• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cônes de lumière et Voyages dans Notre Passé : Mécanique Quantique "classique" (...)

Cônes de lumière et Voyages dans Notre Passé : Mécanique Quantique "classique" et Mécanique Quantique transactionnelle !

Définition du cône de lumière (voir diagrammes de la première vidéo, de suite après la 8ième minute) :

Albert Einstein, dans sa conférence sur la relativité restreinte en 1905, définissait le cône de lumière en ces termes :

"Si Po est un point (événement) représenté dans l'espace quadridimensionnel des x,y,z,ct , alors l'ensemble des points Pi qui peuvent être reliés par un signal lumineux avec Po sont situés sur le cône s²=0"

On désignera par demi-cône antérieur la partie de cette surface telle qu'un rayon lumineux partant de P pourrait atteindre Po.

On désignera par demi-cône postérieur la partie de cette surface telle qu'un rayon lumineux partant de Po pourrait atteindre P

-------------------------------------------------

Rappels synthétiques de certains prérequis :

En physique "moderne", l'espace-temps est une représentation mathématique de l'espace et du temps comme deux notions inséparables et qui s'influençant l'une l'autre.

1/

Avec Newton, nous avions un espace euclidien "absolu" (trivectoriel) où s'écoulait un temps "absolu", avec une vitesse de la lumière infinie

2/

 Avec Einstein, pas de référentiel absolu : Einstein abandonne la notion d'éther qui était le "support" supposé de ce référentiel absolu

en Relativité Restreinte RR (dite restreinte, car on utilise obligatoirement des référentiels inertiels)

- on ne tient pas compte de la GRAVITATION (MASSES)

- vitesse de la lumière constante et identique quel que soit le référentiel inertiel

il s'en suit un Espace-Temps dit "plat" avec son cône de lumière correspondant (voir première vidéo)

Modélisation mathématique (formalisme) :

Avec la représentation quadrivectorielle d'Einstein proposée en 1905 (3 variables d'espace "libres" et une variable de temps "orientée" du passé au futur), Minkowski en 1908, propose un espace-temps (dit espace-temps « plat ») sans courbure (voir première vidéo) 

3/

en Relativité Générale RG :

- on tient compte de la GRAVITATION (MASSES)

-,intervient alors le principe d'équivalence, entre accélération & gravité

- l'Espace-Temps est alors dit "courbé" avec un cône de lumière (voir première vidéo) qui s'adapte à cette "courbure" EN CHAQUE POINT DE L'ESPACE-TEMPS 

Modélisation mathématique (formalisme) :

La RG introduit un espace-temps toujours quadridimensionnel mais non euclidien. Il s'agit en effet d'un espace-temps de Riemann (le grand spécialiste des géométries non euclidiennes), qui se distingue de l'espace-temps de Minkowski (dit espace-temps « plat ») par la présence d'une courbure

Tout cela repose évidemment sur une métrique : qui peut etre vue comme une "généralisation" du théorème de Pythagorre, en beaucoup plus complexe ! (avec Pythagorre on a un espace plat, sans courbure, sans topologie)

En résumé, la relativité restreinte RR s'accompagne, comme nous l'avons vu précédemment, d'outils mathématiques, comme le cone de lumière de Minkowski dont la représentation graphique, quelque peu métaphorique, vous est donnée dans la première vidéo qui suit !

Avec la relativité générale RG, les trajectoires s'incurvent ; l'espace de Riemann remplace l'espace de Minkowski et la représentation graphique devient encore davantage métaphorique (voir première vidéo)  !

-------------------------------------------------

 La MQ transactionnelle, dont nous parle souvent ici-meme LE CHERCHEUR atypique JC Lavau, nous offre dans ses bases formelles (postulats ?) un cas spécifique de remontée dans le temps ! Je n'ai pas la prétention ici de traiter de la Mécanique Quantique transactionnelle de manière exhaustive ; cependant, JC Lavau insiste lourdement avec raison, que la chapelle qui fait la pluie et le beau temps en MQ depuis un peu moins d'une centaine d'années se base surtout sur la réussite d'expériences qui font intervenir des particules individuellement, comme dans l'expérience d'Aspect (avec des photons), ou l'équation de Schrodinger, équation fondamentale de la MQ "ondulatoire", et à un degré moindre, l'expérience des fentes de Young (avec surtout des photons et des électrons) ! Ok, mais ici ce que nous propose la mécanique quantique transactionnelle, dans cette problématique remontée du temps est du meme acabit, c'est à dire ne concerne, a priori pour le moment du moins, que le cheminement d'une seule particule !

Nonobstant, voyons ce que dit la Mécanique quantique transactionnelle :

"L’élément principal de cette interprétation est de postuler que l’existence d’un absorbeur est nécessaire à l’émission de toute quantité quantique. Par exemple, afin d’émettre un photon, une source lumineuse doit d’abord émettre une onde (dite « offerte » et notée | ?>). Celle-ci est ensuite absorbée par un détecteur (une cellule photosensible, un mur ou un œil), qui émettra une onde de réponse (dite « de confirmation », voyageant en sens inverse du temps et notée /< ?|) qui sera à son tour absorbée par la source lumineuse. Cette onde de confirmation assure à la source qu’elle peut émettre un photon : c’est en raison de cet échange qu’on appelle cette interprétation transactionnelle. Autrement dit, un canon quantique ne pourrait jamais faire feu d’un cantaloup quantique, à moins qu’un réceptacle quelconque ne lui en ait préalablement donné l’autorisation.

L’interprétation transactionnelle a l’avantage que les symboles du formalisme mathématique | ?> et < ?| possèdent une signification physique concrète (l’onde offerte et l’onde de confirmation), ce qui n’est pas le cas pour la majorité des autres interprétations. En contrepartie, ce qui est particulièrement déstabilisant dans l’interprétation transactionnelle, c’est que l’onde de confirmation (qui remonte le temps) parvient à la source exactement au moment où l’onde offerte et le photon sont émis. Bien sûr, a priori, cela peut sembler contraire à la chaîne causale que l’on imagine et qui est : onde offerte -› onde de confirmation -› émission d’un photon. Par contre, lorsque l’on réussit à s’abstraire du raisonnement classique, il devient logique que l’onde de confirmation puisse remonter le temps sans causer de paradoxe."

Ce qu'en dit WIKIPEDIA :

"L'interprétation transactionnelle de la mécanique quantique (transactional interpretation of quantum mechanics : TIQM) est une interprétation peu commune de la mécanique quantique qui décrit les interactions quantiques sous la forme d'une onde stationnaire formée par la combinaison d'une onde précédant la particule (en avance dans le temps) et d'une onde suivant la particule (en retard dans le temps), elle décrit tout évènement quantique comme étant une « poignée de main » entre l’onde avancée et l’onde retardée. Cette interprétation a été proposée pour la première fois par John G. Cramer en 1986. Il indique que cette façon de voir les choses est plus intuitive, évite le problème philosophique du rôle de l'observateur dans l'interprétation de Copenhague, et résout divers paradoxes quantiques1,2. Cramer utilise l'interprétation transactionnelle dans son cours de mécanique quantique à l'université de Washington à Seattle.

L'existence d'ondes avancées et retardées en tant que solutions admissibles aux équations de Maxwell fut déjà proposée par Richard Feynman et John Archibald Wheeler en 1945 voire la théorie de l'absorbeur de Wheeler et Feynman (et sont cités dans l'article original de John Cramer). Cela leur a permis de résoudre le problème de la self énergie de l'électron. Cramer a repris l'idée des deux ondes pour son interprétation transactionnelle de la théorie quantique. Alors que l'équation de Schrödinger ordinaire n'admet pas de solutions avancées, sa version relativiste le permet, et ce sont ces solutions qui sont employées pour l'ITMQ.

Supposons une expérience similaire aux fentes de Young où l'on installe deux détecteurs pour déterminer par quelle fente est passée la particule (un photon par exemple) qui a été émise par une source. Selon l'ITMQ, la source émet une onde conventionnelle (retardée) qui avance dans le temps, l'"onde de reconnaissance", quand cette onde atteint les détecteurs, chacun répond avec l'onde avancée, l'"onde de confirmation", qui remonte le temps, en retournant vers la source. Les phases des ondes de reconnaissance et de confirmation sont corrélées de telle manière qu'elles interfèrent positivement pour former une onde de pleine amplitude dans la région de l'espace-temps située entre le moment de l'émission et celui de la détection. À l'inverse, ces ondes s'annulent partout ailleurs dans l'espace-temps (c'est-à-dire avant l'émission et après la détection). La taille de l'interaction entre l'onde de reconnaissance et l'onde de confirmation du détecteur détermine la probabilité avec laquelle la particule frappera un détecteur plutôt que l'autre.

Dans cette interprétation, l'effondrement de la fonction d'onde ne se produit pas à un moment bien particulier mais est atemporel et se produit tout au long de la translation, c'est-à-dire la zone d'espace-temps où les ondes de reconnaissance et de confirmation interagissent.

Les ondes sont vues comme physiquement réelles, et ne sont pas seulement un dispositif mathématique destiné à être en accord avec les connaissances de l'observateur, comme c'est le cas pour l'interprétation de Copenhague. John Cramer a expliqué que l'interprétation transactionnelle est conforme aux résultats de l'expérience de Marlan Scully, alors que l'interprétation de Copenhague et l'interprétation des mondes multiples ne le sont pas."

-------------------------------------------------

Je souhaite donc un débat fécond qui pourrait nous faire réfléchir sur la plupart des nouveaux paradigmes induits à la fois par la MQ & les relativités restreintes et générales !

En tout cas, comme disait toujours un de mes collègues à ses élèves :

se poser la bonne question, c'est déjà la moitié, au moins, du problème résolu !

les vidéos :

A priori, les vidéos 1/ & 4/ sont publiées par des "scientifiques" connaisseurs à la fois de la MQ et de la relativité ; pour les les deux autres, je vous laisse juges ! Qu'en pensez-vous ?

1/

LES FORMES DE L'ESPACE Luminet

2/

Un voyageur du temps arrêté par le FBI !

3/

8 PREUVES INCONTESTABLE du VOYAGE dans le TEMPS !

4/

Voyage dans le temps - 26 - e-penser

Tags : Recherche Prospective et futur Enseignement Etonnant International Science et techno Voyages Université Ecole Science-Fiction




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • vote
    JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 13:15

    Sur WP ne pas oublier de regarder la discussion, où intervient un auteur qui lui, connaît le sujet puisqu’il en est à ce jour le principal contributeur.



    • vote
      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 19 avril 14:21

      JC_Lavau 19 avril 13:15

      Sur WP ne pas oublier de regarder la discussion, où intervient un auteur qui lui, connaît le sujet puisqu’il en est à ce jour le principal contributeur.

      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      @JC_Lavau

      Merci JC_Lavau de votre participation... ! vous pensez bien que j’ai lu la discussion* dont vous parlez ; non seulement lue, mais j’ai commencé -ça ne se fait pas en un jour- à l’étudier... évidemment !

      Mais j’ai toujours enseigné la Mécanique par l’exemple, c’est à dire par les problèmes, d’où cet article & votre proposition logique qui en découle, de nous proposer votre livre... !

      Quelques cours magistraux sont nécessaires & un bouquin -souvent plusieurs-de référence aussi : afin d’y revenir à tout moment ! Je vais commander votre livre ; encore mieux serait, a priori, pour moi, si elle existe, une édition électronique... !

      Nonobstant l’Intérêt que je porte à votre version des choses en MQ, le souci d’objectivité qui m’habite toujours, m’oblige à regarder tous les points de vue qui s’expriment sur la matière, étant particulièrement intéressé par toutes les conceptions & extrapolations non avalisées par les universitaires du monde -l’université, ce sont des murs- entier, qui détiennent un pouvoir dictatorial, dans toutes les disciplines d’ailleurs ! Cyrulnik par exemple, le PSY, en témoigne dans un de mes articles : l’étudiant, au lieu de participer à un débat librement consenti, est dans l’obligation, sous-peine de bannissement à vie, d’ânonner en toute circonstance le maître... cette pratique religieuse (d’ânonnement) dont j’explique dans de nombreux articles et commentaires, les tenants et aboutissants qui ont pour objectif final de niker les cerveaux, à commencer par les plus doués, c’est à dire ceux qu’on appelle les "surdoués"... et dont la plupart des faux "maîtres" au pouvoir, ne peuvent même pas accepter la présence !

      Contrairement à certains, je pense, je l’ai déjà écrit, que le point de vue "universitaire" en toute discipline doit être étudié, comme il le mérite ; c’est à dire en perdant le moins de temps possible... vaste programme !

      *https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Interpr%C3%A9tation_transactionnelle_de_la_m%C3%A9canique_quantique

      Discussion:Interprétation transactionnelle de la mécanique quantique


    • vote
      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 19 avril 14:31

      @Mao-Tsé-Toung
      Quelques cours magistraux -qui doivent présenter l’essentiel du cours- sont nécessaires & un bouquin -si possible plusieurs- de référence aussi : afin de pouvoir y revenir à tout moment !


    • vote
      JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 14:41

      @Mao-Tsé-Toung. Là, le livre en diffusion en est à la 3e édition. Une quatrième édition sortira en mai, juste avant la traduction anglaise. Par exemple je viens de refaire le sous-chapitre de révisions sur le moment angulaire (dans l’annexe G), qui était d’une légèreté coupable sur le théorème d’Emmy Noether.

      Sur l’exposé de fond en revanche, la 3e édition me semble complète et révisée.

      Le sous-chapitre sur la scintillation des étoiles a été réécrit à fond. Mais pas sa conclusion : la scintillation n’apporte rien au fond des questions géométriques de microphysique transactionnelle, elle est à une échelle où elle se traite entièrement avec l’optique déjà connue.

      J’ai espéré que les données numériques sur l’arc en ciel donneraient une borne supérieure aux diamètres de fuseaux de Fermat. Toutefois, outre que ces données sont rares et encore incertaines, je n’ai pas la preuve que mon hypothèse de zéro pincement par la goutte de pluie soit 100 % valide. En effet, l’épreuve qu’une optique astigmate ne diminue pas la luminosité, mais seulement la netteté, prouve que la géométrie du fuseau de Fermat avant l’oeil est déjà façonnée par la convergence finale sur la molécule de cis-rétinal. Pour chaque photon.

      Les données complètes permettront d’évaluer ce pincement que je n’imaginais pas.

      J’avais eu la chance d’un cours de spécialité en optique cohérente et lasers. La transposition était possible.


    • vote
      JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 14:55

      Le roman d’amour décrit par Cramer, avec la phéromone émise par le papillon femelle pour attirer le papillon mâle, est inadmissible en microphysique.

       

      Dès 1923 et à son insu, Louis de Broglie nous donnait les moyens de commencer à penser le bruit de fond, que j’appelle broglien, et qui est impossible à écranter.

      Or ce bruit de fond broglien est bidirectionnel pour tous les micro-temps impliqués. Nous n’en feront jamais aucune théorie prédictive. De même que nous sommes incapables de prévoir les rogue waves qui font plus de trente mètres de haut, et vous engloutissent un navire. Du bruit de fond émergent des transactions réussies, on ne peut prévoir quand, ni de quel émetteur vers quel absorbeur. On sait que les vagues scélérates sont assez fréquentes dans le courant des Agulhas, et qu’elles sont très rares en Baltique ; voilà. On sait qu’une étoile bien chaude, émet souvent.

      • vote
        JC_Lavau JC_Lavau 20 avril 01:12

        Ce qui est inadmissible aussi, est que Cramer et tous ses supporteurs persistent à croire au temps universel et ubiquiste d’Isaac Newton, à peine modernisé Relativité Restreinte.


        Le macro-temps n’est qu’une émergence statistique, qui s’écoule dans le même sens que l’entropie, et qui n’a aucun pouvoir causal en microphysique. Par exemple les atomes et leurs noyaux ne vieillissent pas.

        Du coup les supporteurs tournent en rond dans leurs "causal loops" ineptes.

        • vote
          JC_Lavau JC_Lavau 20 avril 21:21

          "préalablement donné l’autorisation". C’est là qu’est le délire : plaquer notre macro-temps statistique à la place des micro-temps et du bruit de fond De-Broglie-Dirac d’où émergent des transactions réussies.


          • vote
            ezechiel 21 avril 13:54

            " John Cramer a expliqué que l’interprétation transactionnelle est conforme aux résultats de l’expérience de Marlan Scully, alors que l’interprétation de Copenhague et l’interprétation des mondes multiples ne le sont pas."

            En quoi l’interprétation de Copenhague n’est pas conforme aux résultats de l’expérience de Marlan Scully ?


            • vote
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 21 avril 14:09

              ’ezechiel 21 avril 13:54

              " John Cramer a expliqué que l’interprétation transactionnelle est conforme aux résultats de l’expérience de Marlan Scully, alors que l’interprétation de Copenhague et l’interprétation des mondes multiples ne le sont pas."

              En quoi l’interprétation de Copenhague n’est pas conforme aux résultats de l’expérience de Marlan Scully ?’

              °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

              @ezechiel

              C’est ce qu’en dit WIKIPEDIA... comme je l’ai souligné !

              que dit au juste, "l’expérience de Marlan Scully ?"

              Je vais faire une recherche...

              Merci pour votre contribution


            • vote
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 21 avril 14:15

              https://www.google.com/search?q=l%E2%80%99exp%C3%A9rience+de+Marlan+Scully+%3F&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b

              @Mao-Tsé-Toung

              Je constate à cette adresse une abondante littérature ; je l’étudie, dès que possible !


            • vote
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 21 avril 15:00

              Physique Quantique, l’expérience qui modifie le passé (Vidéo de Alain Connes)

              http://www.neotrouve.com/?p=7385
              °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

              @Mao-Tsé-Toung

              Alain Connes s’appuyant sur l’expérience d’Aspect que j’ai publiée ici, nous expose son interprétation, en bon pédagogue !


            • vote
              JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 21:53

              @Mao-Tsé-Toung. Le néo-trouvetout fait une conclusion idiote, mais Connes n’a pas tiré son épingle du jeu. Il a juste commencé à subodorer que l’idéation héritée sur le "temps" n’est pas trop fiable, tout en utilisant la terminologie et les idéations héritées des copenhaguistes. C’est sans espoir en s’y prenant ainsi.


            • vote
              ezechiel 22 avril 12:41

              @Mao-Tsé-Toung

              L’expérience de Scully semble invalider totalement l’interprétation de Copenhague.
              Dans le schéma donné dans l’article de Wikipédia, supprimons les trois miroirs réfléchissants D, E et F et les détecteurs H et G.
              Positionnons les détecteurs J et K à des milliards d’années lumière de l’interféromètre (donc très loin de la source de photons et de l’interféromètre I).

              L’interprétation de Copenhague est basée sur l’écoulement du temps uniforme et le phénomène de réduction du paquet d’onde INSTANTANÉE (indépendamment de la vitesse de la lumière) dès qu’une mesure est effectuée sur le système quantique.

              Lorsqu’un photon est émis par la source, les fonctions d’onde des deux photos signaux émis par les "convertisseurs bas" arrivant sur les détecteur positionnés au niveau de l’interféromètre I (proche de la source de photons) devraient TOUJOURS mettre en évidence une figure d’interférence, car la fonction d’onde du système est à ce moment là une superposition des états quantiques des photons signaux venant des "convertisseurs bas" B et C. La réduction du paquet d’onde décrivant la totalité du système s’effondre au moment de la mesure sur l’Interféromètre qui se produit bien AVANT l’arrivée du photon signal corrélé qui arrivera bien plus tard sur un des détecteurs très éloignés J ou K.

              Autrement dit, le fait que la mesure effectuée au niveau de l’interféromètre se produise bien AVANT celle effectuée par le détecteur J ou K par lequel est passé le photon témoin, détruit toute corrélation entre le photon émis à la source et le photon témoin détecté en J ou K.

              L’interprétation de Copenhague n’explique pas pourquoi expérimentalement, on ne détecte AUCUNE figure d’interférence dans ce cas, et comment la fonction d’onde qui s’est réduite au moment de la détection sur l’interféromètre, peut connaître À L’AVANCE qu’il y aura une mesure dans le futur du photon témoin en J ou en K et détruire l’interférence !

              Ce qui validerait plutôt une interprétation de type MQT.

              [À noter que l’argument qui pourrait faire croire que la réduction du paquet d’onde pourrait se produire dans les "convertisseurs bas" ne tient pas, puisque la figure d’interférence peut être observée pour l’expérience totale avec le miroir F et les détecteurs H et G.]

              S’il y a des spécialistes des expériences de type EPR, pouvez-vous dire ce qui pourrait ne pas être bon dans l’argumentation ?


            • vote
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 avril 16:07

              ezechiel 22 avril 12:41

              @Mao-Tsé-Toung

              L’expérience de Scully semble invalider totalement l’interprétation de Copenhague.

              ..................................................

              S’il y a des spécialistes des expériences de type EPR, pouvez-vous dire ce qui pourrait ne pas être bon dans l’argumentation ?

              @ezechiel

              je me suis intéressé à votre post bien que vous ayez compris que la réponse argumentée ne peut venir ici que "des spécialistes des expériences de type EPR", ou j’ajouterais, d’un amateur passionné, qui comme moi trouve les "hypothèses" de la transactionnelle légitimes & déterminé aussi à se "casser la tête" suffisamment pour vous accompagner dans votre réflexion !

              Or que constate-t-on pour la transactionnelle ?

              Cramer, d’après certains, serait davantage un auteur de science-fiction (je n’ai rien contre) que physicien ; et plus grave, il donne l’impression de ne jamais avoir expérimenté ! Pour moi, comme je l’ai écrit, pour parler de "l’onde-particule", il faut interpréter précisément à ce jour :

              1. le FORMALISME DE HILBERT,

              2. l’EQUATION DE SCHRÖDINGER,

              3. et les EXPÉRIENCES DE ASPECT (Bell) bien qu’ici j’aimerais bien qu’on opéra avec des électrons ; ASPECT spécialiste de l’optique imposa d’entrée les photons, avec polariseur, pour pouvoir avoir "l’équivalent" du "spin" de l’électron.

              Les efforts très louables de JC Lavau, au plan théorique, devraient pouvoir être vérifiés par une "université" (?) possédant un labo digne de ce nom ; or je crois que nous sommes ici dans une impasse et que rien d’encourageant apparaisse à l’horizon pour un futur proche ! Je n’en veux pour preuve que la "pauvre" (par la qualité & le nombre de participants qui accompagnent JC Lavau) discussion de mise à jour sur WIKIPÉDIA... !


            • vote
              JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 22:57

              @ezechiel. Tu ne peux guère agrandir, et surtout pas à l’échelle intersidérale, une expérience qui repose sur l’opacité des parois du dispositif optique, opacité indispensable pour isoler la réalisation de l’expérience de pensée initiale.

              Les "fonctions d’onde" n’ont aucune existence physique. L’équation d’onde qu’on leur prête est pourtant correcte, elle.

              Le temps newtonien dans lequel Alain Aspect a toujours raisonné n’a aucune validité en microphysique, ni aucun pouvoir causal.

              Leur cadre de pensée est aussi inepte que possible.


            • vote
              JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 23:15

              @Mao-Tsé-Toung. Le cadre formel est correct, les équations sont correctes. C’est la sémantique Göttingen-København qui marche sur la tête.

              Je fais donc extrêmement peu de prédiction nouvelles, excepté avoir prédit que l’expérience de contrafactualité d’Elitzur et Vaidman ne sera jamais faite, loin s’en faut. Je donne les dimensions du miroir nécessaire dans le livre, et déjà aussi sur Agoravox.

              Contrafactualité, Penrose, Elitzur et Vaidman

              Malgré une hostilité colossale de la tribu, l’expérience conduite par l’équipe animée par Michel Gouanère a prouvé la valeur de la fréquence Dirac-Schrödinger pour un électron, 2 mc²/h.

              J’espérais que compiler les (rares) données existantes sur l’arc en ciel et le diamètre minimal de gouttes nécessaire donnerait une majoration du diamètre des fuseaux de Fermat. Las, le raisonnement postule que la goutte ne pince pas le fuseau de Fermat, et je n’ai aucun moyen de valider cette prémisse. J’ai plutôt des indices en sens contraire : augmenter l’astigmatisme de l’oeil diminue la netteté, mais pas la luminosité.

              Pour le reste, les résultats sont avant tout une bien meilleure progression didactique, et la fin de l’obligation de censurer des centaines de faits expérimentaux contrariants pour les dogmes de la meute. Une salutaire réunification de la physique.


            • vote
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 avril 23:39

              "Les "fonctions d’onde" n’ont aucune existence physique. L’équation d’onde qu’on leur prête est pourtant correcte, elle."

              @JC_Lavau
              "fonctions d’onde" est une terminologie mathématique ! mais par analogie aux vagues sur un plan d’eau "excité", ne peut-on pas s’attendre à une manifestation physique dont l’équation d’onde (Schrödinger-Dirac) serait le "modèle" mathématique ?

              D’autre part les photons dans cette expérience capitale, je l’ai déjà dit : je n’aime pas du tout ! les conséquences qu’elle entraîne dans l’interprétation dominante de la MQ actuelle, notamment la réponse qu’elle donne au "paradoxe EPR", mériterait qu’elle soit faite avec des électrons !

              L’a-t-on déjà réalisée quelque part avec des électrons ?

              Merci


            • vote
              JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 12:57

              @Mao-Tsé-Toung. Sylvain Rakotoarison a fait de la pub à Roland Omnès, qui jusqu’au bout persiste à se pencher sur son insoluble mystère de dyeu : le collapse de leur fonction d’onde.

              En somme, à un moment qui lui chante, le cimentier envoie un semi-remorque de vingt tonnes de charge utile en maraude sur toutes les routes à la fois. Son onde de probabilité se dilue sur toute la surface de la Terre jusqu’à ce que Miracle ! le camion a trouvé un client qui a justement la place pour vingt tonnes de ciment dans ses trémies. C’est là le miracle de l’effondrement de la fonction d’onde selon les copenhagistes... La transaction qui a fait partir le camion vers le client leur échappe complètement.

              Il existe des transitions électroniques, très minoritaires, qui émettent tour à tour un photon polarisé comme chti, disons à gauche et un photon polarisé comme chta, disons à droite. S’il n’y a eu aucune polarisation rotatoire ni double-réfringente dans le trajet, certains senseurs peuvent enregistrer ces polarisations.

              Il n’existe aucune facilité de ce genre en électronique.


            • vote
              Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 30 avril 07:32

              JC_Lavau 25 avril 12:57

              @Mao-Tsé-Toung. Sylvain Rakotoarison a fait de la pub à Roland Omnès, qui jusqu’au bout persiste à se pencher sur son insoluble mystère de dyeu : le collapse de leur fonction d’onde.

              °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

              @JC_Lavau

              Roland Omnès, que je ne connaissais pas du tout & que je viens d’écouter par "politesse" est pour moi un prototype d’universitaire qui a fait carrière, à l’ancienne, dans la tradition du verbe, c’est à dire du verbiage académique !

              Ses propos ampoulés qui cachent mal sa fausse modestie témoignent donc d’un modèle d’ânonneur ! Le genre de gus d’un autre age, qu’il faut laisser radoter tranquille dans son coin !

              Sans intérêt pour moi !

              Quant à Sylvain Rakotoarison que j’ai très peu lu, je le trouve de même sans intérêt ! De grâce, épargnez moi SVP JC_Lavau, de telles références, même pour rire... !


            • vote
              flux_capacitor flux_capacitor 21 avril 18:38

              La phrase de Wikipedia indiquant que l’interprétation transactionnelle de la mécanique quantique « décrit les interactions quantiques sous la forme d’une onde stationnaire formée par la combinaison d’une onde précédant la particule (en avance dans le temps) et d’une onde suivant la particule (en retard dans le temps) »est TOTALEMENT ERRONÉE.

              C’est une traduction "en petit nègre" de quelqu’un qui soit ne sait pas lire l’Anglais correctement, soit n’a strictement rien compris au princips de base de la théorie de l’absorbeur Wheeler et Feynman, appliquée à la méca Q par John Cramer.
              Le fait que cette énormité soit écrite dans Wikipedia depuis plusieurs années sans aucune correction témoigne de la nullité complète des contributeurs successifs.

              Une onde "avancée" et une onde "retardée" : ça n’a rien à voir avec une onde "un peu devant" et une autre "un peu derrière" une particule en mouvement. Mais alors RIEN à voir DU TOUT. smiley

              • vote
                Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 21 avril 21:02

                flux_capacitor 21 avril 18:38

                La phrase de Wikipedia indiquant que l’interprétation transactionnelle de la mécanique quantique « décrit les interactions quantiques sous la forme d’une onde stationnaire formée par la combinaison d’une onde précédant la particule (en avance dans le temps) et d’une onde suivant la particule (en retard dans le temps) »est TOTALEMENT ERRONÉE.

                C’est une traduction "en petit nègre" de quelqu’un qui soit ne sait pas lire l’Anglais correctement, soit n’a strictement rien compris au princips de base de la théorie de l’absorbeur Wheeler et Feynman, appliquée à la méca Q par John Cramer.
                Le fait que cette énormité soit écrite dans Wikipedia depuis plusieurs années sans aucune correction témoigne de la nullité complète des contributeurs successifs.

                Une onde "avancée" et une onde "retardée" : ça n’a rien à voir avec une onde "un peu devant" et une autre "un peu derrière" une particule en mouvement. Mais alors RIEN à voir DU TOUT. ’
                °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                @flux_capacitor

                1. "une particule en mouvement" : je crois qu’ici, si nous sous-entendons Aspect, complété par Scully, & l’ensemble re-interprété par Alain Connes, dans la vidéo ci-dessus, il vaudrait mieux parler de photon, bien que parler de particule ne soit pas, a priori FAUX !

                (Je ne sais pas si cette expérience a été réalisée avec un électron, cad un fermion, car je n’aime pas du tout quand la littérature parle du "spin" du photon (on voit bien ici avec cet exemple, que WIKIPEDIA n’est pas la seule à déconner quand on parle de MQ !!!))

                2. Que pensez-vous justement de cette interprétation de Alain Connes ?

                Merci pour votre précieuse contribution


              • vote
                JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 22:03

                @Mao-Tsé-Toung. "particule en mouvement", c’est revenir au 17e siècle d’Isaac Newton.

                Lors d’un transfert, de photon, ou électron, etc. jamais rien ne se transmute en corpuscule. Il n’y a rien d’autre qu’une onde individuelle, à ceci près que les bosons sont sujets à interactions bosoniques dans le milieu de transfert (par exemple l’espace intergalactique), et les fermions à des interactions fermioniques.

                Les lois des transactions, et notamment du bruit de fond de-Broglie-Dirac d’où elles émergent n’en ont rien à secouer de notre macro-temps macroscopique.


              • vote
                JC_Lavau JC_Lavau 22 avril 00:21

                Il faut quand même rappeler que "voyage dans le passé" est du délire de poète, ou de bande dessinée.


                Qu’un photon infrarouge converge sur la molécule qui va l’absorber n’implique aucune espèce de réversibilité du macro-temps, ni de quoi que ce soit en macrophysique.

                Même en microphysique, les irréversibilités sont nombreuses.
                Par exemple la trace en chambre à bulles d’une particule ionisante : vous ne pouvez rien renverser.

                • vote
                  Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 22 avril 03:54

                  JC_Lavau 22 avril 00:21

                  Il faut quand même rappeler que "voyage dans le passé" est du délire de poète, ou de bande dessinée.

                  Qu’un photon infrarouge converge sur la molécule qui va l’absorber n’implique aucune espèce de réversibilité du macro-temps, ni de quoi que ce soit en macrophysique.

                  Même en microphysique, les irréversibilités sont nombreuses.
                  Par exemple la trace en chambre à bulles d’une particule ionisante : vous ne pouvez rien renverser.
                  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                  @JC_Lavau et à tous ce qui se passionnent pour ce sujet qui ne peut-être aujourd’hui que controversé, quel que soit l’angle sous lequel on l’aborde

                  JC_Lavau, je connais vos thèses générales, comme celles des copen, en gros !

                  ... en gros, ici veut dire pour moi, l’essentiel !

                  Cad que l’étude de la microphysique est pour moi un passage obligé, mais aucunement un but ; encore moins un ABSOLU !

                  J’en suis à publier ici plus de 260 articles en moins de 4 ans, à près de 80 ans : je prétends que l’on peut dire ce que l’on veut de ma production, mais en élaguant tout troll évidemment, personne de sensé ne peut ne pas se rendre compte qu’il y a chez moi de la suite dans les idées ; et cela quel que soit le sujet choisi... !

                  Je ne vous reproche rien évidemment ; nous sommes deux atypiques très différents cependant qui avons fréquenté un certain temps le même milieu : vous avez développé avec courage & grande opiniâtreté votre thèse sur la MQ, ce qui n’est pas rien ; afin de vous imposer légitimement, si l’on peut dire, dans ce milieu ! Quant à moi je n’ai jamais eu, ni de près, ni de loin la volonté de m’intégrer dans un milieu dans lequel j’étais arrivé par effraction... ! Je n’insiste pas sur les détails, mais quand j’arrive à Paris je m’inscris à la fois à la Sorbonne Lettres & à Jussieu Sciences, mais je suis porteur à l’époque d’une maitrise "intérieure", d’abord innée, et puis après, par la force des choses, l’expérience de la pratique, acquise... !

                  Je sais que vous ne croyez pas aux signes de la vie, comme la plupart, conditionné que vous êtes pour rejeter toute approche hors balisage autorisé par qui vous savez... je ne milite pas ; je n’ai jamais milité, aussi il ne faut pas prendre mes paroles comme un appel à la débauche ! non ; mais si je ne précise pas tout ça vous ne pouvez comprendre un certain attachement de ma part ici à ce qui tourne autour de la PQ & des "relativités" !

                  Donc c’est à Jussieu même, le premier jour de mon arrivée, qu’une affiche "sectaire" de l’ordre eudiaque, RUE DE LA POMPE, m’interpella : elle semblait répondre à ma recherche concernant le MAGNÉTISME que je pratiquais !

                  Que se passa-t-il RUE DE LA POMPE ?

                  Effectivement dans cette école très chère, censément spécialisée MAGNÉTISME, pécuniairement parlant, un ignorant aurait cru qu’il allait avoir toutes les réponses qu’il venait y chercher : à la Sorbonne comme à Jussieu, j’étais prévenu, je m’attendais à la norme qu’on allait me servir ! Je compris de suite, que leur seul souci était d’être agréés par la Sorbonne & qu’ils ne pouvaient voir mon aura qui aurait du les décider de me nommer "directeur" de ce lieu ; car j’étais le seul à connaître vraiment le MAGNÉTISME que les Anciens pratiquaient notamment en Égypte :

                  l’Egypte, berceau du MAGNETISME, titre du bouquin que j’achetais et avec lequel je me rendis au Louvre !

                  Ils ne pouvaient pas comprendre et ânonnaient des enseignements purement livresques pour faire leurs "passe-magnétiques" comme des profanes qu’ils étaient... et donc j’abandonnais cette expérience, qui ne fut pas négative à tous les points de vue !

                  ----------------------------------------

                  Ainsi quand vous écrivez, formaté que vous êtes par l’université, type Jussieu :

                  "Il faut quand même rappeler que "voyage dans le passé" est du délire de poète, ou de bande dessinée."

                  vous me parlez  : RUE DE LA POMPE !

                  (c’est tout à fait exact, ce que vous dites RUE DE LA POMPE !)

                  & je vous réponds RUE DE LA POMPE, je connais, je l’ai expérimentée

                  Vous savez qu’à l’université, type Jussieu, on n’a pas les profs qui peuvent vraiment parler de ce paradigme qui n’est pas "SCIENTIFIQUE" mais METAPHYSIQUE, et donc il se monte tous les jours des
                  "RUE DE LA POMPE" qui leur font concurrence, sans en savoir plus qu’eux , mais pas moins non plus sur le sujet !

                  Ce qui m’intéresse surtout à moi donc, c’est la PQ dans ses manifestations macro-physiques, telles que je les vis, comme je vis depuis toujours le MAGNÉTISME "quantique" (car il faut les vivre, en étant conscient, pas dans les mots) sans en avoir fait le tour évidemment !

                  Merci pour votre contribution





                • vote
                  Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 22 avril 12:47

                  @Mao-Tsé-Toung

                  ps)

                  ... RUE DE LA POMPE, vous ne connaissez pas... je sais !

                  (... pourtant, quelque part, votre problème -si on peut parler ici de problème- est là... et pas ailleurs !)

                  Pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, je suis dans l’obligation pour -pas militer- témoigner, de passer en mode, non pas poétique, mais un rien métaphorique.... !

                  Je n’ai pas inventé ce monde étrange -je n’ai rien inventé du tout- pas plus que je n’ai choisi quoi que ce soit dans ma vie... à près de 80 ans ; j’ai laissé s’écouler -je laisse s’écouler- le temps, un point c’est tout !

                  (de laisser "consciemment" s’écouler le temps ; ce n’est pas non plus, un choix de ma part & vous aussi vous laissez s’écouler le temps, mais contrairement à moi, vous croyez dur comme fer, dans votre folie, avoir, quelque part, une emprise sur lui)


                • vote
                  JC_Lavau JC_Lavau 22 avril 22:15

                  @Mao-Tsé-Toung. La rue de la Pompe, bin si que j’ai connu, c’est la où habitaient des cousins. Même que ma cousine Catherine rappelle furieusement celle du sketch de Sylvie Joly.

                  Quant à la chienne sloughia elle est allée implorer la maîtresse de maison pour qu’elle lui donne le hamster, pour jouer avec.

                  Sidonie, qu’elle s’appelait la hamster dame.


                • vote
                  Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 23 avril 02:14

                  "JC_Lavau 22 avril 22:15

                  @Mao-Tsé-Toung. La rue de la Pompe, bin si que j’ai connu, c’est la où habitaient des cousins."

                  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                  @JC_Lavau

                  ... j’en étais persuadé !

                  C’était l’école du Magnétisme des DURVILLE, réputés magnétiseurs français, depuis le 18ième siècle, dont la référence principale était l’Égypte, berceau du magnétisme... !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès