu’elle soit, sans en faire de la littérature, sans la théoriser, n’ont aucun problème de misogynie puisqu’ils se placent en quelque sorte au niveau de la femme. Ils ne prétendent pas la dominer moralement, à la rigueur ils se moquent bien de la comprendre.

            Alors choisis ton camp camarade, car les places de misogynes géniaux sont quand même limités : tout le monde n’est pas Baudelaire, Flaubert, Nietzsche. Seul le talent peut exceptionnellement justifier la misogynie.

            Pour les hommes communs, il vaut mieux voir dans la femme une partenaire.


          • 1 vote
            Mahler 18 octobre 2017 17:04

            @Joe Chip

            Petite correction, Nietzsche n’était pas puceau(c’est Kant qui est mort vierge), par contre il allait au bordel(les seules femmes avec qui il avait des relations sexuelles) car la femme dont il était amoureux est restée son ami mais pas plus. Sa misogynie est plus due à une frustration amoureuse que sexuelle(bien que aller dans les quartiers crados c’est pas non plus l’extase niveau sexualité). Après y’a l’époque qui fait que la misogynie était très répandue.


          • 1 vote
            Gollum Gollum 18 octobre 2017 17:31

            @Mahler

            il allait au bordel

            Sa folie finale serait due d’ailleurs à une syphilis...


          • vote
            Joe Chip Joe Chip 18 octobre 2017 18:28

            @Mahler

            Nietszche était pour ainsi dire puceau


          • 2 votes
            Heimskringla Heimskringla 18 octobre 2017 18:50

            @Joe Chip

            "Sur la misogynie, elle a en réalité peu à voir avec les femmes et se retrouve en général chez des hommes qui ont été élevé par une mère dominante ou qui ont grandi dans un univers très féminisé"

            Ce qui est mon cas, de ma grand mère à ma mère en passant par marraine. 

            "et ayant été adoré par leur mère"

            J’ai toujours reproché à ma mère un amour avec un manque de distance. Très mère "juive". 

            "A l’adolescence, le jeune homme sensible tombe invariablement dans l’idéalisation de la femme censée répondre à tous ses besoins d’homme comme la mère répondait"

            Exactement, d’ailleurs elle m’a dit un jour qu’elle se demandait si c’était de sa faute mon "problème" avec les femmes. 

            Quoi que pour ma part, par expérience (j’en ai eu pas mal), au début j’étais très timide, je pouvais jusqu’à avoir des spasmes devant une fille, aller au tableau à l’école, c’était une horreur. Et elles m’ont toutes trompées (au début) puis il s’est passé des trucs dans ma vie qui font que je me suis très refermé sur moi même quasi en devenir un peu odieux et c’est çà ce moment qu’elles se sont accrochées mais bon le plus terrible quelque part est qu’avec le recul, je ne pense jamais avoir été amoureux (d’ailleurs je n’y crois pas vraiment à l’amour). Parce qu’au final d’une certaine manière la femme de ma vie est ma mère. Je me suis toujours dit que je deviendrais un "homme" quand ma mère disparaîtra... 

            Ma soeur fait la même chose avec ses fils, ça me fait bizarre. 

            Dans ces conditions, on ne peut qu’être misogyne en fait...

             "la femme est redescendue sur terre, dégradée et animalisée tandis que le jeune homme accède à ce qu’il ressent comme une forme de pureté et de supériorité morale sur la femme. "

            Je comprends très bien le chemin psychologique pour arriver à cet état de fait. 

            "une sensibilité exacerbée"

            Oui, à fleure de peau, sensibilité exacerbée lit des addictions, j’ai toujours cherché à trouver de "l’épaisseur", ça va un peu mieux de coté la mais j’ai une addiction qui me pourrie la vie, qui me biporalise, qui me dédouble, y’a un philosémite et un antisémite en moi, y’a la guerre et la paix, le feu et l’eau, pas évident à gérer surtout que plus je prend de l’age plus la part radicale prend le dessus et ça nourrit mon besoin de fuir cette part de moi même que je n’arrive pas gérer et qui me fait peur dans la drogue par exemple. J’en suis au point ou je rompt toutes mes relations sociales pour dans ma tête, protéger les autres.... C’est un putain de cercle vicieux dont je n’arrive pas à sortir et dont plus les années passent, plus je me dis que le seul moyen d’arrêter ce truc c’est le suicide.

            Plus j’essaie de devenir sérieux, plus j’ai l’impression de devenir dangereux. 

            "le misogyne apparait en règle générale comme un individu frustré, un célibataire aigri et narcissique"


            Je me permet de faire ma psychanalyse avec ton commentaire, ça m’aide à trouver des réponses à mes questions, j’en profite. 

            Frustré oui certainement, j’ai jamais pu me pardonner d’avoir vendu la maison de mes parents avec mes conneries, ça a provoqué le divorce, c’était lourd très lourd et ça l’est toujours. 

            Célibataire aigri, je ne sais pas car malgré mes soucis, je pourrais facilement être en couple mais les obligations du couple me gonfles. 

             Pour le moment, y’a un forme de liberté (qu’on m’a déjà envié) dans le sens ou je refuse ce que les gens attendent de moi à savoir avoir une femme, des enfants, une vie de famille, cela ne m’intéresse pas. 

            Je préfère vagabonder dans les rues des putes à BXL, fumer ma clope en observant tout ce cirque. En tirer une de temps en temps et me faire du fric en jouant au poker, lire des choses qui me retournent le cerveau. Je ne me vois pas vivre autrement car ça me plait, c’est dangereux peut être. Parfois j’ai l’impression d’être une bombe à retardement mais paradoxalement justement si je faisais le choix de cette vie de métro boulot dodo, la vie "active" en somme me ferait exploser en 6 mois, je ne me sens pas capable. 

            J’ai l’impression que je suis devenu trop sensible pour supporter cette vie la. 

            Je préfère ralentir le temps, tuer le temps avant qu’il ne me tue et ce, sans être entraîné dans l’infernal metro boulot dodo avec des gens partout tout le temps, ça m’insupporte. 

            Loin de moi l’idée de devenir un misogyne génial et d’ailleurs j’ai toujours pensé malgré mon coté misogyne que la femme était avant tout une partenaire avec laquelle on devait faire un peu tout ce que Gollum a très bien expliqué ci dessus. 


            Il peut aussi y’avoir une part de jeu dans tout ça, ça n’est jamais tout à fait vraiment sérieux, y’a de la provoque, beaucoup de provoque même et parfois y’a des femmes qui te donnent le bâton pour bien les taquiner et non les battres car si je me suis bien reconnu dans ce que tu dis (comme souvent) je n’ai jamais levé la main sur une femme, je déteste ça..


            Bref, ça m’a fait du bien d’écrire tout ça, Agoravox m’aura bien aidé sur bien des points... 


            Merci d’avoir pris le temps de me répondre. 

             




          • 1 vote
            Joe Chip Joe Chip 19 octobre 2017 08:39

            @Heimskringla

            Je te répondais sans m’exprimer sur toi en particulier. Personne ne correspond à une typologie exacte, même s’il existe des invariants (le rôle de la mère chez les hommes)

            @yoananda

            Je ne vois pas trop le rapport avec ce que j’ai dit. Le politiquement correct/incorrect, je m’en tape, ce n’est pas mon problème.

            Je ne vois pas non plus pourquoi il faudrait ployer le genoux systématiquement devant des citations (souvent sorties de leur contexte par ailleurs). Certains grands auteurs peuvent aussi se tromper et dire d’énormes conneries de manière très intelligente.

            J’ai juste expliqué que la misogynie était avant tout un problème masculin et n’était pas forcément justifiée par ce que serait ou ne serait pas les femmes de manière plus objective. Quand on constate que la plupart des grands écrivains misogynes sont des célibataires et des clients de prostituée avec un certain profil (proximité avec la mère/soeur, milieu bourgeois, sensibilité artistique et philosophique) , et non pas des pères de famille ou des hommes sexuellement épanouis, il faut quand même se poser quelques questions sur la raison de leur misogynie virulente et ne pas s’arrêter sur l’aspect citation ou le côté politiquement incorrect de leur pensée.


          • vote
            Heimskringla Heimskringla 19 octobre 2017 09:05

            @Joe Chip

            "Je te répondais sans m’exprimer sur toi en particulier. "

            Je sais bien, c’est moi qui en ai profité car souvent tu m’en apprends beaucoup sur moi même 

            Tu boss dans la psychologie ?


          • vote
            Heimskringla Heimskringla 19 octobre 2017 09:14

            @Heimskringla

            En tout cas te lire m’aide à désamorcer la bombe, je tenais à te le dire. 


          • vote
            Joe Chip Joe Chip 19 octobre 2017 10:53

            La vie de famille n’a pas à être le but de tout le monde, je n’ai jamais dit ça. Cependant, quand on se détourne de la femme (et/ou de la reproduction), il faut en assumer toutes les conséquences sur le plan psychologique. Le célibat choisi et assumé est respectable, le célibat de ressentiment est détestable.


          • 3 votes
            agent ananas agent ananas 18 octobre 2017 16:06

            "Balance ton porc" ?
            Si à la place de Weinstein, c’eut été Georges Clooney, Brad Pitt ou David Bekham, aurait-on eu droit à "balance ton éphèbe" ?, "balance ton adonis" ?, "balance ton playboy" ? etc ...
            Je me souviens dans les années 70 où les groupies tombaient en pâmoison devant la scène pour aller se faire culbuter par les rock stars... Parait que Carla Bruni détiendrait le record, s’étant fait enfiler par presque tout le panthéon de la scène Rock.
            A quand "balance ta grosse cochonne" ?, "balance ta petite truie" ?


            • 3 votes
              Norman Bates Norman Bates 19 octobre 2017 01:32

              @agent ananas

              Il parait surtout que Guilia, la fille de Carla Bruni et du non moins regrettable Paul Bismuth, manifeste son désir de devenir chanteuse...

              Soigner son aphonie sur scène est donc héréditaire...


            • 2 votes
              Gazoline Foupeste Semi Kebab 18 octobre 2017 22:47

              Merci à tous les intervenants pour ce débat intéressant dans lequel je me retrouve sur de nombreux points, j’aurai aimé ramener ma fraise là dessus, mais je n’ai hélas pas le temps nécessaire pour le faire, mention spéciale à Heimskringla pour son honnêteté, sa sincérité, son humilité, dans son témoignage personnel, j’avais un peu l’impression de voir défiler une partie de ma vie en le lisant, j’adhère à ses analyses, il m’est arrivé de les avoir en conclusion, mais tout peut évoluer, c’est mon cas sur certaines, moins définitives, plus nuancées, tout dépend de mon humeur du jour, tiens bon mec, ne flanche pas, la dualité intérieure fait partie du jeu, je dirais même de la vie, reste entier, non, le suicide n’est pas une option, même si parfois c’est tentant, rien ne dure éternellement, autant en profiter pour continuer à apprendre tant que c’est supportable et tant que faire se peut, la vie est une dualité, la mort est unité, ou, la vie c’est le conflit, la guerre et la mort, la paix, le néant, tant qu’on est vivant, acceptons le conflit avec des répits, même si ce conflit devient interne, il y a toujours quelque chose de bon à en tirer.
              .
              La guerre des sexes a lieu depuis longtemps, là, nous assistons aux revanches des minorités, toutes les minorités autrefois opprimées, leurs voix et leurs cris de colère amplifiés par les réseaux sociaux semblent nous faire croire que c’est général comme état de fait, ne tombons pas dans le piège du virtuel car dans le réel, c’est beaucoup plus discret et hypocritement diplomate comme rapports de force, le virtuel sert de déversoir à toutes les frustrations, ne perdons pas ça de vue, mais comme on dit, il faudra bien un jour crever l’abcès et comme c’est parti, ça ne finira pas dans la soie, c’est évident, mais tâchons d’être au dessus de ça, car pour comprendre le mieux un piège et ses mécanismes, c’est d’y tomber pour en sortir et l’éviter la prochaine fois, il faut parfois tomber dedans plusieurs fois pour ne plus se laisser prendre, quand on a la chance de ne pas y rester, alors toutes les souffrances, morales, psychiques, physiques, qu’impose le nouveau monde aux natifs de l’ancien, ceux des générations charnières, ne sont pas vaines, elles sont nos embûches qui nous apprennent bien des choses et répondent à certaines questions qui nous hantaient quand nous étions enfants, les désillusions et les déceptions, les frustrations et les humiliations ne sont après tout que des échelons qui aident à gravir l’échelle de nos curiosités naturelles, profitons en et évitons de trop le prendre, de trop NOUS prendre au sérieux, ça soulage le poids incommensurable qui pèse sur nos épaules et dont la plus grande partie est composée de pure humaine connerie... Car il y a une chose de fascinant, c’est que tout un chacun a un accès directe et quasi instantané à une masse de connaissances inouïes dans l’histoire humaine connue, ne boudons donc pas notre plaisir, et si l’humanité semble si laide, c’est parce qu’elle met ses plus grosses tares en vitrine, pour voir sa beauté et son côté positif, il faut pénétrer dans la boutique et aller dans la salle du fond, derrière le vieux rideau poussiéreux, et là, on tutoie la profondeur riche et belle inversement proportionnelle à l’éphémère beauté artificielle d’une poitrine siliconée à la Nabilla...
              .
              Et comme pour tout, ce qui donne son prix réel à quelque chose, c’est sa rareté, et là, dans ce domaine, ni visa ni mastercard ne pourraient l’acheter, seulement nous sommes dans un monde qui privilégie la quantité à la qualité, I Know How Little Is The Value Of That Which As A Price... N’achetons donc pas n’importe quoi et ne soyons pas impatient, il y a un trésor qui sommeille en chacun de nous, trouvons le, le reste on le laisse aux primates qui se grilleraient les yeux pour un truc qui brille...

              .
              C’est là toute notre chance de devenir des gens brillants (paradoxalement) hehe...

              .
              J’arrête de faire mon Polo Couenno du pauvre et je vous dis....
              Au plaisir de vous lire, chers amis...

               


              • vote
                Heimskringla Heimskringla 19 octobre 2017 09:07

                @Semi Kebab

                J’avais déjà remarqué une part de sensibilité identique si je suis puis dire.

                Je reviendrais plus tard sur un point particulier de ton message. 


              • vote
                Joe Chip Joe Chip 19 octobre 2017 10:12

                @Semi Kebab

                Heimskringla est victime de son narcissisme, comme beaucoup d’entre nous. Nos mères nous ont élevé comme des petits êtres appelés à vivre une vie exceptionnelle, quand les enfants de la plupart des Français il y a encore à peine un siècle voyaient leur vie toute tracée se dérouler sous leurs yeux, sans même qu’ils aient parfois à prendre des décisions : naître, travailler, nourrir sa famille,
                se battre pour son pays, point. Cette aliénation de la vie individuelle au profit du collectif, dont nos aïeux avaient à peine conscience, a été remplacée progressivement par un assujettissement intégral de la vie individuelle à l’égo. Nous sommes devenus nos propres bourreaux, à la fois victime passive de nos choix et esclaves de notre mauvaise conscience, intarissable et obstiné dans notre opposition à la vie. Nous avons grandi dans un monde d’infinie possibilité où nous avons fini par croire que nous étions en quelque sorte désignés, appelés voire prédestinés à accomplir un certain nombre de choses, jusqu’au moment où nous avons fait la découverte des limites au contact du réel (et des femmes). C’est à ce moment-là que chez certains la polarité du narcissime originel tend à s’inverser. L’exceptionnalité de l’enfant se décline alors exclusivement sur un mode négatif et différentiel. On n’est plus là pour faire quelque chose mais pour être autre chose. L’adulte se retourne vers la mère : "Tu as menti !"

                Il croit donc être confronté à des problèmes singuliers, alors que ce sont des problèmes relativement répandus au sein de la population masculine, pas très originaux. Mais si je lui dis que ces états d’âme sont triviaux, il va mal le prendre, car il accorde en réalité une très grande valeur à la "différence" qu’il voit ou croit interpréter chez lui, à l’expérience subjective de cette singularité. C’est le narcissisme moderne tel qu’il est révélé dans les Confessions de Rousseau :

                Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple, et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi.
                Moi seul. Je sens mon cœur, et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ; j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m’a jeté, c’est ce dont on ne peut juger qu’après m’avoir lu.

                Retirer sa souffrance à cet individu moderne, torturé par lui-même et masochiste, serait lui retirer sa raison de vivre. En s’accordant avec la vie et avec le monde, il se sentirait peut-être libéré ou en tout cas un peu réconcilié avec lui-même, mais cela lui demanderait de renoncer à une certaine forme d’orgueil (pas au sens de vantardise) et de grandiloquence qui lui permet de supporter le prosaïsme de la vie quotidienne. C’est le long apprentissage de l’humilité au sens philosophique du terme... le fait d’accorder son existence à la grande trame du monde en intégrant consciemment le caractère à la fois tragique et futile de nos petites histoires personnelles, de nos entreprises ou de nos échecs. 

                A lire : les pensées de Marc-Aurèle, ça recadre bien.


              • vote
                Heimskringla Heimskringla 19 octobre 2017 11:44

                @Joe Chip

                "Mais si je lui dis que ces états d’âme sont triviaux, il va mal le prendre"

                Ils le sont, j’en ai de plus en plus conscience en essayant d’être moins ignorant. 

                C’est le vide et le manque de réponse à certaines questions qu’on se pose qui peut être la source de ce que tu expliques très bien. 

                J’essaie tant que je peux de remplir les vides et depuis, cela va mieux. 

                Merci pour le conseil de lecture. 


              • vote
                Gazoline Foupeste Semi Kebab 19 octobre 2017 20:18

                @Joe Chip
                Commentaire exceptionnel, chapeau, dommage que je n’aie que peu de temps ces jours ci pour participer à ce débat qui m’intéresse fortement alors que du temps pour dire des conneries, j’en ai assez d’habitude. Sans jugement de valeur aucun pour aucun d’entre nous, il est criant de vérité, ça m’interpelle, et ça me rappelle une des répliques dans fight club : 

                .

                "On est les enfants oubliés de l’histoire mes amis. On n’a pas de but ni de vraie place. On n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression c’est nos vies."

                .

                Le narcissisme est ce un défaut ou une tare dans un monde qui favorise les plus narcisses d’entre nous ? Met en avant les imposteurs, les plus égocentriques, les psychopathes qui deviennent chefs d’entreprise ou politiques de haut niveau ? Beaucoup d’appelés, peu d’élus, le narcissisme négatif (je suis une merde parmi les merdes) est il égal à je suis le meilleur, le plus beau, le plus puissant etc... ? ça se vaut au niveau de l’égo, certes, mais au niveau des conséquences sur autrui c’est pas la même limonade ou disons impacte peut être plus ou moins de monde, un narcissique négatif ne fera essentiellement du tort qu’à lui même et son entourage, un narcissique positif en fera à ceux qu’il pourra écraser de sa position dominante, à ceux et celles qui tomberont sous son charme de pervers narcissique, c’est le cas pour tous ceux qui ont l’arrogance inouïe de croire qu’ils peuvent guider les autres, ceux qui agissent avant de réfléchir, ceux qui foncent peu importe les dommages collatéraux, pourvu que leurs intérêts et leurs buts fixés soient atteints. 

                .

                Mais je ne pense pas que la responsabilité incombe complètement à l’ère de l’enfant roi, c’est surtout une crise du sens au sens général du terme qui fait qu’il y aie tant de confusion, oui, la société laisse penser que chacun a sa chance dans ce monde marchand, il n’y a rien de plus faux, oui les tendances progressistes veulent faire plier le réel à leurs fantasmes égalitaristes intégristes, oui il y a une volonté de la pensée dominante d’aller encore plus loin dans la négation de l’ordre naturel, oui il y a une totale confusion dans une humanité qui préfère vivre nombreuse et malheureuse plutôt que restreinte et sereine, oui il y a une folie globalisée pour le toujours plus loin, toujours plus haut, c’est paradoxal mais c’est pour le bien d’une partie de la population et pour le malheur de l’autre, le bonheur des uns fait le malheur des autres, dans cet ordre d’idée, alors oui nos logiciels obsolètes sont mis à rude épreuve, oui nous avons du mal à nous adapter à une évolution rapide des moeurs, des coutumes, des frontières, des découvertes technologiques, la révolution numérique fera beaucoup plus de victimes que l’industrielle, j’en tiens le pari, mais et l’individu dans ce bordel ? Il devient quoi ?

                .

                Un naufragé de l’espérance, son futur qu’il aurait pensé meilleur, toujours meilleur, devient plus sombre que son passé, c’est à l’opposé de ce que l’on nous avait fait miroiter dans les années 60-70-80, l’inertie des 30 glorieuses, avant le début de la fin de la parenthèse enchantée, et nous sommes les produits de ce désenchantement, brutal, cruel, sordide, nous sommes sortis de la matrice qu’on nous avait promise, par le retour éternel du concret, et chacun de nous doit vivre, voire survivre dans un environnement de plus en plus anxiogène, car la connaissance = souffrance, la plupart du temps, la magie de l’enfance une fois disparue, ne permet plus de s^émerveiller pour un petit rien, à moins de travailler là dessus, mais depuis le temps que j’essaie, je ne sais pas si je suis une brêle, mais ça ne marche pas longtemps et pourtant je joui d’un environnement plus campagnard qu’urbain, je n’ose imaginer comment doivent vivre les citadins mais à leur place, je me serais flingué depuis un bail.

                .

                il accorde en réalité une très grande valeur à la "différence" qu’il voit ou croit interpréter chez lui, à l’expérience subjective de cette singularité.

                .

                Je ne me permettrai pas de psychanalyser Heimskringla sur la base de ses commentaires mais je comprends ce que tu veux dire Joe Chip, il m’est arrivé plus souvent qu’à mon tour, de ne pas vouloir ressembler aux autres, cultiver mes différences pour m’extraire du conformisme en quelque sorte, devenir original, marginal, sortir du moule, sortir du rang, je pense que ce n’est pas un mal en soi, il devient malsain quand on en abuse, c’est comme pour tout le reste, d’ailleurs, question de dosage, dans ce cas nous sommes tous à nous complaire dans nos trivialités respectives, il suffit de se dire que nous ne sommes que des paramètres de l’humanité pour y remédier et retrouver un semblant d’humilité à ce niveau là, c’est ce que j’essaie de faire personnellement, même si ça me plaît toujours de me dire que je ne suis pas comme tous ces moutons qui suivent un mouvement ou une tendance, ça me plaît de penser que je taille seul ma route, même si je sais que cette route a été, est, sera empruntée par un nombre incalculable d’autres paramètres de l’humanité avant moi, en même temps que moi et après moi.

                .

                Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre.

                .

                C’est vrai, ça rassure, et ça permet de se connaître, ça permet bien des choses, ça isole aussi, souvent, c’est vrai, mais peut on être blâmés pour tenter de prendre du recul en se fermant sur soi plutôt que de s’ouvrir aux autres dans une société comme la nôtre ? Je ne voudrais pas citer Krishnamurti, cela me fait l’effet de ces pouffes qui découvrent Polo Couenno et se prennent pour des chamans accomplies après sur facebook, mais cela me semble approprié : Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade.

                .

                Si je prends mon exemple personnel, il m’est arrivé de m’autodétester assez pour ne plus supporter les gens qui me ressemblaient trop, parce que j’avais du mal déjà à me supporter alors si en plus, je devais fréquenter d’autres "moi", merci bien, alors j’ai frisé la misanthropie absolue avant de revenir à des sentiments moins amers, envers moi et les autres, mais je pense avoir fait un pas dans la direction de ton excellent paragraphe :


                .

                Retirer sa souffrance à cet individu moderne, torturé par lui-même et masochiste, serait lui retirer sa raison de vivre. En s’accordant avec la vie et avec le monde, il se sentirait peut-être libéré ou en tout cas un peu réconcilié avec lui-même, mais cela lui demanderait de renoncer à une certaine forme d’orgueil (pas au sens de vantardise) et de grandiloquence qui lui permet de supporter le prosaïsme de la vie quotidienne. C’est le long apprentissage de l’humilité au sens philosophique du terme... le fait d’accorder son existence à la grande trame du monde en intégrant consciemment le caractère à la fois tragique et futile de nos petites histoires personnelles, de nos entreprises ou de nos échecs.

                .

                Rien à ajouter là dessus, mais encore une fois, peut on blâmer l’individu qui se perd sur cette route, sur ce chemin ? Je ne pense pas, si nous vivions dans un monde cohérent avec lui même (au sens humain j’entends) pas dominé par le mensonge, les fourberies et l’argent, oui ce serait incompréhensible que tant de gens fuient ainsi les réalités modernes, mais franchement, qui n’est pas impacté par les contradictions humaines depuis la nuit des temps ? A part certains ermites, sages, inconscients ou trisomiques ? Qui ? On dirait que Marc Aurèle en avait déjà conscience, est ce bon signe de se dire que l’humanité tourne en rond au moins depuis Platon ?

                .

                Pas certain que ça soit rassurant...


              • vote
                Gazoline Foupeste Semi Kebab 19 octobre 2017 20:26

                @Heimskringla
                J’avais déjà remarqué une part de sensibilité identique si je suis puis dire.

                .

                Nous sommes certainement très nombreux à la partager et quelque part ça fait toujours plaisir de se sentir moins seuls...


              • vote
                Gazoline Foupeste Semi Kebab 19 octobre 2017 20:37

                @Joe Chip
                Par contre sur la vénalité des femmes et/ou la misogynie au vu de mon vécu personnel, qui n’appartient qu’à moi, ça m’a souvent démoli le moral de constater que j’étais moins sexy qu’un billet de 500 euros...

                .

                Et oui, les femmes (celles que j’ai connues du moins donc constat hautement non exhaustif, j’en ai pas eu 700 comme Soraël) aiment l’argent, le placent en priorité number one. Mais j’ai pas eu de bol en amour, je le confesse.

                .

                Ce que je cherche chez une femme, enfin l’idée que je me suis toujours fait de mon couple et que je n’ai jamais encore eu la chance de connaître, c’est la complémentarité, pas de rapports de force, pas de dominé/soumis, un contrat accepté en commun pour faire un bout de chemin constructif ensemble afin de bâtir quelque chose. N’étant ni un Apollon ni un Don Juan, certaines femmes m’ont reproché d’être trop gentil, que j’étais facile à "bouffer", certaines ne se sont pas privées, est ce que je déteste les femmes malgré les souffrances qu’elles m’ont infligées ? Que nenni, je persévère et je suis tenace, d’autant plus que j’ai été aussi élevé par des femmes, comme Heimskringla et que j’ai toujours voulu depuis l’adolescence, reproduire le schéma de couple que formaient mon père et ma mère, mon père était absent pour son travail et n’a donc pas pu m’élever, ils se tenaient par la main même après 60 ans de mariage, j’ai toujours souhaité que cela m’arrive, ça ne m’est jamais arrivé, c’est pas une raison pour que je crache sur les femmes, maintenant je vais aux putes, le contrat a au moins le mérite d’être clair, même si le sexe sans amour a un goût amer... et c’est pas une question d’hygiène négligée...



              • vote
                Heimskringla Heimskringla 20 octobre 2017 12:26

                @Semi Kebab

                "Je suis ok avec le côté naturel du truc, mais alors qu’on arrête de nous faire croire qu’on n’est pas des animaux et assumons nos instincts primaires, sans chichis,"

                Il n’y a que de cette manière qu’on peut les sublimer car sinon ou même les utiliser moins vulgairement, on est dépassé par des instincts sauvages qu’on n’arrive pas à définir par ignorance et donc, qu’on peut résumer à une névrose personnel du "Je/moi" responsable de tout. 

                Terrain parfait pour développer une haine de soi. 

                Alors que si tu prends conscience de cette part biologique évidente, que tu essaies de la comprendre, tu peux je pense avoir plus d’emprise dessus et du coup, avoir aussi un peu plus d’empathie pour toi même et de contrôle sur les choses. 

                Cela relativise aussi le "je" ce qui n’est pas une mauvaise chose vis à vis d’un narcissisme négatif prenant sa source d’un "je" basé sur l’orgueil, la vanité ect. 

                Pour résumer je dirais qu’il faut prendre conscience que nous sommes 100% déterminé pour devenir 100% libre. 



              • vote
                Heimskringla Heimskringla 20 octobre 2017 12:43

                @Heimskringla

                La personnalité narcissique est surtout caractérisée par une haute estime de soi, mais cela est également possible avec une très faible estime de soi. Exemple : Je me sens nul, du coup j’ai besoin de reconnaissance, que les gens disent que j’ai des qualités, que l’on me dise que j’ai du talent, j’ai donc un besoin de l’autre pour me faire sentir important. C’est donc en un sens rechercher l’admiration des autres comme chez le narcissique qui a une haute estime de soi, c’est exactement la même chose mais par un cheminement différent.


              • vote
                Gazoline Foupeste Semi Kebab 21 octobre 2017 23:42

                @Heimskringla
                Bonsoir, j’aurais tant à dire mais si peu de temps... Dommage car en d’autres circonstances, j’aurais amené ma pierre à ce débat plus qu’intéressant et sur de nombreux points, la femme éternelle victime par exemple, jusqu’à nos remises en question de mâles blancs hétéros cisgenres donc forcément patriarcaux donc oppresseurs, donc cro-magnon donc fascistes donc nazis donc à fuir... J’exagère à peine mais on en arrive là, les sketchs des inconnus faisaient rire il y a 20 ans, (politiques, anticipatifs, je pense au débotté à l’académicien qui en est arrivé là par usage du verlan dans une émission animée par l’arrière petit fils de Pivot, (gamelle 2 bouses à un poste au gouvernement, ministre de la culture, c’est pour bientôt, le fils Madoff aux finances, BHL aux affaires étrangères et Weinstein à l’éducation), la France islamisée, les gens du nord, les frères rapetou, l’heure de la vérité vraie, le rap omniprésent, etc...) maintenant c’est notre réalité commune 25 ans plus tard, on commence à pouvoir craindre que le discours hallucinant des lobbyistes très envahissant sur les réseaux sociaux ne soient la réalité des gosses d’aujourd’hui dans leurs demains...

                .

                Ils nous ont bien niqués avec leur monde meilleur dans les années 60-70, hein ?

                .

                Revenons à nos moutons tondus...

                .

                La personnalité narcissique est surtout caractérisée par une haute estime de soi, mais cela est également possible avec une très faible estime de soi.

                .

                Oui, (je m’exprime avec mon ressenti personnel, c’est celui que je connais le mieux), MAIS... L’inévitable mais des contradictions humaines selon les divers points de vue desquels l’observateur temporel se place mais néanmoins indispensable à une saine compétition et échange d’idées, possible avec une faible estime de soi dans le cadre de la survie, pour quelqu’un qui a la vie chevillée au corps, le narcissique + cherchera à briller aux yeux des autres, le narcissique - sait qu’il a un truc en plus par rapport à la masse mais ne sait pas forcément quoi, par contre il se débrouillera mieux que le lambda pour se sortir de situations difficiles, le narcissique - cherchera l’anonymat plutôt que la célébrité, perso, j’aurais eu certaines dispositions pour accéder à une relative notoriété mais j’ai tout fait pour fuir cet état de fait car je hais les gens qui se mettent en avant, question d’éducation, de nature ou je ne sais quoi, mais c’est un fait, je me débrouille pour me faire oublier, alors que je sais que j’ai plus de talents que certains qui en vivent et qui jouissent d’une notoriété énorme, bon, c’est pas difficile vu le niveau effroyablement médiocre des merdias autorisés et des gens qui s’y prostituent, conséquences douloureuses des lois du marché, plus c’est con, plus ça rapporte, on se souvient tous du bo le lavabo qu’il est laid le bidet de Vincent Lagafe, premier au top 50 pendant des semaines il y a de cela 27 ans, n’est ce pas, alors hommage au ridicule par des gens férus d’autodérision ou alors précurseur avant coureur de la chiasse dans laquelle nous pataugeons aujourd’hui ? C’est à chacun de se faire sa propre opinion, quoiqu’il en soit, oui j’ai un égo hypertrophié, mais il m’a permis de survivre, sans lui, je serais mort, pourtant j’ai plus tendance à me considérer comme une merde que quelqu’un de génial, mais attention, LA plus grosse merde de l’univers, hein, c’est pas n’importe quelle chiure de chihuahua qu’on cause là, c’est Ze merde Of The Universe, ça impose le respect inversé non ? Et en ce sens, je rejoins en négatif le mec qui se prend pour superman jusqu’à en porter le slip, (riez pas, j’en connais pour de vrai...)

                .

                Les narcissiques - sont donc les contraires des narcissiques + mais le principe est le même.... C’est vrai... Comme si les uns étaient destinés à contrebalancer les autres pour conserver un semblant de juste milieu dans l’égo humain collectif, afin que l’équilibre général soit plus ou moins stable, on retrouve en tout, le concept de dualité, y compris dans le domaine commercial de la chanson : exemples : les gentils : Les Beatles, les méchants : Les Rolling Stones, Prince/Michael Jackson, De Niro/Pacino... Toujours en couple, les stars n’y échappent pas...

                .

                Action/réaction dans tous les domaines il y a la réponse aux questions et inversement. L’humanité qui s’interroge sur ses questions existentielles toujours en suspend... Dans quel état j’erre ? D’où viens je ? Qui suis je ? Un simple singe ou un dieu qui singe un singe ?

                .

                L’oeuf ou la poule, la poule ou l’oeuf ? Mystère et boule de gomme.

                .

                Pour ça que nous tournons philosophiquement en rond depuis Platoon (le double o est volontaire)

                .



              • vote
                Gazoline Foupeste Semi Kebab 22 octobre 2017 00:42

                Paradoxe étrange, je sais que je ne suis rien mais faisant partie d’un tout...

                 smiley

                .

                Le tout est de définir ce qu’est ce tout qui n’est peut être rien...

                .

                Par contre en dessus, je ne fabule pas, je sais que j’aurai pu accéder à une certaine notoriété, à l’école, dans la musique, à l’armée toute une chambrée m’acclamait, j’ai aimé ça au début, j’ai détesté ça ensuite, car je suis incapable d’assurer le service après vente, notamment, être disponible pour tous ceux qui trouvaient en moi quelque chose en plus, c’est pas mon rôle, c’est pas mon style, c’est pas mon truc, je suis certainement perceptible sur le plan autistique, mais je n’en ai pas la preuve scientifique n’ayant pas passé les tests pour le déterminer ou non, c’est un ressenti que j’ai, par ce dont je suis certain c’est que... je n’suis pas un héros, faut pas croire ce que disent les capos...

                .

                Voilà, je ne suis qu’un paramètre de l’humanité qui tente d’accepter sa part d’animalité, de devenir unité, de trier le vrai du faux, d’apprendre et de comprendre, sans vouloir dominer qui que ce soit sans pour autant devenir être un soumis pour quelqu’un, un électron libre qui ne vaut pas mieux qu’un autre ni n’est pire qu’un autre, seulement un esprit qui tente de rester libre en préservant le peu d’innocence qu’il lui reste... Autant dire un ... utopiste, un doux rêveur, mais c’est pourtant ce que je suis au fond de moi, et surtout, un sale putain d’égoïste... Haine de soi avez vous dit ? Oui cette époque est propice à la haine de soi, surtout qu’elle se nourrit des vestiges de l’éducation chrétienne, entre autres, basée sur la culpabilité, la honte, le remord en vue d’une hypothétique rédemption, voire une place VIP au paradis, pour les plus érudits des abrutis...

                .

                Epoque fascinante que la nôtre, n’est il pas ?

                .


              • 1 vote
                Joe Chip Joe Chip 23 octobre 2017 21:47

                @Semi Kebab

                Par contre sur la vénalité des femmes et/ou la misogynie au vu de mon vécu personnel, qui n’appartient qu’à moi, ça m’a souvent démoli le moral de constater que j’étais moins sexy qu’un billet de 500 euros.

                Je n’ai jamais nié la vénalité des femmes. Mais cette vénalité a des raisons logiques et légitimes, que cela nous plaise ou non. Les femmes ne préfèrent pas - de manière générale - le plus riche seulement par amour immodéré de l’argent, ou le confort par simple adhésion au matérialisme ou obsession de la facilité, même si on trouvera toujours des femmes qui correspondent caricaturalement à ce portrait. 

                La psychologie évolutionniste explique très bien l’origine de ce trait inscrit au plus profond de la psyché des femmes (et des femelles) par des centaines de milliers d’années d’évolution, et que les variations subtiles apportées par l’environnement moderne (art, culture, loisir, etc.) n’ont jamais permis de dépasser, en tout cas, jamais complètement. 

                Ceci étant dit, il faut aussi le relativiser. Premièrement, la plupart des femmes vont toujours viser des hommes qui baisent dans leur propre catégorie, ou juste un peu au-dessus. L’expérience montre que les hommes et les femmes sont en règle générale assez bien assortis, tant sur le plan social qu’esthétique. C’est quand même assez rare de voir un top modèle au bras d’un laideron plein aux as.

                Deuxièmement, il ne faut pas forcément le voir de manière négative. A titre personnel, je trouve plutôt rassurante l’idée que les femmes ne soient pas uniquement préoccupés de beauté physique (en fait, surtout le visage). Elles évaluent ce que nous avons fait de notre vie, je crois que c’est cela qui nous met aussi mal à l’aise, surtout quand nous avons mauvaise conscience. 

                A contrario, il ne faut pas non plus exagérer l’importance de l’argent. Les histoires de mecs riches et plein aux as qui se font planter, tromper, cocufier, divorcer, plumer par des nanas ravies de s’envoyer en l’air avec le prof de tennis, c’est pas seulement dans les vieux pornos (avec un semblant de scénario). Elon Musk le geek génial multimilliardaire s’est pris trois divorces dans la tronche, dont deux fois avec la même femme je crois. Il y a des milliers de femmes qui soupirent et gémissent dans des cabinets de psy en se sentant délaisser par leur mari qui "fait passer le travail avant moi". 

                Bref, on n’est jamais assez beau, assez friqué, c’est tout à fait certain. Après, c’est sûr, si t’es pauvre, moche et con, là il vaut mieux s’intéresser à autres choses qu’aux femmes. On peut rester intègre en étant célibataire.

                Ce que je critique, c’est surtout l’immaturité des hommes qui, passés un certain âge, continuent à se morfondre à cause d’une chose qu’ils ne pourront jamais changer. Bon, les femmes sont comme ça. Il faut à mon avis soit l’accepter soit se résoudre à cultiver son propre jardin.

                Ce que je cherche chez une femme, enfin l’idée que je me suis toujours fait de mon couple et que je n’ai jamais encore eu la chance de connaître, c’est la complémentarité, pas de rapports de force, pas de dominé/soumis, un contrat accepté en commun pour faire un bout de chemin constructif ensemble afin de bâtir quelque chose.

                Je suis naturellement d’accord avec cette vision des choses mais les rapports de force sont inévitables au sein du couple, comme ailleurs. Le problème, c’est que les couples sont fusionnels aujourd’hui. Des gens immatures qui se retrouvent pour compenser leurs failles, combler leurs besoins respectifs... au bout de quelques années les illusions se dissipent et chacun se retrouve tout seul devant l’autre, sans plus pouvoir se cacher. 

                Je n’ai pas prétendu "psychanalyser" Heimskringla, j’ai juste dit des choses qui me semblent être valables pour beaucoup d’hommes de cette génération. Les plus jeunes sont beaucoup plus cyniques avec les femmes. J’ai moi aussi été entouré par les femmes quand j’étais gosse, ce que je ne vois pas d’ailleurs uniquement comme un truc négatif, mais il est clair que cela a eu un grand impact sur notre façon de voir la vie et d’aborder les relations homme-femme. Le côté "gentil" on est beaucoup à se l’être pris en pleine tronche avec les femmes, même si je n’ai pas vécu quelque chose d’aussi douloureux et mouvementé que toi.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès