• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Guit’z

38 ans, Paris.
Curiosité pour le commentaire en général. D'où ma sympathie pour AV ;)

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 233 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 11 votes
    Guit’z 27 mai 2013 11:58

    Dans la série tirons sur la camionneuse... "Les périodes de guerre sont des opérateurs de genre" : cette idiote à salopette devrait comprendre que la plupart des femmes ne "se masculinisent" aucunement "en période de guerre où elles vont à l’usine", pour la simple raison qu’en période de paix elles étaient aux champs, où leur féminité rudimentaire n’a grosso modo pas varié du néolithique à nos jours. Quand elle ajoute que Christian Dior, après la guerre, reféminise les femmes, là encore, elle débloque : Dior ne reféminise aucunement les femmes, mais habille les bourgeoises - lesquelles n’ont jamais cessé d’être féminines, n’ayant jamais mis le pied au champ ni la main à l’usine.
    Et tout est comme ça dans ce débat...
     
    Misère de voir cette gauche de bobos narcissiques incapables de penser le monde selon sa détermination fondamentale : le travail et les rapports de production ; autrement dit, en termes de classes...
    La théorie du genre, c’est de la psychopathologie. Une haine ontologique de soi. Il suffit de voir la gueule de ses adeptes pour comprendre qu’ils sont mal dans leur peau, d’où leur obsession d’inoculer ce mal-être à l’humanité tout entière, qui ne leur a pourtant rien demandé et s’accommode fort bien de naître homme ou femme.

    Finalement, bien que je sois plutôt anti-libéral, je dirais c’est de loin Jean Robin qui s’en sort le mieux !



  • 23 votes
    Guit’z 27 mai 2013 11:27

    @ Jean Robin

    Très bon petit reportage, ça fait chaud au cœur.
    En lisant le commentaire ci-dessus, je me demande dans quel camp se trouvent la haine, le sectarisme et la bêtise : en fait, je ne me demande pas, je le sais depuis toujours.
    Autant je me sens vraiment socialiste, autant je peux blairer la gauche française, son mépris du peuple et son moralisme de moins en moins douceâtre.



  • 1 vote
    Guit’z 22 mai 2013 11:30

    @ Loki :

    " Si il avait simplement montré son cul dans notre dame, son message aurait été assurément plus entendu dans Paname. A chaque époque, les samouraïs qu’elle mérite. "

    Très juste votre commentaire, et très drôle.

    Ce genre de dingo ont complètement quitté le réel à force de vivre dans le passé. Leurs références sont si dérisoires qu’elles confinent tôt ou tard au nihilisme. La passion blessée de la grandeur n’est qu’une obsession du néant. Ce geste est affligeant.

    Je suis surpris sans l’être, car Venner, que j’ai souvent entendu à la radio, était un historien de qualité, malgré sa fixation vieille France.



  • 5 votes
    Guit’z 16 mai 2013 19:55

    Les Médias capitalistes ont pour tâche de nous vendre de la fatalité ; et les intellos traitres, soit presque toutes les stars de la "pensée" façon Jacques Attali, Alain Minc, BHL et compagnie, s’efforcent de prêcher le calme et la docilité aux foules.

    La vérité est que ce bordel ne cessera que le jour où nous massacrerons sans vergogne ces fils de pute - banksters, propagandistes et larbins idéologues - au coupe-coupe, au cutter, à la batte de baseball cloutée, au lance-flamme...

    Un bain de sang : il n’y a plus que ça contre l’hyper-violence des riches... c’est bien triste, mais qui l’aura cherché ? Qui est le vrai coupable - du prolo qui le guillotine ou du bourgeois qui l’exploite, du financier qui le rackette ?

    Il faut que les choses s’aggravent encore : tant que le peuple n’aura pas été saigné à blanc, il courbera l’échine. Ce n’est qu’un fois les trois quarts de la "populace" acculée à la faim qu’on verra les banlieues déferler dans les quartiers centraux de Paris, où vivent les parasites d’en haut. Certes, ce sera pas beau à voir : un moment de justice et de vérité monstrueuses...

    La lutte des classes devient l’absolu, presque le moteur exclusif de l’Histoire contemporaine ; du moins de son pourrissement stratégiquement à des fins oligarchiques. La haine de ses élites globalisées intrinsèquement fascistes et même sataniques : voilà le ciment du peuple et des peuples, l’ultime rempart de notre humanité.



  • 2 votes
    Guit’z 11 mai 2013 15:26

    @ Hijack :

    Tu vis où ? de quoi ? Je suis curieux...

    Je ne suis pas sûr que l’alternative soit d’ores et déjà si radicale. Oh, ça viendra certainement, mais enfin il reste encore quelques villes de province où il fait bon vivre...

    Par contre, Paris, certes, c’est mort. 10 000€ par mois, c’est le minimum pour une famille nombreuse. Et puis l’ambiance est assez pourrie, même si ce n’est que mon sentiment. J’ai vécu à San Francisco, Londres et Montréal, sans être des paradis terrestres (quoi si, Montréal est une ville paradisiaque, dont l’idée force est : no stress !), il me semble que l’ambiance générale est mille fois plus cool qu’à Paris. Mais bon, encore une fois, ce n’est que mon sentiment, renforcé à chaque retour à Paris.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité