• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Christian48

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 117 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    Christian48 31 décembre 2019 18:20

    @sls0
    Je préfère un franc "je ne sais pas"

    C’était exactement l’attitude des grands inventeurs du 19è siècle qui croyaient à l’existence de l’éther et ce n’étaient pas des farfelus : Tesla, Fresnel, Maxwell, pratiquement tous. Ce n’est qu’en 1905, avec la découverte des photons que les scientifiques ont cru pouvoir se passer de la notion d’éther (éther luminescent).
    La croyance en l’éther provenait simplement du fait que pour ces physiciens la propagation des ondes électromagnétiques devait forcément s’appuyer sur un élément même inconnu. Aujourd’hui on fait le malin avec la notion d’éther mais qui peut expliquer scientifiquement le fait qu’un objet tombe au sol sans aucun lien matériel ? Einstein l’avait bien compris lorsqu’en 1920, à Leyde en Hollande, il essaya, justement pour cette raison, de rétablir la notion d’éther, mais les scientifiques de la physique quantique ne voulurent pas en entendre parler, trop content d’enfin se passer d’un élément perturbateur du positivisme.. Seulement voilà l’élément perturbateur revient frapper à la porte sous d’autres appellations...matière noire entre autres.




  • vote
    Christian48 12 novembre 2019 17:18

    @jeanpiètre
    Pour montrer ce que j’ai voulu expliquer, voici un exemple, un terrible exemple, cela se trouve dans le livre Je me suis évadé d’Auschwitz par Rodolph Vrba. Comme dans tout ce qui s’est passé dans ces lieux c’est insoutenable d’horreur....et il ne se prive pas de le décrire. A Birkenau il était en compagnie de Moses Sonenschein qui ne cessait de lui répéter : Dieu l’a voulu, Dieu l’a voulu...jusqu’au moment où l’horreur était telle qu’il s’écria : ici il n’y a pas de Dieu et s’il y en a un maudit soit-il, maudit soit-il, maudit soit-il (p. 224 éd, J’ai lu)
    Ce que je trouve extraordinaire ici c’est d’en même temps en vouloir à Dieu et en même temps déclarer ici il n’y a pas Dieu. Eh non, en effet, mais il y a des hommes, oui vraiment des hommes parfaitement et totalement responsables. Donc la question est : pourquoi ces hommes en sont arrivés là ? C’est cela la vraie question. On ne veut pas comprendre que l’histoire d’Adam et Eve et du serpent est une allégorie tendant à expliquer le danger de tomber dans la tentation. Et franchement je ne vois actuellement pas d’exemple plus concret, et là ce n’est plus une allégorie, dans ce qui s’est passé en Allemagne avec le serpent Hitler....avec un peuple allemand à la place d’Adam et Eve. Y tomber c’est appartenir au serpent....à Hitler, il n’y a qu’à voir avec le serment que devait lui prêter tous les militaires, et là effectivement Dieu était absent.



  • vote
    Christian48 31 octobre 2019 18:44

    Juste un petit mot aux trois molécules de cette vidéo. Lorsqu’une personne lit un message, n’importe lequel par facebook ou par e-mail ou autres moyens, et que ce message a un effet terrifiant ou merveilleux...combien de molécules ?



  • 1 vote
    Christian48 28 octobre 2019 13:36

    Logiquement lorsqu’on ne croît pas en Dieu, on doit en tirer les conséquences et donc, lorsque le mal se fait, admettre que l’homme en est le premier responsable, peu importe qu’il soit croyant ou athée, qu’il fasse le mal au nom de Dieu ou de son engagement idéologique. L’homme a le libre choix autrement la vie n’a aucun sens, c’est cette responsabilité qui fait qu’un homme peut capitaliser le bien....ou le mal.




  • vote
    Christian48 1er octobre 2019 16:01

    Il existe deux sortes d’historiens "engagés" (idéologiquement), la première n’est pas plus documentée qu’un simple lecteur et raconte n’importe quoi y compris des mensonges, la deuxième, dont fait partie ALR, est bien documentée, a bien travaillé les archives, mais interprète l’histoire de façon à ce qu’elle colle avec son idéologie et oublie le côté sombre de son idéologie, ici socialocommuniste.

    Lorsqu’elle parle d’Allen Dulles, envoyé à Berne par l’OSS (CIA) elle mentionne que le côté de la collaboration économique EU-Allemagne. Mais il me paraît évident qu’à un moment donné de la guerre les Américains ont pris conscience de la monstruosité des méfaits nazis et ont agi en conséquence. Je viens de lire le livre sur Canaris par l’historien Heinz Höhne (excellent). C’est stupéfiant d’apprendre à quel point les officiers allemands étaient parfaitement conscients qu’ils allaient au désastre total avec Hitler et très nombreux furent donc les contacts secrets avec les Alliés, en Suède, au Portugal, en Espagne, au Vatican et en Suisse, ceci bien sûr en cherchant une alliance avec les Alliés pour se débarrasser d’Hitler. La preuve que Allen Dulles ne soutenait pas les nazis, comme ALR le prétend, c’est qu’il soutint financièrement le maquis en France et vu les conditions de souffrance de ces jeunes hommes ce n’était pas de trop, mais de cela elle n’en parle pas. Comme d’ailleurs aucun historien des médias officiels ne parle du soutien de la Résistance par l’armée suisse...et ce ne fut pas rien croyez-moi. Les vrais résistants le savent(aient) eux...

    Et puis ALR ne parle pas de ça...et c’est très grave, aujourd’hui encore parce que lorsqu’on veut donner des leçons il faut être irréprochable, non ?

    https://prisons-cherche-midi-mauzac.com/varia/le-sabotage-dans-les-usines-daviation-et-le-pcf-entre-mythes-et-realites-925

    Bien entendu cela est minimisé...

    Personnellement j’en ai raz le bol de l’Histoire au service d’une idéologie. Je suis beaucoup intervenu concernant l’histoire de la Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, vous pouvez le constater sur le forum Livres de guerre http://www.livresdeguerre.net/identification/presentation.php?util=1023 et mes interventions sont vraiment beaucoup lues. Mais dès le début j’ai refusé d’imaginer un seul pays concerné par la SGm comme innocent et jamais je ne contesterai la part sombre de la Suisse avec le commerce et les refoulements. Mais contrairement à la gauche je mentionnerai aussi la part lumineuse et elle fut belle, croyez-moi. Déjà en premier l’unité du pays et là, comme je suis impartial, je mentionne que cette unité a été réalisée aussi grâce aux socialistes mais pas aux communistes qui furent traités comme les nazis...

    Pour en revenir à ALR c’est bien dommage, vu son talent, qu’il soit plus au service de son idéologie que de l’Histoire, cela n’engage que moi. C’est magnifique un historien sans politique...mais est-ce que ça existe ? Hélas, Histoire et politique ne font qu’un...bien qu’il existe aussi une autre histoire, comme par exemple celle qui étudie l’évolution de la cafetière ou autre babiole, eh oui c’est aussi de l’histoire..

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès