• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Pierre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 34 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 2 votes
    Pierre 19 août 2018 14:43

    @Vraidrapo
    Je comprends ce que vous voulez dire. La France est cependant en Occident de par sa position géographique et par son adhésion à l’OTAN et à l’UE.

    Je ne sais pas combien de djihadistes français, belges, allemands etc. vont survivre à leur expédition syrienne mais je suis persuadé que les milliers qui reviendraient ne sauront pas se réadapter à la vie chez nous et qu’ils seront un perpétuel risque pour notre sécurité. 

    Nos gouvernements souhaitent qu’ils restent au Moyen-Orient, morts ou vifs.



  • 5 votes
    Pierre 18 août 2018 20:59
    Les Américains avec la complicité de leurs alliés de l’OTAN et des roitelets du Golfe ont créé des monstres comme l’Etat islamique ou al Qaïda à partir d’islamistes en mal de djihad venant de toutes les parties du monde. Il était prévu que ces soldats du croissant s’installent définitivement au Moyen-Orient et qu’ils y fondent des califats. Malheureusement pour eux, les Russes, les Iraniens et le Hezbollah ne l’entendirent pas de cette oreille et en épaulant efficacement l’Armée arabe syrienne, ils ont mis cette bande de terroristes en déroute.
    La plupart de ces va-nu-pieds sont actuellement coincés dans la province syrienne d’Idleb où ils s’entre-tuent pour le moment.
    Un retour dans leur pays d’origine n’est pas envisageable (du moins en Occident) parce que aucun programme de dé-radicalisation ne peut garantir de voir un tel nombre de fanatiques se réadapter à la vie en société.
    Luc Michel a peut-être partiellement raison en disant qu’ils vont être exfiltrés et être utilisés pour déstabiliser d’autres pays mais je pense plutôt que le régime saoudien va essayer d’en faire une milice à sa solde soit pour combattre au Yémen soit pour servir de force d’appoint à MBS dans le cas très probable ou la succession du roi Salmane se passait mal. Il semble qu’actuellement il y a une lutte de clans en Arabie et que les Forces armées saoudiennes et la Garde nationale soient dans des camps différents.


  • 2 votes
    Pierre 29 avril 2018 05:47

    @maQiavel

    "Vous pensez qu’après son mandat , il occupera une position officielle qui lui permettra de garder la main sur la transition ?"

    Le contraire me surprendrait beaucoup. Outre le fait qu’il désignera sûrement son dauphin, il gardera une fonction qui lui permettra de le contrôler ou il mettra un mécanisme de contrôle en place pour que la situation de la dernière décennie du siècle passé ne puisse se reproduire.

    Les élites étasuniennes ont décidé de lui pourrir la vie pour son dernier mandat pour qu’il ne puisse pas appliquer son programme social.

    Cela peut être illustré par la déclaration de Mike Pompeo, le nouveau secrétaire d’Etat, devant le Congrès : "Nous devons nous assurer que Vladimir Poutine ne réussisse pas." (lien)

    Moi, si j’étais parlementaire russe, de déposerais immédiatement un projet de loi autorisant le président à faire un nombre illimité de mandats comme en Chine.

    Au moins, cela pourrirait la vie des congressistes étasuniens qui imaginent qu’ils pourront soutenir un candidat à leur botte lors de la prochaine présidentielle russe.




  • 4 votes
    Pierre 28 avril 2018 21:37
    C’est une très bonne description de l’histoire de la Russie depuis la chute de l’Union soviétique.
    Beaucoup de passages devraient être connus ou mieux connus des Occidentaux pour qu’ils comprennent mieux le rôle salvateur de l’unité du pays de Vladimir Poutine comme par exemple :
    - la révocation de gouverneurs de régions, oligarques archi corrupteurs, et leur remplacement par des gouverneurs nommés par le Kremlin exactement comme on nomme les préfets de région en France. Cela a mis fin à la velléité d’autonomie et même d’indépendance de certains d’entre eux. Une fois la situation assainie, on a à nouveau élu les gouverneurs de provinces comme avant.
    - Le rôle de Khodorkovski et sa proximité avec les intérêts des Etats-Unis.
    - La montée en puissance de Vladimir Poutine, du jeune Premier ministre timide et vindicatif au président actuel, patient et géopolitologue hors pair.
    Le temps a peut-être manqué mais il aurait été intéressant de parler davantage de la vision politique de Vladimir Poutine et des perspective d’avenir de la Russie.
    - Les six prochaines années seront à mon avis pleines de surprises. Le discours du premier mars, en fait la feuille de route de sa future politique, va complètement renverser la donne. Il va sans doute se débarrasser de la vielle garde ultra-libérale du gouvernement Medvedev et enfin prendre la politique intérieure en main.
    - Je ne crois pas qu’il va s’effacer dans six ans comme les Occidentaux le rêvent. Il restera d’une façon ou d’une autre pour veiller à ce que la transition se passe bien. 
    On parle pour le moment d’une union politique avec la Biélorussie (j’en parlais justement dans un de mes articles). Il faudra quelqu’un pour chapeauter cette union et ce serait une fonction qui lui conviendrait bien.
    Il y a aussi l’Union économique eurasienne que l’Iran ne va pas tarder à rejoindre. Là aussi, il faudra quelqu’un comme Vladimir Poutine pour que ce projet réussisse.
    Si la Turquie qui semble intéressée rejoignait aussi ce projet, cela ferait un marché de 365 millions d’habitants concurrent de l’UE et qui serait en plus exportateur d’hydrocarbures.
    C’est Vladimir Poutine qui est la cheville ouvrière de ce projet et cela aussi, c’est du poutinisme.




  • 2 votes
    Pierre 5 janvier 2018 14:02

    @njama

    Suite.

    4. 0,01 % prédisent la chute de Bachar al-Assad en 2018.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris


Les thèmes de l'auteur






Palmarès