• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Zemmour : "pour moi les migrants sont des envahisseurs" ; l’exploit de (...)
#93 des Tendances

Zemmour : "pour moi les migrants sont des envahisseurs" ; l’exploit de Mamoudou Gassama ne change rien aux problèmes qu’ils posent !

Ce que Zemmour pense de l'affaire Mamoudou Gassama

 

Tags : Politique Société Eric Zemmour Polémique Migrants




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Vraidrapo 8 juin 10:41
    Je me contente de commenter le titre, je n’ai plus envie d’entendre Zemmour...
    Depuis le temps que nous nous prétendons un peuple civilisé, informé, démocratique etc, etc.. il faudrait au moins rester ferme sur les fondamentaux si nous voulons aller de l’avant ( on peut rêver, non ?).
    "L’Afrique est un Continent riche peuplé de pauvres" disent certains, fiers de la trouvaille...
    Si les révoltes sont tuées dans l’œuf avec la complicité de l’armée française pour le bénéfice de sociétés nationales qui optimisent les revenus...
    Puisque les gens sont intelligents, je ne vais pas prolonger d’un ou deux §.
    Conclusion : Les migrants sont chez eux en FRANCE et, notre ennemi commun est implicitement désigné ci-dessus

    • 9 votes
      Zatara Zatara 8 juin 13:13

      @Vraidrapo
      Conclusion : Les migrants sont chez eux en FRANCE et, notre ennemi commun est implicitement désigné ci-dessus

      Corolaire du même niveau : les multi nationales sont chez elles en Afrique.


    • 10 votes
      Zatara Zatara 8 juin 13:16

      @Vraidrapo
      et puis.... prends toi 2 familles d’immigrants chez toi, à faire vivre avec ton salaire uniquement.... Je désespère pas que tu finisses par comprendre une certaine logique au bout d’un moment.....


    • 2 votes
      kako 8 juin 16:10

      @Zatara
      Le problème, ce n’est pas la présence des multinationales, c’est le fait connu de tous que les anciennes puissances coloniales, n’ont aucun intérêt à l’émergence d’une vraie gouvernance africaine. Elles s’y opposent en éliminant physiquement, tous ceux qui refusent de se plier à leur diktat. C’est là le vrai problème. Donc après, c’est juste hypocrite de venir pleurer que la France est envahie, par des migrants que vous maintenez volontairement dans le sous développement ! Quand vous avez faim, vous sortez de chez vous pour aller chercher de quoi vous nourrir, avec votre famille, quitte à affronter les pires dangers. Vous osez reprocher çà aux africains ? 


    • 4 votes
      Heimskringla Heimskringla 8 juin 16:22

      @kako

      "Vous osez reprocher çà aux africains ? "

      Y’a des bananes sur tous les arbres en Afrique, salut. 


    • 6 votes
      Heimskringla Heimskringla 8 juin 16:23

      @Heimskringla

      Et c’est bien meilleur que notre bouffe industrielle. Putain les cerveaux de gauchistes faut les massacrer pour le bien de l’humanité c’est plus possible, ça devient très très grave ce problème. 


    • 5 votes
      Zatara Zatara 8 juin 16:26

      @kako
      Quand vous avez faim, vous sortez de chez vous pour aller chercher de quoi vous nourrir, avec votre famille, quitte à affronter les pires dangers. Vous osez reprocher çà aux africains ?

      voilà.... encore du très haut niveau, je m’incline.


    • 8 votes
      Qirotatif Qirotatif 8 juin 16:31

      @kako
      Sauf que nous ne voulons pas de cette politique extérieure française. Ce n’est pas de la faute des Français si les Africains sont incapables de prendre leur destin en main. Dés qu’il y a des heurts inter-ethniques c’est la France qui doit venir sécuriser leurs populations. Le pb de l’Afrique c’est sa surpopulation, son incapacité à la gérer, son incapacité à créer des infras, à former des élites, créer des réseaux (eau, électricité, assainissement, com, routes, ports, aéroports, rail...). Les Africains viennent en France parce que notre pays est civilisé, que les gens ont des droits, l’éduc et la santé sont accessibles. On peut presque y vivre sans travailler. Les "migrants" qui ne sont qu’une goutte d’eau sur laquelle on se polarise pendant que 200 000 personnes entrent chaque année sur le territoire alors qu’il n’y a aucun emploi pour eux, pas de logement non plus... viennent pour cela et pas parce qu’ils fuient la guerre ou la famine. 

      Par contre les Français ont veauté pour que perdure cette situation... ils sont en train de détruire leur propre pays mais que faire, à part tenter de les convaincre. Quant à ceux qui se repentent, ceux qui s’excusent de respirer et toutes les petites raclures qui accusent en permanence le pays, je crains qu’on ne puisse plus rien pour eux.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 8 juin 17:56

      @Qirotatif

      Je vais commencer par montrer patte blanche en précisant que je suis contre l’immigration massive et que je ne pense absolument pas que les migrants africains soient chez eux en France. Je rajouterai que les premiers responsables du problème des peuples africains, ce sont les africains eux-mêmes , une maxime qu’on pourrait étendre à n’importe quel peuple, par exemple les premiers responsables des problèmes des Français, ce sont les Français eux-mêmes, tu as toi-même bien décrit le problème « les Français ont veauté pour que perdure cette situation... ils sont en train de détruire leur propre pays ». Prière de tenir compte de ce paragraphe, que ça n’aille pas dans tous les sens en me renvoyant au sans frontièrisme ou au gauchisme internationaliste tiersmondiste. smiley

      Maintenant que c’est dit, je vais réagir à ceci :

       «  Les Africains sont incapables de prendre leur destin en main. Dés qu’il y a des heurts inter-ethniques c’est la France qui doit venir sécuriser leurs populations. Le pb de l’Afrique c’est sa surpopulation, son incapacité à la gérer, son incapacité à créer des infras, à former des élites, créer des réseaux (eau, électricité, assainissement, com, routes, ports, aéroports, rail...)  ».

      Est-ce que tu insinues que les interventions militaires françaises les assassinats politiques, et autre mise en place de réseaux de puissance par l’Etat français sur le continent africain n’a pour but que de mettre fin à des heurts interethniques smiley  ? Je te pose la question parce que ton commentaire pourrait être compris de cette façon. Je ne t’accuse pas de l’avoir insinué, je te demande des précisions pour plus de clarté. 

      Mais au cas où ce serait le cas, ce serait gratiné. Ça me ferait penser à cette catégorie de droitard qui se plaignent de ce que la France se fasse accuser de tous les maux par certains gauchistes et qui en arrivent, par exaspération et par esprit de contradiction à défendre la thèse exactement opposée selon laquelle l’action de la France en Afrique ou au M.O serait forcément positive et relevait du maintient de la paix et de l’humanitarisme  smiley . On passe donc sans transition à l’image d’une France diabolisée à une image d’une France angélisée. Je ne t’en accuse pas spécifiquement, je dis que si tu répondais « oui » à la question que j’ai posée plus haut, voilà à quoi ça correspondrait selon moi. Ce serait faire fit de toutes les documentations qu’on a sur les interventions de la France en Afrique spécifiquement, ce serait une méconnaissance de l’impact négatifs de ces interventions sur les pays africains.

      Je l’ai dit, les africains sont les premiers responsables de leurs situations , admettre que l’impérialisme français est un problème n’est pas les exonérer de cette responsabilité , c’est ainsi que fonctionne le système international , le fort bouffe le faible et c’est au faible de s’organiser pour devenir fort. C’est cruel mais c’est ainsi. La responsabilité des peuples africains n’est pas d’être incapable à former des élites ( qui se font assassiner ou juger comme de vilains dictateurs quand ils ne plaisent pas aux parrains occidentaux ) mais elle est celle de ne pas s’insurger contre ces impérialismes. De ne pas se battre contre cet impérialisme comme il le faudrait, c’est-à-dire au risque de leurs propres vies et celle de leurs enfants. Leur principale responsabilité, c’est de consentir à cette domination impériale qui installe des élites compradores à la tête de leurs pays.  La vie n’a pas de prix pour celui qui combat pour sa liberté. Quand on accepte la domination pour sauver sa vie , on est responsable de son propre sort. 

      Et je le dis en sachant très bien qu’aujourd’hui l’impérialisme français est dépassé (voir incorporé) par des réseaux anglo-saxons qui sont d’autant plus agressifs qu’ils tentent d’endiguer l’approvisionnement en matière première de la Chine.


    • 7 votes
      Qirotatif Qirotatif 8 juin 21:43

      @maQiavel
      "Est-ce que tu insinues que les interventions militaires françaises les assassinats politiques, et autre mise en place de réseaux de puissance par l’Etat français sur le continent africain n’a pour but que de mettre fin à des heurts interethniques  ?"

      Non mais c’est un cas qui existe et à titre personnel je les laisserais se massacrer entre eux. Dans nombres de pays les ethnies rivales se découpent à la machette à la moindre anicroche, intervention française ou non : la réalité de l’Afrique c’est l’ethnie. De même que l’esclavage est encore largement pratiqué et la France n’y est pour rien. Les Maures noirs réduits en esclavage par les Maures blancs, les pygmées par les bantous, même tarif au Soudan et ailleurs, etc. 150 millions d’enfants sont réduits au travail, sans même parler des massacres inter-religieux. Tout cela est le fait des Africains eux-mêmes.

      Il est évident que l’armée française intervient (et a dézingué nombre de dirigeants qui voulaient dév leur pop et s’émanciper) dans d’autres cas pour défendre les intérêts de la France... plus précisément les intérêts des transnat plus ou moins françaises (Areva, Total, EDF, Bolloré, Lafarge, etc.). Il est aussi évident que certains (pas tous... ) pays ont été déstabilisés à cause de l’intervention franco-américaine en Libye. Les groupes djihadistes ont pu s’armer et se déplacer grâce à ce chaos au Sahel qui a des conséquences sur les pays plus au sud. Mais la réalité aussi c’est qu’à part le Tchad (et l’Algérie mais ce pays défends les intérêts de ses oligarques avant toute chose) aucun pays africain n’a été foutu de monter une armée digne de ce nom, alors que certains ont des sous-sols qui regorgent de richesses. Tu le dis toi-même : c’est à eux de résister, de lutter et dégager tous les pays étrangers. Maintenant demandes à un entrepreneur Algérien (ou autre) s’il préfère bosser avec des Chinois/Européens ou des Algériens et tu auras la réponse. Et pourtant la main d’oeuvre ils n’en manquent pas...


      "Leur principale responsabilité, c’est de consentir à cette domination impériale qui installe des élites compradores à la tête de leurs pays.  La vie n’a pas de prix pour celui qui combat pour sa liberté. Quand on accepte la domination pour sauver sa vie , on est responsable de son propre sort. "

      Certes mais si l’on veut aller au fond des choses il faut essayer de comprendre le pourquoi de cette incapacité, de cette soumission et dire que ces populations (je schématise, tous les pays ne sont pas dans la même situation : l’Ethiopie par exemple s’en sort... mais grâce à qui là encore ?) sont incapables de se prendre en charge elles-mêmes. Sarko disait que l’homme africain n’était pas encore rentré dans le 21e... à certains égards il a été généreux de un, voire deux siècles. L’exemple du Zinbabvve et sa réforme agraire montre toutes les insuffisances : non seulement cette réforme s’est faite souvent au profit d’apparatchiks mais souvent les fermiers noirs qui ont remplacé les blancs (expulsés sans dédommagement) n’avaient pas de formation. Résultat : crise alimentaire. Travailler la terre est une science, un métier. L’Afrique ne parvient pas à produire cette formation, elle n’arrive pas à éduquer sa pop parce que celle-ci est enfermée dans des traditions rétrogrades : avec les filles mariées à 12-13 ans et déjà en train de pondre leurs premiers d’une série de 6 ou 7 gosses minimum, gosses qu’elles seront incapables de nourrir, soigner et éduquer, c’est impossible de s’en sortir. 

      Certains pays étaient sous-developpés il y a 50 ans et sont des réussites aujourd’hui : la Corée du sud et les autres dragons avaient le même niveau éco (voire pire) que les pays Africains dans les années 60 et aujourd’hui ils sont en pointe dans tous les domaines. Il y a une question de capital humain. Elle est tabou mais c’est une réalité. On ne peut pas en vouloir à l’Africain qui veut réussir en Europe ou s’offrir juste une meilleure vie. Par contre cette immigration, cette fuite des cerveaux africains pourtant indispensables dans ces pays, est une catastrophe pour nous comme pour eux. 


    • 1 vote
      Qirotatif Qirotatif 8 juin 21:45

      @maQiavel
      ". Prière de tenir compte de ce paragraphe, que ça n’aille pas dans tous les sens en me renvoyant au sans frontièrisme ou au gauchisme internationaliste tiersmondiste. "

      Oh mais je n’y pensais même pas cher centrard. 


    • 8 votes
      BlueMan BlueMan 8 juin 22:10

      @Vraidrapo : "Les migrants sont chez eux en FRANCE" : et mon cul, c’est du poulet ?

      Qui de toi, ou d’un inconnu ayant forcé la porte de ta maison pour s’installer chez toi, est le maître de ta maison ? Qui est légitimement chez lui ? Et qui y fait la loi ?

      Hypocrite ! Faux cul !

      Tu es un aveugle, complémentent intoxiqué au droit-de-l’hommisme, et à côté de tes pompes...


    • 4 votes
      Phillibert 8 juin 22:48

      @Vraidrapo Les migrants sont chez eux dans leurs pays ET NON PAS EN FRANCE. Ce sont des clandestins qui n’ont strictement RIEN à faire sur le sol Français. DEHORS TOUS CES PARASITES !!!!!


    • vote
      Toutatis 9 juin 09:23

      @Vraidrapo
      Attitude particulièrement idiote puisque l’ "ennemi commun" en question, comme toute la finance internationale, et immigrationniste, ne serait-ce que pour détruire les dernières barrières nationales qui pourraient empècher sa domination.

      Si on suit le raisonnement, pour combattre les multinationales, il faut favoriser le projet des multinationales.


    • vote
      maQiavel maQiavel 9 juin 12:17

      @Qirotatif

      Sur la réalité de l’Afrique qui serait l’ethnie, cette phrase à la Lugan me fait souvent marrer. Non seulement elle fait l’impasse sur l’exode rural, l’urbanisation et les différents mélanges ethniques qui y ont lieu et de l’émergence des différents patriotismes nationaux depuis les indépendances mais en plus on croirait une spécificité africaine. La réalité de l’Europe c’est quoi ? Ce n’est pas l’ethnie smiley ? Quelle différence entre ethnie et nation fondamentalement ? Sans oublier que l’émergence des nations est un phénomène très tardif en Europe.

      Qu’il puisse exister des conflits ethniques en Afrique est une réalité. Et alors ? Est-ce que l’Europe et les autres continents n’ont jamais connus de conflits ? Ça ne veut rien dire ça. D’autant plus que ces conflits sont souvent attisés par les luttes entre les différents impérialismes , voir les livre de Pierre Péan qui sont très bien documentés sur le sujet. 

      Pour ce qui est de l’esclavage largement pratiqué, tu parles d’un pays spécifique à savoir la Mauritanie. Ce n’est pas représentatif de l’ensemble du continent, le terme « esclavage » renvoie à une réalité sociale et juridique bien spécifique et on ne peut le renvoyer à n’importe quel cas d’exploitation de l’homme par l’homme. Par contre, il existe effectivement une forme de capitalisme de prédation en Afrique ( comme partout dans le monde ) dont découle de nombreuses exploitations. Tu retrouves la même chose en Asie du sud est ou Amérique latine et avec souvent à la source des multinationales occidentales. 

      Pour ce qui est de la question agraire, l’Afrique a vécu des milliers d’années de l’agriculture et de l’élevage mais tout d’un coup, elle ne parviendrait plus à former sa population à l’agriculture à cause de traditions dites rétrogrades ? Ça n’a aucun sens smiley. Tu parles d’autres choses en réalité, d’une agriculture capitaliste hyper-productiviste faite pour faire du profit et non pour nourrir la population et en effet ce type d’agriculture intégré à l’économie monde n’est pas le fort des pays africain contrairement à l’Amérique latine par exemple. Mais est-ce un mal, alors qu’on a justement au Brésil de grand latifundium capitaliste hyper-productiviste et très coûteux écologiquement, qui créent d’énormes inégalités sociales ? Est-ce que justement, on n’entre pas un à âge ou sera favorisé les circuits courts de production locale pour la population locale ? C’est portant ce qu’il me semble et cette production correspond totalement à l’agriculture traditionnelle africaine. 

      Ne pas être entré dans l’histoire ne veut rien dire non plus , c’est une vision qui découle d’un européocentrisme moderne progressiste basé sur la capacité à activer les leviers techno-scientifiques , c’est une réduction de l’histoire qui n’a aucun sens et que même les européens qui vivaient avant la découverte des Amériques n’auraient pas comprise ... 

      Bref, c’est à l’Afrique de trouver sa voie et elle n’est peut être pas celle imposée par les instances internationales qui impulsent des politiques économiques et développementales fondées sur l’intégration à l’économie monde capitaliste. Et de cette perspective , l’histoire du capital humain tombe à l’eau. Mais encore faut-il résister aux différents rapports de force pour imposer sa propre voie pour soi même.  Et c’est comme je le disais le reproche qu’on peut faire aux africains : c’est à eux de résister, de lutter et dégager tous les impérialistes étrangers. Mais on ne peut pas dire ça et en même temps condamner la lutte des palestiniens qui sont prêts à sacrifier leurs vies et celles de leurs enfants  alors que c’est précisément l’exemple que les africains devraient suivre pour se libérer. smiley


    • vote
      berger14 10 juin 08:48

      @Vraidrapo
      Il faut assumer les conséquences de ton point de vue.

      Es-tu prêt à partager ton logement et tes revenus avec plusieurs africains qui sont des millions à souhaiter s’installer en France ?


    • vote
      Djam Djam 10 juin 10:59

      @Vraidrapo
      Plus irresponsable que votre réponse on ne trouve pas... ou plus exactement, on ne trouve ce genre de propos irresponsables que dans les moments de crise grave et la France est sujette à une attaque gravissime depuis quelques décennies. La pseudo gauche et ses armes de destruction massive s’attaquent à la culture, au peuple historique, à l’Histoire véritable et, plus grave, à tous ceux qui s’opposent à ce délire mondialiste qui veut imposer un individu sans racine, métissé, abruti, déculturé parce que ce profil de sous humain est bon pour la pérennité du capitalisme apatride, sans limite, sans loi, sans autre objectif que l’aliénation totale des peuples afin de les exploiter comme l’on exploite les troupeaux.

      Vraidrapo, votre drapeau pue la collaboration et malheureusement vous n’êtes pas le seul...


    • 2 votes
      Qirotatif Qirotatif 10 juin 12:49

      @maQiavel
      Je me fous que Lugan (et ses raquettes de tennis plombée smiley ) le dise aussi. Et d’ailleurs ce qui suit montre que tu n’as pas compris la phrase : " La réalité de l’Europe c’est quoi ? Ce n’est pas l’ethnie  ?". Evidemment que l’Europe est constituée d’ethnies, quelle question... mais des pays, des provinces organisées existent depuis des siècles et les gens ne se massacrent pas au sein d’un même pays pour des raisons ethniques (on peut toujours me citer la Yougo, l’Ukraine actuelle... il y a des exceptions bien entendu). Pour la France par exemple, il y a évidemment eu des guerres entre seigneurs, des conflits inter-religieux mais le dernier massacre en date et d’ampleur est celui des Vendéens. 


      "D’autant plus que ces conflits sont souvent attisés par les luttes entre les différents impérialismes , voir les livre de Pierre Péan qui sont très bien documentés sur le sujet."

      Bien entendu. Ce que je disais c’est que la réalité ethnique dépasse tout. En Europe ce n’est plus le cas depuis longtemps. 

      Nos viles datent de plusieurs siècles, voire millénaires. Nous avons une histoire que l’on retrouve dés qu’un chantier est entreprit n’importe où, des villes aux campagnes. Une histoire ce n’est pas simplement des générations qui se succèdent, ce sont des murs érigés, de l’art, un droit qui a des sources, un savoir ancien. Ma région a été par exemple complètement façonnée par l’homme dés le M-Â et encore aujourd’hui tout ce qui existe autour, la nature elle-même, est organisée, les étangs mis en relations entre eux, les espaces naturels aménagés, entretenus méthodiquement. La nature chez nous n’est pas simplement une immense forêt vierge où l’on vient prélever ce qui nous intéresse. Nous avons des archives, un début d’Etat-civil qui remonte au 13ième siècle, mais au Rvvanda, dans les années 90, cela n’existait toujours pas. Nous avons un cadastre très ancien et c’est nous autres Français qui l’avons mis en place récemment sur une île comme Mayotte et pas les Sultanats archaïques en place depuis des siècles aux Comores. Je pourrais citer des milliers d’exemples de cette nature. Il ne s’agit pas de dire que les Africains (le terme est très très générique d’ailleurs tant les peuples y sont nombreux et différents...) n’ont pas d’Histoire mais la réalité est qu’ils n’ont pas su bâtir des nations stables dans le temps, n’ont pas su compiler leurs savoirs et créer un truc qui s’appelle la science contrairement à d’autres peuples. Evidemment que les impérialismes ont brisé leurs organisations en créant des pays et des frontières qui n’avaient aucun sens pour eux, mais pourquoi cela fut-il aussi simple ? Pourquoi ce sont-ils fait piller pendant des siècles - et bien avant que les Européens n’arrivent - leurs ressources humaines notamment et pourquoi, malgré le savoir désormais accessible à tous, ont-ils toujours besoin que les étrangers les fassent entrer dans la modernité ? 


      "Pour ce qui est de la question agraire, l’Afrique a vécu des milliers d’années de l’agriculture et de l’élevage mais tout d’un coup, elle ne parviendrait plus à former sa population à l’agriculture à cause de traditions dites rétrogrades ? Ça n’a aucun sens "

      Bien sûr que si que cela a un sens. Leur agriculture correspondait à une pop donnée, à une échelle humaine limitée. Dés lors que cette pop a explosé du fait de la médecine des méchants Blancs et qui fait qu’il n’y a plus 2 gosses sur 3 qui claquent avant leurs 5 ans il aurait fallut qu’ils puissent dév des méthodes toutes autres. L’agriculture c’est un domaine, mais il y en a des tas d’autres essentiels pour le dév une civilisation, par exemple apprendre à rationaliser l’eau, le bétail, créer des réseaux d’assainissement, de traitement, gérer les déchets, les infrastructures de communication, etc. Tout cela est très complexe à concevoir et mettre en oeuvre et nécessite une ingénierie que ces peuples n’ont toujours pas alors qu’il y a 2 millénaires déjà les Romains creusaient des aqueducs souterrains de 50km de long avec un dénivelé d’un mètre tous les km... ouvrages qui existent encore. La vérité est qu’il existe des peuples - pas seulement en Europe évidemment - qui sont plus tournés vers l’invention, la constitution d’un savoir théorique et pratique que d’autres (où est le Léonard de Vinci africain ?). Cela n’enlève pas les qualités des autres peuples mais nous n’avons pas à nous déprécier ou survaloriser des civilisations qui objectivement ont échoué.

      "Est-ce que justement, on n’entre pas un à âge ou sera favorisé les circuits courts de production locale pour la population locale ? C’est portant ce qu’il me semble et cette production correspond totalement à l’agriculture traditionnelle africaine. "

      Il ne s’agit pas de faire une apologie du progrès et de la croissance à tout prix. Cette dernière a une limite que nous avons largement dépassée. Par contre là encore, nous nous en rendons compte et ce sera encore nous qui apporterons les solutions de demain. Et puis ce savoir agricole traditionnel existe aussi chez nous depuis des siècles. Et encore aujourd’hui, les vieux à la campagne ont une connaissance encyclopédique et pratique inestimable. C’est Pierre Rabhi qui va faire pousser n’importe quoi au Mali et pas des Maliens qui viennent nous enseigner comment faire. On ne peut pas prendre les choses à l’envers et tordre les réalités pour les faire cadrer avec nos aspirations. 


      "Mais on ne peut pas dire ça et en même temps condamner la lutte des palestiniens qui sont prêts à sacrifier leurs vies et celles de leurs enfants  alors que c’est précisément l’exemple que les africains devraient suivre pour se libérer. "

      En grande partie ce peuple n’existe pas. Ce sont les Israéliens qui font pousser du raisin au milieu du Néguev alors que pendant des siècles, et encore aujourd’hui, il n’y avait que des bédouins. Je ne suis pas certain que ce prétendu peuple palestinien qui n’a pas été foutu de mettre en place un seul état, un seul roi en 2 millénaires soit le meilleur exemple à suivre en termes d’émancipation... Pour le dire plus clairement, tu as pris le pire exemple des deux derniers millénaires qui soit... sacré MaQiavel... smiley 


    • vote
      berger14 10 juin 14:39

      @BlueMan

      "les migrants sont chez eux en France" = propos d’un irresponsable (au mieux) et au pire d’un imbécile


    • vote
      berger14 10 juin 14:44

      @Vraidrapo
      "notre ennemi commun" (C’est Zemmour)

      Notre ennemi commun ce sont les types comme toi Vraidrapo. qui considèrent que les " migrants sont chez eux en France."


    • vote
      maQiavel maQiavel 10 juin 14:55

      @Qirotatif

      -Tu sais, si on prend la définition stricte de l’ethnie, elle est très semblable à celle de la nation . A un tel point que dans certaines études anthropologiques, la distinction est parfois difficile à faire , la différence fondamentale étant que la nation fait référence à une échelle humaine supérieure. 

      Tu me dis que des provinces organisées existent depuis des siècles et les gens ne se massacrent pas au sein d’un même pays pour des raisons ethniques en Europe (à quelques exceptions près) mais ça ne représente pas grand-chose par rapport à l’histoire longue (de cette perspective longue, les massacres de Vendée, c’était hier). Comme écrit dans le lien que je t’ai mit plus haut, les nations se sont construites tardivement en Europe et cette construction coïncide avec l’émergence d’un phénomène historique qu’on appelle  la modernité. On peut dire en simplifiant que les Européens ont conçus des systèmes organisateurs plus grands et plus complexes transcendant les ethnies. Mais qu’en est-il des conflits ? Et bien ils sont simplement passés à l’échelle des nations. Est-ce une meilleure chose ? Parce qu’il y’a en filigrane dans ton propos  l’idée que les africains ont des os sur le nez, sont violents et passent leur temps à se massacrer pour des raisons ethniques. Quand on observe les conflits qui ont traversés l’Europe depuis la cristallisation du fait national , des conflits d’une violence jamais connue encore dans l’histoire de l’humanité, on peut se poser la question. Sur le plan de la violence , les Européens n’ont de leçons à donner à personne.

      Et comme je le dis plus haut, non la réalité ethnique ( qui existe ) ne dépasse pas tout, il y’a depuis avant les indépendances l’émergence d’un nationalisme qui transcende dans certains cas la réalité ethnique, les choses sont bien plus complexes que tu ne le décrit. Et je ne dis pas que cette tendance est une bonne chose. Est-ce que c’est un bien de passer à un mode d’organisation éthique à un mode d’organisation nationale ? De passer de groupes de petites échelles à des groupes de plus grandes échelles ? C’est une vaste question ...

      -Sinon, la suite de ta réponse est parfaitement intégrée à l’idéologie du progrès qui s’articule autour de cette vision occidentaliste ( et non occidentale car l’occident a aussi produit des pensées qui s’ opposent virulemment à ce paradigme ) qui réduit l’existence humaine à la modernité technique. Et bien sur, dans ce paradigme, les sociétés sont hiérarchisées en fonction de la capacité à activer les leviers technoscientifiques. Ainsi, les communautés confinés à l’abondance naturelle et ignorant l’industrie ne peuvent être que de  mauvais exemple : elles ont « objectivement » échoués et la cause de cet échec est « anthropologique ». Comment peut il en être autrement puisque la finalité de la vie humaine dans ce paradigme, c’est de bâtir de bâtir des grands systèmes fédérateur humain de plus en plus complexes ?  Ce qu’il y’a, c’est qu’aujourd’hui à la différence des deux trois siècles passés, c’est qu’on peut faire le bilan de cette modernité et on constate que le coût est faramineux, nous  parvenons à détruire en quelques décennies ce que la nature a mit des millions d’années à produire.

       Des analyses de plus en plus savantes confirment que ce modèle constitue une impasse dangereuse. Certains peuples ont plus de mal à entrer dans la modernité que d’autres mais est ce un mal ? N’est pas au contraire une opportunité dans ce XXIème siècle ? Une opportunité qui ne peut être exploité que par le renoncement à vouloir entrer coûte que coûte dans cette fameuse modernité et à chercher des solutions alternatives.

      -Contrairement à ce que tu penses, beaucoup d’africains ont des solutions à leurs problèmes, ce n’est pas parce que tu vois Pierre Rabhi faire pousser n’importe quoi au Mali qu’il n’existe pas d’africains qui savent faire encore mieux. Et dans beaucoup d’autres domaines. Ce que tu appelles « tordre les réalités pour les faire cadrer avec nos aspirations » n’est rien d’autre que l’expression de  ton complexe de supériorité , tu te plains de dévalorisation de soi , ce qui me semble légitime mais je vois surtout une dévalorisation de l’autre dans ton propos , tu passes à l’excès inverse. Tu as le droit , je dis juste que c’est un point de vue très contestable et pas du tout une réalité objective et indiscutable.

      -Pour ce qui est de l’agriculture, à partir du moment où elle est tournée vers la consommation locale, l’augmentation démographique ne pose aucun problème (j’exclus le sahel), Jean Ziegler et un certain nombre d’études l’ont montré. Le problème n’est pas là, il réside plutôt dans l’intégration à l’économie monde et là effectivement, ça nécessite beaucoup de choses puisqu’il s’agit de produire pour exporter dans une économie fondée sur la croissance quantitative infinie et là il faut un tas d’infrastructures, d’investissements et de compétences techniques productivistes.  Mais encore une fois, est ce que cela a un sens ? Je réponds que le fonctionnement de l’économie monde n’a aucun  sens, il s’agit de faire du profit pour le profit, c’est une logique autotélique, d’où la crise du sens que nous vivons.

      -Si des africains ont des solutions, pourquoi ne s’appliquent-elles pas ? On en revient au rapport de force qui consiste à se libérer des mafias locales et des impérialismes qui les mirent en place. Et c’est là que je parle de la lutte des palestiniens car ce qu’ils font est le seul moyen de s’en libérer. C’est de cela que je parle de leur lutte pour se libérer, de la non acceptation de leur servitude face à des puissances étrangères, pas de leur capacité depuis des siècles à constituer de grands Etats avec de grands rois pour que les touristes occidentaux puissent venir admirer. Et de ce point de vue là, c’est un très bon exemple. On ne peut pas d’un coté se plaindre du fait qu’un peuple est prêt à sacrifier ses enfants pour se libérer et de l’autre dire que chacun n’a qu’à se démerder pour se libérer puisque l’un ne va pas sans l’autre lorsqu’on a affaire à des puissances beaucoup plus fortes. De ce point de vue là , tu es incohérents …


    • vote
      Belenos Belenos 10 juin 17:10

      @maQiavel
      "C’est de cela que je parle de leur lutte pour se libérer, de la non acceptation de leur servitude face à des puissances étrangères, pas de leur capacité depuis des siècles à constituer de grands Etats avec de grands rois pour que les touristes occidentaux puissent venir admirer."

      Mais les deux choses ne sont-elles pas indissolublement liées ? Former une nation n’a pas pour but d’offrir un spectacle pour les touristes. Il s’agit de constituer un organisme social doté d’un système immunitaire qui assure son identité et sa résistance à l’invasion, ce qui correspond au passage de la diversité tribale à l’unité nationale. Refuser d’être aliéné par des puissances étrangères est bien beau mais ce n’est pas suffisant : il faut, avant tout, avoir le moyen de définir ensemble ce qui nous est étranger et donc avoir une identité, être quelque chose pour soi-même et pour les autres nations ; il faut aussi avoir les moyens réels de résister à ces puissances étrangères, que ce soit sur les plans militaire, diplomatique, industriel, agricole, commercial, culturel, etc. Or, il faut bien constater que certaines populations, à certains moments de l’histoire, ne sont pas bien placées dans cette course, pour un tas de raisons difficiles à démêler, mais que l’on ne peut pas simplifier à outrance en affirmant qu’elles ne sont que des empêchements extérieurs construits et entretenus par des prédateurs. Bien entendu, il existe des prédateurs de populations et bien entendu ils s’attaquent aux plus faibles populations du moment ! Il faut donc ne pas être faible, quel que soit le modèle politique et le style de développement choisis (Corée du sud, Bhoutan...)  


    • vote
      maQiavel maQiavel 10 juin 18:40

      @Belenos

       

      Mais les deux choses ne sont-elles pas indissolublement liées ? Former une nation n’a pas pour but d’offrir un spectacle pour les touristes. Il s’agit de constituer un organisme social doté d’un système immunitaire qui assure son identité et sa résistance à l’invasion, ce qui correspond au passage de la diversité tribale à l’unité nationale.

      ------> Tout à fait. 

      Ca me rappelle la discussion que nous avions eue sur les fins et les moyens et l’opposition millénaire entre le point de vue du guerrier et celle du philosophe. Et vous expliquiez très justement sur le plan de la philosophie que les moyens d’obtenir un résultat influence forcément la qualité du résultat, que le résultat ne se libère jamais totalement du moyen. Et je vous répondais de façon plus politique et guerrière que ce qui compte avant tout, c’est la survie de la communauté et que si par crainte de se changer, la communauté n’utiliser les moyens adéquat pour survivre , elle sera  annihilée par l’ennemi et elle n’aura de toute façon plus lieu de s’inquiéter de ce qu’elle pourrait devenir.

      Dans notre cas ici présent, la nation constitue le moyen et la fin la résistance aux puissances étrangères.

      Donc oui vous avez raison, en adoptant un point de vue guerrier,  former une nation puissante permet de constituer un organisme social suffisamment efficace pour résister aux invasions, je ne peux que vous donner raison, pour celui qui est réaliste et pragmatique il n’existe pas d’alternative.

      Mais si on essaie de voir les choses d’une perspective plus profonde , quel sera le résultat de ce processus ? Pour prendre un exemple extrême, si une tribu amazonienne ou une communauté de pygmées s’organisent bureaucratiquement en Etat, se mettent à construire des routes, à passer leur vie à échanger des marchandises et à courir après l’accumulation de valeur marchande, ces entités communautaires seront-elles encore elles mêmes ? Car il est vrai que le résultat ne se libère jamais des moyens. A quoi bon s’organiser pour se défendre si les moyens de défense vous forcent  à vous acculturer ? Quelle est la finalité de l’existence finalement ? Survivre juste pour survivre ? Ou alors est-ce que  la manière de vivre n’est pas plus importante que la survie elle-même ?  

      Je n’ai pas de réponses définitives à donner à cette énigme même si j’essaie de rester dans une perspective réaliste et pragmatique ( il faut donc selon moi s’organiser pour survivre quel qu’en soit le prix ) tout en étant conscient que cette perspective n’est peut être pas la bonne , mais je ne vois pas d’alternatives. 

      En tous cas, notre monde  ultra -compétitif organisé autour de lutte pour la domination me fait penser à un asile de fou dans lequel la seule solution pour survivre est de soi même devenir fou. 


    • vote
      maQiavel maQiavel 10 juin 18:51

      @Belenos
      Sinon , il est évident que certains peuples ne se sont pas organisés en puissance militaires , techno-scientifiques , industrielles , diplomatiques etc , certains n’ont même pas du tout montré une quelconque volonté de participer à une telle course. Certains d’entre eux ont été rayés de la carte , d’autres ont été réduit à la servitude. 

      Mais pour ces derniers , la seule façon de se constituer en nation souveraine et puissante est avant tout de se libérer de la domination des puissances étrangères. Car c’est la seule chose qui peut leur donner une marge pour s’organiser. Car le prédateurs ne permettra jamais à sa proie de s’organiser tranquillement pour le combattre , ça c’est une question de logique , ça n’existe pas. Et puisqu’elles ne disposent pas de moyens militaires importants , la seule façon de se libérer , c’est de mettre leur vie en jeu. 


    • vote
      Belenos Belenos 10 juin 19:24

      @maQiavel
      "En tous cas, notre monde  ultra -compétitif organisé autour de lutte pour la domination me fait penser à un asile de fou dans lequel la seule solution pour survivre est de soi même devenir fou." 

      Un des premiers films qui avait attiré l’attention sur ce problème (avec humour) s’intitulait justement "Les dieux sont tombés sur la tête". 


    • vote
      Belenos Belenos 10 juin 19:29

      @maQiavel
      "Mais pour ces derniers , la seule façon de se constituer en nation souveraine et puissante est avant tout de se libérer de la domination des puissances étrangères."

      Vous dites que c’est la seule façon mais... est-ce que c’est efficace ? Une voie qui n’aboutit pas n’est pas "l’unique voie" mais une impasse. 


    • vote
      Belenos Belenos 10 juin 19:31

      @maQiavel
      "Ca me rappelle la discussion que nous avions eue sur les fins et les moyens et l’opposition millénaire entre le point de vue du guerrier et celle du philosophe." 

      En effet, j’y ai pensé en écrivant mon message. 



    • vote
      maQiavel maQiavel 11 juin 12:30

      @Belenos
      "Les dieux sont tombés sur la tête", belle référence .

      Vous dites que c’est la seule façon mais... est-ce que c’est efficace ? Une voie qui n’aboutit pas n’est pas "l’unique voie" mais une impasse. 

      ------> La probabilité de se libérer de l’emprise d’imperialistes beaucoup plus puissant est toujours très faible. Mais ceux qui ont réussi à s’en libérer ont emprunté cette voie. 


    • vote
      Belenos Belenos 11 juin 18:34

      @maQiavel
      C’est plus facile quand une identité nationale est déjà constituée pour d’autres raisons que défensives, quand elle existe en soi (ce fut le cas du Vietnam repoussant les E-U). Je suis donc pessimiste concernant la Palestine, parce que si on me demande ce qu’est la Palestine en soi, je me rend compte que son identité ne repose actuellement que sur l’opposition au sionisme. https://www.lesclesdumoyenorient.com/Jerusalem-au-XIX-eme-siecle.html


    • vote
      maQiavel maQiavel 11 juin 19:07

      @Belenos
      Est ce que les identités nationales existent vraiment en soi ? Comme quelque chose de naturel ? Je ne crois pas. Je pense qu’elles se construisent.

      Je ne connais que deux processus de construction d’identités nationales :

      - l’agression par une entité perçue comme extérieure qui va forcer différents groupes humains à se rassembler en nation pour lui résister.

      -La centralisation étatique et administrative par un groupe humain qui va dominer puis assimiler les autres. 

      Mais ce qui est vrai , c’est qu’une fois que l’identité nationale est constituée et qu’elle dure dans l’histoire , il devient beaucoup plus difficile de la soumettre. Néanmoins , on a connu de nouvelles nations remporter leur guerre de libération , c’est très difficile mais pas impossible.


    • vote
      Qirotatif Qirotatif 12 juin 02:21

      @maQiavel
      Salut, pas vu le fil des réponses... 

      Bon en 3 mots (comme c’est ma spécialité) : 

      "les massacres de Vendée, c’était hier"

      Non, c’est il y a 200 ans. A l’échelle de l’Histoire humaine c’est beaucoup et, précisément, c’est ce qui nous sépare de certaines populations. 


      "Sinon, la suite de ta réponse est parfaitement intégrée à l’idéologie du progrès qui s’articule autour de cette vision occidentaliste ( et non occidentale car l’occident a aussi produit des pensées qui s’ opposent virulemment à ce paradigme ) qui réduit l’existence humaine à la modernité technique."

      Je ne m’inscris pas du tout dans une idéologie du progrès. Je constate qui a produit ces progrès. Arrêtons de nous pincer le nez : ne plus crever comme une merde d’une simple infection EST un progrès. Mon oncle greffé des deux poumons et du coeur, c’est un putain de progrès, quand même - paix à son âme - il est mort quelques mois plus tard : sa greffe a fonctionné et que Dieu bénisse tous ces génies qui ont permis cet exploit incroyable.


      "Je réponds que le fonctionnement de l’économie monde n’a aucun sens, il s’agit de faire du profit pour le profit, c’est une logique autotélique, d’où la crise du sens que nous vivons."

      Nous sommes parfaitement en phase sur cette affirmation.


      "n ne peut pas d’un coté se plaindre du fait qu’un peuple est prêt à sacrifier ses enfants pour se libérer et de l’autre dire que chacun n’a qu’à se démerder pour se libérer puisque l’un ne va pas sans l’autre lorsqu’on a affaire à des puissances beaucoup plus fortes. De ce point de vue là , tu es incohérents …"

      Non, je suis moral. De mon point de vue, la fin ne justifie pas les moyens. Se sacrifier soi-même pour sa cause est honorable. Sacrifier ses propres enfants est détestable et par conséquent hautement méprisable. Je vomis les gens qui agissent de cette façon. Les enfants sont sacrés... ceux qui en abusent ou les sacrifient sont mes ennemis.


    • vote
      maQiavel maQiavel 12 juin 12:24

      @Qirotatif

      "les massacres de Vendée, c’était hier" Non, c’est il y a 200 ans. A l’échelle de l’Histoire humaine c’est beaucoup 

       ------> Nous n’avons pas la même perception du temps historique. smiley

      ne plus crever comme une merde d’une simple infection EST un progrès.

      ------> Si tu veux parler des progrès médicaux il y’a énormément à dire et beaucoup de croyances sont véhiculés justement par l’idéologie du progrès. Il est tout à fait juste que sur le plan chirurgical, les progrès de la médecine ont été faramineux. Sur d’autres plans, il y’a beaucoup à dire tu sais. Je ne vais pas entrer dans le détail car cela nous amènerait très loin.

      Mais de manière générale,  il faut bien comprendre que le « progrès » est une notion qu’on peut considérer comme un bien mais aussi comme un mal. Ou encore plus précisément comme un phénomène qui a sa part d’ombre et de lumière.

      Sacrifier ses propres enfants est détestable et par conséquent hautement méprisable. Je vomis les gens qui agissent de cette façon. Les enfants sont sacrés... ceux qui en abusent ou les sacrifient sont mes ennemis.

      ------> C’est bien ce que je dis. Tu ne peux pas dire ça et en même temps « c’est à eux de résister, de lutter et dégager tous les pays étrangers ».


    • 4 votes
      CoolDude 8 juin 12:04
      Venant d’un Juif d’origine Berbère, c’est rigolo !

      • vote
        Toutatis 9 juin 09:24

        @CoolDude
        Zemmour a toujours défendu l’assimilation, ce qui rend légitimes ses positions, quelles que soient ses origines.


      • 2 votes
        HELIOS HELIOS 8 juin 12:15

        .. mon niveau d’intelligence est trés faible, mais le petites déchirures de mon cerveau me permettent, outre d’être moi-même, d’avoir une conscience et une reste de dignité d’espèce.


        Oui je considère que mes fondamentaux exigent de respecter la diversité, tant culturelle que... biologique. Je suis donc sur ce point plus écologique et plus humains que les écologistes et les universalistes.

        Conclusion ? non, les migrants ne sont pas chez eux en France Seuls les réfugiés peuvent prétendre à notre soutien dans le cadre de leurs malheurs , mais également leur compréhension pour nos modèles...

        Pas question d’en interdire la venue ponctuelle et tres limitée, mais si je veux continuer a aimer les asiatiques aux yeux bridés et aux pommettes hautes, comme les noirs dont certains ont la peau si noire ou enfin les européens du nord aux yeux clairs et aux cheveux blonds...
        Imaginez le cauchemar d’une humanité parfaitement identique, tous couleur café aux yeus opaques !

        Un de mes ennemis est celui qui n’a même pas le respect de lui-même, de ses parents et de sa descendance.

        Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir fauté, d’avoir occupé un espace qui ne nous appartenait pas... mais bien sûr les excuses ne sont pas suffisantes ce qui ne veut pas dire accepter l’inacceptable et se perdre pour avoir gagné.

        Notre force fait que nous aidons maintenant ceux qui souffrent et si nos entreprises travaillent avec tout le monde, profitent d’une ressource commune a tous, il est normal que nous puissions défendre ceux qui se battent eux-même pour leur liberté. Au Mali, nous luttons contre la vague islamiste... parce que nous avons nous aussi fait un choix, celui de l’humanité et non pas celui de la barbarie... et si cela aide notre commerce et nos idées, rien n’est critiquable tant que nous respectons ceux qui nous appellent a leur secours.

        Zemour n’est en rien un raciste ni quoi que ce soit d’autre.. c’est tout simplement - oh, malheur d’entre les horreurs- un citoyen qui se respecte et a l’outrecuidance de vouloir qu’on le respecte lui, sa famille et son histoire, contre les marchands hors sol, corrupteurs et sans valeurs, qui ne respectent rien... ni culture, ni humanité et pour quelques Euros sont capables d’assassiner tout un continent...

        Les idiots utiles, armés de leur bien pensence, levez vous, vous pensez briller, vous serez accusés demain, votre illusion coute déja cher et n’aura plus de prix quand nous auront disparu... trop tard... le suicide n’est pas une solution et affirme la lacheté et l’irresponsabilité face a ceux qui comptent sur vous.





        • 3 votes
          Clocel Clocel 8 juin 12:20
          Ah,,, les bons yeux de cocker triste de Nauleau...

          Quijote y Sancho avec la dinde modératrice pour que les contradicteurs ne s’entre-tuent pas sur ce sujet majeur de société...

          Ça va durer encore combien de temps cette comédie pour neuneus dégénérés ?

          Allez, on attend avec hâte la prochaine fois où Superman fera encore la une des faits divers...

          • 2 votes
            troletbuse 8 juin 12:58
            On va attendre longtemps l’explication de nos merdiaputes de la prétendue chute de l’enfant
            Tout ceci n’est qu’une manipulation et toutes las analyses fournies ne sont que des balivernes

            • 3 votes
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 8 juin 14:26
              Quoique l’on pense de Zemmour, il pose ici le débat de fond : il constate une récupération éhontée d’un fait-divers dont les zones d’ombre sont nombreuses !
              J’ai écrit avec d’autres, ce qui nous semble une évidence :
              l’enfant n’a pas chuté !
              Y a-t-il la moindre preuve du contraire ?
              Une image, un témoignage indiscutable ?
              NON,... alors on peut s’interroger sur la récupération de l’affaire par l’Axe du Bien au pouvoir dont le Naulleau est ici un piteux représentant... !

              Merci pour vos contributions

              CQFD

              • 2 votes
                ezechiel 8 juin 19:26

                @Mao-Tsé-Toung "Quoique l’on pense de Zemmour, il pose ici le débat de fond : il constate une récupération éhontée d’un fait-divers’

                Zemmour n’a pas inventé l’eau chaude, cette affaire est évidemment une récupération politique pour acclimater les Français au multiculturalisme, au métissage, au vivre-ensemble, à l’islamisation des quartiers, bref, à l’avènement d’une Europe noire.

                Des images, des vidéos de gens qui sauvent des personnes, y en a foison sur Youtube.
                Quand un militaire a sauvé un enfant accroché à un balcon il y a quelques jours, ça n’a ému personne, et ça ne tourne pas en boucle sur BFM TV, France Infos, Cnews, TF1, France Télévisions...Pourquoi ? Parce que le soldat en question n’est ni clandestin, ni noir, ni arabe, ni musulman.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès