• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

perlseb

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/05/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 301 5
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires




  • 1 vote
    perlseb 6 septembre 19:22

    @Hijack ...
    Vous avez sûrement raison, et la phrase de Coluche ("La police, c’est un refuge pour les alcooliques qu’on n’a pas voulu à la SNCF et aux PTT.") n’est sûrement plus vraie aujourd’hui. Mais je pense quand même qu’il y a 2 sortes de policiers : ceux qui veulent la justice et ceux qui veulent l’ordre et ce n’est pas du tout pareil.
    Par exemple, si on leur demande (est-ce démocratique ?) d’être très sévère avec les gilets jaunes, alors ceux qui veulent la justice n’obéiront pas (et je pense sincèrement qu’il y en a une bonne proportion) mais ceux qui veulent l’ordre seront surexcités.
    Au contraire, s’il y a des affaires de pédophilies qui touchent nos élites, l’affaire peut très bien se retrouver dans un tiroir avec une promotion à la clé (et on n’a pas besoin de mettre au courant les policiers qui veulent la justice).



  • 3 votes
    perlseb 5 septembre 21:54

    Quand on apprend en primaire le loup et l’agneau de La Fontaine, on apprend que la force fait ce qu’elle veut. Alors, pour qu’un monde soit "juste", il faut absolument que la force soit du côté de la justice. On peut écrire des gros bouquins sur le sujet mais combien de millénaires faudra-t-il pour le mettre en pratique ?

    Une police juste ne devrait jamais être organisée de manière hiérarchique (obéissance). L’obéissance peut mener aux camps de concentration.

    Les policiers devraient donc être des gens avec une grande morale, très responsables et devraient agir avec leur conscience de manière autonome. Ils devraient être les plus respectables de la société, d’une certaine manière. Eventuellement, lors de missions à risques, un commandement s’impose (pour coordonner sans tergiversations), mais le choix du "chef" opérationnel devrait s’effectuer de manière tournante.

    Mais toute dictature tire un gros avantage d’avoir des idiots prêts à obéir à n’importe quel ordre, on le voit bien lors des manifestations. Bref, pour savoir si on est en démocratie, il suffit de regarder si la police est organisée de manière hiérarchique.

    Je ne parlerai même pas de la séparation des pouvoirs en France (merci M. Montesquieu pour nous classer dans une dictature) : à cause du système pyramidal (garde des Sceaux, ministre de l’intérieur, préfets, etc...), il n’y en a aucune.



  • 3 votes
    perlseb 3 septembre 18:46

    Parce que les gens raisonnent en argent, et deviennent pion du système.

    Je prends mon exemple, ça fait 2 semaines que je fais des prunes le matin, il faut les trier au sol, c’est fatiguant. En tant qu’ingénieur, c’est une aberration financière de faire ça (vu le prix du kg de prunes et le salaire que j’avais avant que je démissionne).

    Sauf que le calcul monétaire est complètement biaisé : les bocaux que je fais ne peuvent pas être achetés sur la marché (les produits bio contiennent parfois plus de produits, naturels il est vrai, mais pas forcément sains : comme ils sont moins efficaces, on doit parfois en mettre plus que des produits de synthèses, interdits).

    Donc la morale, c’est que je suis un couillon monétaire (et j’en suis fier). Quand on raisonne argent, on ne fait pas de telles "inepties", et on laisse les fruits sains pourrir, pour aller acheter ceux des magasins aux pesticides, on y gagne "financièrement" car on utilise son temps pour des actions à "meilleure valeur ajoutée".

    Je ne dis pas qu’il faut arrêter la spécialisation (je connais bien les bénéfices de l’échange). Mais quand je vois que ceux qui cultivent le blé doivent suivre le cours des céréales en bourse pour ne pas se faire arnaquer, on est en train de tuer la spécialisation à force de voler tout le monde dans des proportions qui deviennent scandaleuses. Et on va finir par y gagner à faire un maximum de choses soi-même.

    Dans notre système, la spécialisation conduit à un vol par défaut d’information et par défaut d’autonomie, qui conduit à une nécessité d’être généraliste pour ne pas se faire voler, qui conduit à la fin de la spécialisation.



  • vote
    perlseb 8 août 21:00

    Moi je me pose une question sur la guerre de cent ans. On l’aurait perdu contre les "anglais", la langue mondiale serait peut-être le français aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’à l’époque, on parlait français dans les 2 cours des 2 pays et la France était le plus peuplé des 2 pays. Alors Jeanne, elle a pas forcément fait du bon boulot...



  • 2 votes
    perlseb 25 juillet 22:40

    Pour accepter (voire aimer) son travail, le mieux est de n’avoir aucune logique. Par exemple, si je m’intéresse à l’écologie et au développement durable, alors je ne vois aucun problème à travailler dans la mode, qui consiste à rendre obsolète des choses qui pourraient servir plus longtemps.

    Un peu comme un agriculteur qui empoisonne ses clients avec les pesticides, ou un prof qui enseigne à des futurs chômeurs. Bref, moins on réalise l’absurdité de ce que l’on fait, plus on peut être heureux au travail.

    La morale : on peut diriger un camp de concentration et être heureux.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité