• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

llsalv

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 183 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    llsalv 8 novembre 2018 09:52

    @simplesanstete

    Diantre, c’est qu’il n’a pas perdu la tête et qu’il ne veut pas la perdre smiley



  • 1 vote
    llsalv 28 octobre 2018 16:55

    @Eric_F

    Désolé, l’accomplissement n’est pas là ou n’est plus là si tant est que certains ont pu croire le vivre au XIXe en allant conquérir le monde sous prétexte de répandre la civilisation.
    Si nous laissons au pouvoir les traitres à la nation qui la gouverne depuis la disparition de de Gaulle, il ne faudra pas attendre longtemps avant de toucher le fond. Notre technologie et nos institutions seront retournées contre nous et nous finirons asservis. Houellebecq est lucide.



  • 3 votes
    llsalv 28 octobre 2018 07:39

    Il est clair que Houellebecq n’est pas un prophète puisqu’il ne fait que dire ce qu’il a sous les yeux. Mais on doit au moins lui reconnaître cette qualité : il l’ouvre, il dit ce qu’il voit alors que nous vivons sous une pression de conformation qui nous pousse à la fermer sous peine d’excommunication pour malpensance.

    Maintenant, pour ce qui est des prophètes, je dirais que ce que j’ai lu dans ce fil me paraît gentiment abstrait et j’aurais bien envie de rajouter le grand Douglas Reed qui nous dit bien d’où tout cela vient, ainsi que Mgr Delassus qui, dès 1910, savait dire les desseins de l’Union Européenne, donc longtemps avant qu’elle existe.

    Enfin, si on prend un maximum de recul, je trouve que Howad Bloom, l’auteur du "Principe de Lucifer", avait bien su formuler les choses : une civilisation s’effondre quand ses membres, amollis par les richesses dont ils héritent, perdent le sens des valeurs et, notamment, le fait qu’elles se mesurent à l’aune des sacrifices que chacun doit être prêt à consentir, serait-ce celui de sa vie.

    La perte du sacré, c’est d’abord la perte de l’esprit de sacrifice. Le culte de l’individualisme, en entravant l’action collective détruit l’idée même de nation. Cela fait trente ans que j’entends des ânes philosophes questionner la possibilité même du "nous" qui est pourtant le b-a ba du fait humain.

    Je ne prône pas la guerre, loin de là, et même tout au contraire mais force est de reconnaître avec René Girard que c’est la mort et la mémoire de ceux qui sont allés au sacrifice qui nous a jusqu’à présent rassemblés.

    Il semble que nous entrions dans une ère nouvelle dans laquelle quasiment plus personne ne veut aller au sacrifice mais dans laquelle nous allons tous mourir car c’est dorénavant les populations qu’on sacrifie, pas les soldats.

    Si mon hypothèse girardienne est bonne (elle l’est sûrement puisque le conseiller des princes Attali l’a validée), c’est de ce nouvel holocauste que naîtra le nouvel ordre mondial...

    Pour éviter ça il ne faudra être ni un imbécile heureux, ni un idiot utile (du choc des civilisations comme Zemmour), ni un conscient impuissant, ni un beau parleur... bref, comme disent les écritures, la voie est étroite !



  • 3 votes
    llsalv 20 octobre 2018 14:28

    @Tom France

    "Pas hallal", vous voulez dire casher ?

    Je suis d’accord. Ils cherchent refuge, pas une solution.

    C’est autrement plus exigeant de lutter !



  • 4 votes
    llsalv 10 octobre 2018 19:16
    Bravo, très bon article, avec une très bonne chute.

    A noter que Fassin n’est pas un théoriste. C’est un gloseur. Il n’a que le verbe. Son propos ne résiste pas deux secondes à une analyse logique.
    Un exemple : M. Fassin passe son temps à prôner la différence à tour de bras sur tous les points SAUF au moment oû il s’agit de reconnaître l’existence d’un racisme anti-blanc.
    Là M. Fassin exige, sans donner aucune raison, que le racisme anti-blanc soit exactement identique au racisme dont ont été victimes, par exemple, les noirs.
    Pourquoi ne pourrait-il exister un racisme anti-blanc différent du racisme anti-noir ?
    La seule chose qui puisse expliquer cela est que la pensée de M. Fassin est idéologique. Il pense que ceux qui parlent de racisme anti-blanc sont d’extrême droite et c’est mal, comme disait Coluche. Donc il est pour lui exclu de leur donner raison. Toutes les pirouettes argumentatives lui sont alors permises parce que c’est moralement bien de lutter contre l’extrême-droite.
    Bref, M. Fassin serait un imposteur s’il n’était déjà un sociologue.

    Je veux dire par là que la question de savoir s’il existe un racisme anti-blanc ne peut trouver sa réponse qu’au niveau psychologique. Et là, la réponse est évidente. C’est pourquoi la justice l’a reconnue. Que les sociologues fassent des contortions pour ne pas regarder dans cette direction, rien de surprenant. La science est faite par des humains empreints d’idéologies à la mode. Sous ce rapport, Fassin est un parfait exemple.

    Bref, Enthoven a bien raison. Il faut réformer les sciences sociales, de fond en comble. Mais pas que. Les sciences humaines itou, dans leur ensemble.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité