• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

TchakTchak

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 340 0
1 mois 0 125 0
5 jours 0 33 0


Derniers commentaires




  • vote
    TchakTchak 20 août 15:34

    @alanhorus

    Pff, z’êtes fatigant vous. Momo a choppé une gamine de 6 ans sans son consentement et l’a niquée à 9. On lui compte 13 femmes dans le coran et les hadiths. On ne compte pas toutes les esclaves captives avec lesquelles il s’est amusé après les très nombreuses attaques de caravanes et banus qu’il a lancées.

    Pédophile, violeur, partouzeur, débauché, sataniste… Question pourriture…

    C’est lui qui vous a dérangé comme ça ?



  • vote
    TchakTchak 18 août 15:15

    @yoananda2

    Mais c’est merveilleux ! Désolé alors de vous avoir mal lu.

    J’étais au courant que vous aviez les deux bouquins. J’ai mis ce lien pour disposition à ceux qui lisent les échanges.
    A tout hasard, j’ai aussi l’IRL vers celui du Grand Reset que j’ai lu aussi, si cela intéresse quelqu’un.



  • vote
    TchakTchak 18 août 15:08

    L’analyse transactionnelle, d’Eric Berne est un bon ouvrage, avec des outils faciles à comprendre qui peuvent être puissants pour remédier des blocages à son existence. Sa lecture met à jour différents types d’images mentales que l’on porte en soi, et avance aussi différents procédés pour développer l’intelligence relationnelle.

     Par hasard, j’avais lu à peu près en même temps Psychanalyse en contes de fées, de Bruno Bettelheim, qui interagit de façon fertile avec l’ouvrage d’Eric Berne. Même si Bettelheim il a abusé du complexe freudien d’Œdipe, un passage obligé de l’époque. Mais il ne s’est pas contenté de cet explicatif trop rudimentaire aux canevas caché des contes dont il a su mette à jour les rouages psychologiques.

     

    Christophe Guilluy a posé un triangle de Karpman, pour la société Française, entre la France des grands centres urbains, celle des banlieues investies par les immigrés et celle "périphérique", qu’on a appelée aussi "la France oubliée" qui s’est montrée avec les Gilets Jaunes, version d’origine, des ronds points. Les liaisons sont forcément instables et malsaines entre ces trois populations qui ne peuvent que tenter d’instrumentaliser une relation pour de trouver en majorité, à 2 contre 1. Ce triangle a éclaté les PS et UPM classiques qui se partageaient la même clientèle des grands centres urbains. Les RN/NUPES, qui ont pris la France oubliée contre celle immigrée ne proposent pas la sortie de ce triangle. Macron a trouvé la sortie par un côté : la voie de la mondialisation qui rassemble les bobos "hard" ex UMP et "cool" ex PS. Il manque celui qui dégagera la sortie par l’autre coté : la voie souverainiste. Les 3 populations se répartiraient alors entre les deux camps : souverainiste/mondialiste sur des enjeux plus éclairants de recomposition de société. Malheureusement ce triangle arrange le système des partis politiques et les acteurs de la mondialisation.



  • vote
    TchakTchak 18 août 14:44

    @Conférençovore

    Oui, tu peux toujours m’accuser de tous les maux que tu veux, dans l’absolu

    Je vous ai fait les phrases au conditionnel, à titre d’exercice de pensée, pas d’accusation personnelle. J’ai expliqué ensuite ce que je pensais des vaccinés contraints, avec la paille et la poutre. On peut toujours faire des accusations généralisantes contre les français trop idiots, quand on regarde un peu plus ses comportements personnels on peut relativiser et admettre qu’il y a toutes sortes de situations.

     

    Je suis par exemple faciné d’entendre des gens parler d’ARNm en permanence alors qu’ils n’ont même pas un niveau Terminale S en bio mais bon... passons). 

    Ben, moi, ce qui me fascine est que ceux qui disent que l’immunité va être à 98% avec des injections à l’ARNm, ou quand les pathologies remontent de partout, sont incapable de produire une autre analyse que « corrélation n’est pas causalité » soient des bacheliers scientifiques, docteurs, professeurs, avec des C.V. longs comme le bras.

    Je connais pas loin de 20 personnes autour de moi certaines à commorbidités lourdes, qui ont été traitées à l’ivermectine, même trois de plus de 90 ans : pour tous, le covid n’est qu’un souvenir qui n’a pas duré longtemps. J’ignore quel diplôme avait Saint Thomas, ce n’est pas lui qui a inventé l’ARNm, mais sa méthode marche bien aussi pour guérir. Par contre, des vaccinés qui ne vont pas bien, j’en connais, comme je l’ai écrit plus haut (et je connais 3 morts covid, au premier semestre 2020, je ne nie pas ça).

     

    Un exemple parmi tant d’autres : https://twitter.com/GabinJean3/status/1559145434232377349

    Pourquoi on ne la prend pas au mot pour vérifier ? C’est compliqué d’en distribuer plus largement en vérifiant les résultats ?  Une boite de doliprane 1000 prise d’un coup, on peut en mourir, ça attaque le foie. A 10 fois la dose prescrite, l’ivermectine ne produit aucun effet comparativement à un groupe placebo. Cela a déjà été mesuré et c’est public. Et ce n’est pas intrusif comme l’ARNm, qui est un brin d’instruction génétique à nos cellules qui ne sont pas faites pour ça. Vous pensez qu’il faut un bac un doctorat, qu’il s’agit d’un problème de science, de médecine, pour comprendre qu’il y a crapulerie ?

     

    Moi, c’est ma colère. La votre est ailleurs, le grand remplacement. Je l’ai déjà écrit, les colères des uns ne dénient pas celles des autres. Les maux ne se substituent pas, ils s’accumulent.

     

    Non, les crises qui se profilent ne sont pas toutes liées. S’il y a bien un truc qu’il faut éviter à mon sens, c’est la monocausalité/mono-responsabilité car elle aboutit à une confusion généralisée. 

    C’est l’inverse, ou on ne se comprend pas. C’est peut-être la relation de cause à effet dans notre ratio fondamental à nos schémas de pensées. Cette tendance à penser qu’il y a UNE cause pour UN effet, comme la personne assassinée, pour laquelle on recherche le criminel. Or un effet économique, physique, social, biologique, etc... a le plus souvent a plusieurs causes. J’ai une pensée holistique, plutôt que dualiste.

    Je vais partir d’un point, mais je pourrais partir d’un autre, comme un puzzle, peu importe la pièce avec laquelle on démarre (pas tout à fait vrai, mais peu importe ici). La baby boom est la génération de la reconstruction après guerre en pleine période de prospérité et d’abondance libérée par tous les moyens technos que l’on connaît. C’était la fête slip, tout était bel et bon : explosion démographique mondiale, relâchement des mœurs, consumérisme, migrations car tout le monde va devenir gentil avec la vie facile, etc… Maintenant qu’on sait la limite écologique de la planète, on s’en prend les retours, avec la montée des aigreurs, sous forme de diverses crises.

    J’airais plutôt dû écrire : "tout est corrélé", plutôt que "tout est lié". 

    P.S. : Non, je ne suis pas batteur. Vous avez même une meilleure culture musicale que moi. Quand je m’étais inscrit sur Avox, je n’ai pas pris le temps de réfléchir à mon pseudo et je me suis pris celui-ci qui passait dans la tête, le trouvant sympa et marrant. J’avais pris aussi en avatar le photo de Jeanne Calment, avec sa clope et son verre de porto.



  • 2 votes
    TchakTchak 18 août 12:37

    Bonjour yoananda2

    Et bon retour.

     

    Je trouve ici que vous déplacez le problème qui se pose et réarrangez la normalité à votre manière.

     

    Montesquieu : Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. Soit par la force et la coercition (la tyrannie), soit par la manipulation. Avec L’esprit des lois, il a proposé la séparation des pouvoirs, qui se surveillent les uns les autres, à défaut de pouvoir légiférer en détail sur cette notion diffuse et poreuse. C’est le principe républicain généralisé à peu près partout dans le monde, en tout cas en droit.

     

    Toute la philosophie politique porte sur l’abus de pouvoir depuis La République, de Platon et Politique, d’Aristote. L’art de la guerre de Sun Tzu explique comment comploter pour posséder un territoire et ses richesses sans avoir besoin de la faire. Les psyops n’en sont que des applications. Les ingérences, le soft power, les thinks thanks en sont de bons vecteurs du fait de leur ambivalence entre bienfaisance et malfaisance de leurs actions.

     

    Il est naïf, ingénu, d’imaginer, que le complot n’existe pas : à grande échelle, comme la fiole de Powell ou dans le quotidien, insidieusement. Mais c’est le but du mot "complotiste" : faire disparaître le mot "comploteur" des esprits en le recouvrant. Il sert à donner raison au pouvoir établi, au lieu de donner raison à la vérité, ou à l’entendement. C’est récent quand même, ce mot et il est particulièrement invasif.

     

    La nouveauté, relative, mais quand même, est celle de l’émergence d’un gouvernement mondial. Avant, c’étaient des empires, avec le siège au vu de tous. Cette gouvernance n’envoie pas de faire-part de naissance, puisque la normalité, qui a toujours cours, est celle du gouvernement national, consacré par la constitution, qui régente les affaires publiques de la nation. Lesdits gouvernements sont dévitalisés avec l’internationalisation des échanges, par la multiplication des moyens technologiques permettant d’organiser des productions économiques à grande échelle, par l’intrusion des instruments de communication permettant de tout gérer à distance en direct. Il y a donc phénomène systémique. La compétition est en cours entre l’oligarchie, l’Etat profond US, la Chine, pourquoi pas les trois gros fonds de pensions. En tout cas, ces candidats agissent comme de piles cumulatives aspirant les pouvoirs d’agir sur le monde et sur les individus. On peut dire : oui et alors ? Comme on peut dire : je ne suis pas d’accord.

     

    Les solutions anti-covid, on a quand même compris qu’elles n’ont pas été décidées en France, mais que les interdictions de soins précoces, les injections ARNm ont été décidées depuis un groupe comprenant en tout cas la FDA, l’OMS qui a pour 1er financeur, Bill Gates, Anthony Fauci, pour ce qu’on arrive à en savoir. Ce ne sont pas des Français qui ont décidé. Klaus Schwab annonce à quoi va ressembler la 4ème Révolution industrielle *, y compris les intrusions numériques dans les corps et les esprits. Et il dit : youpi. Ben, ouais, mais je ne suis pas obligé de dire youpi comme lui, j‘ai même le droit de dire : danger. Les chefs d’Etats lui rendent des comptes maintenant chaque année : ben, ouais, mais il n’est pas président du monde élu par l’humanité.

     

    C’est donc une question politique, et central si les décisions sont prises ailleurs que par les gouvernements. Ce n’est pas normal. Ce débat n’existe pas dans l’espace médiatique, ni même politique : les tenants et aboutissants ne sont pas partagés. Si ce débat est volé, insulté par le dénigrement psychologique en disant à tort et à travers que la question est "complotiste", il ne faut pas s’étonner de la médiocrité des échanges qui restent, avec insultes, hargneux impuissants, idées fixes, hypothèses ténébreuses, etc… Et même des mouvements de colères sporadiques qui traversent maintenant les pays atlantistes (’"la grogne" comme disent les médias heureux de penser qu’ils s’adressent à des cochons).

     

    * Le livre de Schwab, pour lecture : https://archive.org/stream/klaus-schwab-la-quatrieme-revolution-industrielle_202102/Klaus%20Schwab%20-%20La%20quatri%C3%A8me%20r%C3%A9volution%20industrielle_djvu.txt

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité