• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Guit’z

38 ans, Paris.
Curiosité pour le commentaire en général. D'où ma sympathie pour AV ;)

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 233 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    Guit’z 29 mai 2013 22:21

    ERRATA

    >>> Plus sérieusement, je crois que l’existence des ET constitue un paradoxe mathématique nous commandant de faire le pari de Pascal. Je veux dire que cette existence est logiquement nécessaire et physiquement très, très, très improbable - l’apparition de la vie sur terre, aux dernières nouvelles, constituant elle-même un miracle d’une improbabilité quasi absolue. Nous avons donc plus à "gagner" de croire à tort à l’existence de tels êtres, que l’inverse...



  • vote
    Guit’z 29 mai 2013 22:11

    @ Kurtis, Gaspard Delanuit & Flanagan

    Ben moi, je crois pas du tout qu’un ouistiti de 15 cm puisse traverser l’espace-temps pour clamser au Chili...
    Et puis-je le trouve un peu trop humanoïde.
    Pourquoi une forme d’intelligence extraterrestre aurait-elle deux bras et deux jambes forcément ?

     :->

    Plus sérieusement, je crois que l’existence des ET constitue un paradoxe mathématique nous commandant de faire le pari de Pascal. Je veux dire que cette existence est logiquement nécessaire et physiquement quasi très, très, très improbable - l’apparition de la vie sur terre, aux dernières nouvelles, constituant elle-même un miracle d’une improbabilité quasi absolue. Nous avons donc plus à "gagner" de croire à tort à l’existence de tels êtres, que de l’inverse...

    Bon, je vais commencer par JPP - qui m’a toujours gonflé avec son air entendu sur la question, quand bien même j’en entends dire le plus grand bien par des amis chercheurs (étant moi-même absolument incompétent en sciences dures, je n’ai pas d’avis sur la question, hormis l’impression vague que les Ummites, c’est un peu le canular du siècle, une potacherie lancée dans les seventies à laquelle il a fini par croire.)



  • 2 votes
    Guit’z 28 mai 2013 06:06

    ERRATA : posté un peu vite...

    Je vais même enfoncer le clou, tiens.

    La Badinter expliquait, il y a des années, que les hommes des Lumières étaient déjà féminisés dans leurs mœurs, observant avec gourmandise qu’ils pleuraient en public... Cette amatrice de romance n’en donne pas pour autant du grain à moudre à la théorie du gender.

    D’abord, même une brute peut fondre en larmes, il parait que certains veaux pleurent à l’abattoir ; et si l’homme moyen, depuis toujours, se cache pour pleurer (contrairement à la fillette Besancenot vu à la télé), c’est par pudeur. Rien que de très humain ; même les femmes ne pleurent pas en public.

    Ensuite, que les hommes des Lumières aient été peu ou prou féminins dans leur être, cela n’est vrai que des nobles et de quelques bourgeois snobs, soit à peine 1% d’un peuple de 20 millions d’âmes : échantillon trop mince. On parle d’un dérisoire être féminin... de classe !

    Le cul-terreux, pour sa part, demeurant à peu près indifférencié de sa chère cul-terreuse, sa virile matrone sur le pont non stop avec lui... comme le crapaud de Voltaire sent chaudement qu’il ressemble à sa crapaude. – En fait, dans les époques d’opulence et de déclin des castes guerrières (apogées des arts et de la sensualité, de l’esprit et de la féminité), les puissants devenus bêtes rentiers mettent un point d’honneur à se distinguer de leurs gueux, en prenant tout un tas de poses accentuant leur éloignement du travail et du corps. Et quant au "piège de Versailles", leur éloignement insu de la politique et du vrai pouvoir (la joute verbale remplace le duel, et la mondanité philanthropique le baratin des prêtres).

    Ce qu’il faut rappeler à la Badinter, c’est que sa prétendue féminisation des Nobles au 18ème siècle, pure panacée pour nous dit-elle, en l’occurrence, n’est que la séquelle de leur émasculation politique par ladite "monarchie absolue" (laquelle ne le fut jamais, et nous savons par les études historiques les plus pointues que l’Etat de Louis XV cassait moins les couilles au bon peuple que la République d’Hollande, avec ses flics et son racket, sans parler des leçons de morale). C’est toute l’histoire de Donjuan - grand seigneur avec les dames et méchant homme avec les humbles... un abruti pétrifié par la statue du commandeur, à savoir maitre Louis XIV le Rusé habilement servi par maestro Molière !

    Autre époque, même constat, à une échelle plus étendue. Passons sur le 19ème siècle romantique et positiviste, où la bourgeoisie – pas le catholicisme, comme croient les incultes à l’origine du mythe – cloitre littéralement les femmes : colifichets esthétiques du bourgeois nouvel exploiteur lui démocrate ; les cigales d’intérieur de cette fourmi honteuse en quête de laïcité propre. En 1918, l’homme revient des tranchées, où il en a chié des couronnes d’épines. Il sort du trou, dégoûté de lui-même – davantage alourdi qu’amputé du fardeau phallique. Non qu’il se féminise alors : il renonce en partie à sa virilité. Parallèlement, de concert avec le secteur tertiaire naissant, apparait ce personnage de femme émancipée pas si marginale, c’est-à-dire aguerrie – pour avoir endossé le rôle du père déchu, qu’il fût démissionnaire ou mort dans les tranchées –, dont la veuve de guerre est alors le prototype sacré, et la "garçonne" des années 20 le repoussoir presque en miroir. Soit, aux antipodes d’une féminisation de la société, un mouvement avant-gardiste de masculinisation compensatoire à l’équilibre rompu : le Père se replie, la Mère s’affirme socialement, elle devient sociologiquement la femme ; encore une guerre et la société civile lui emboitera le pas. (Ce n’est qu’une modeste interprétation, pour ma part j’y vois le sursaut vital d’une féminité ontologique, un cri de la conscience collective face au nihilisme potentiel, pressenti de la dévirilisation : des femmes conscientes enfin sûres d’elles, jusqu’à l’excentricité bienfaisante, au secours d’une société rongée par le doute et l’effroi… bientôt la haine.)

    Viennent les 30 glorieuses, assomption de la bureaucratie et de la classe moyenne. Là, en effet, l’homme se féminise - mais pas au sens où l’entend notre pauvre Elisabeth : il s’agit moins d’une féminisation morale que physique, physiologique ; conséquence de l’évolution du procès de production, de moins en moins physique (féminisation objective, sauf à dire, ni Elisabeth ni moi ne le dirons, que la mentalité d’employé de bureau est d’essence féminine... Tout au plus peut-on constater que les femmes se montrent souvent excellentes stratèges dans cet univers atomisé et terre à terre, où le psychologisme est roi et la conscience collective, inexistante).

    En définitive, si féminisation de l’homme il y a, celle-ci est récente, relative et surtout subie : le reflet de l’évolution globale de l’économie et de la technique, et non l’effet d’une mythique "prise de conscience" du Phallus repentant ! A preuve, l’essor symétrique de l’executive woman, cette amazone de l’économisme qui se tranche un nibard.

    En somme on comprend mieux pourquoi toutes ces femmes savantes, rentières comme Badinter ou politiques style Parisot, contrairement à Olympe de Gouge et Louise Michel qui pensaient l’émancipation de la femme comme un aspect de l’émancipation sociale et non comme l’occasion de couper les couilles du mâle pour faire du pognon et pas de gosses, sont quoi qu’elles en pensent éminemment (matériellement) intéressées à la dévirilisation de la société… et même la masculinisation belliqueuse des chattes !

    Alors quitte à passer pour un connard aux yeux de l’époque, je dis : Chassez le guerrier philosophe, vous aurez le salarié, la féministe, le gay, le droit à l’enfant payable, bref un troupeau de nombrils décérébrés prodigieusement brutaux... on est en plein dedans ! Moralité : LA FÉMINISATION, C’EST L’ALIÉNATION DE L’HOMME ET LA FEMME A L’ÉCONOMISME !

    Euh, on parlait de Jean Robin et je suis totalement sorti du sujet… comme d’habitude avec ce gentleman imperceptible... excusez m’en !

     



  • 2 votes
    Guit’z 28 mai 2013 00:23

    S’agissant de mon premier message... et @JeanValJean

    Je vais même enfoncer le clou, tiens.

    La Badinter expliquait, il y a quelques années, que les hommes des Lumières étaient très féminisés dans leurs mœurs, constatant avec gourmandise qu’ils pleuraient volontiers public... Cette amatrice de romance n’en donne pas pour autant du grain à moudre à la théorie du gender.

    D’abord, même une brute peut fondre en larmes ; et si l’homme moyen, depuis toujours, se cache pour pleurer (contrairement à la fillette Besancenot à la télé), c’est par pudeur. Rien que de très humain ; même les femmes ne pleurent pas en public.

    Ensuite, que les hommes des Lumières aient été peu ou prou féminins dans leur être, cela n’est vrai que des nobles et de quelques bourgeois snobs, soit à peine 0,2% d’un peuple composé de 20 millions d’âmes : en termes d’échantillon, déjà c’est court. Il s’agit donc d’un être féminin... de classe ! Le cul-terreux, pour sa part, demeurant à peu près indifférencié de a cul-terreuse de bien aimée, sa virile matrone sur le pont non stop... exactement comme le crapaud de Voltaire sent qu’il ressemble à sa crapaude ! - En fait, dans les époques d’opulence et de déclin des castes guerrières (où prospèrent arts et sensualité, ce n’est pas sans rapport), les puissants devenus de bêtes rentiers mettent toujours un point d’honneur à se démarquer des gueux assujettis par eux, en prenant tout un tas de poses marquant symboliquement leur éloignement du travail... et, dans le cas du "piège de Versailles", leur éloignement insu de la politique et du vrai pouvoir (la joute verbale remplace le duel, et la mondanité philanthropique le baratin des curés).

    Ce qu’il faut rappeler à la Badinter, c’est que sa prétendue féminisation des Nobles au 18ème siècle, la plus pure des panacées selon elle, en l’occurrence, n’est que la séquelle de leur émasculation politique par ladite "monarchie absolue" (en vérité, elle ne le fut jamais, et nous savons par les études historiques les plus pointues que l’Etat de Louis XV cassait moins les couilles du bon peuple que la République d’Hollande, avec ses flics et son racket, sans parler de ses leçons de morale). C’est toute l’histoire de Donjuan - grand seigneur avec les dames et méchant homme avec les humbles... un abruti pétrifié par la statue du commandeur, c’est-à-dire Louis XIV le Rusé.

    Autre époque, même constat, à échelle un peu plus étendue. Passons sur le 19ème siècle, où la bourgeoisie – et non le catholicisme, comme croient les incultes – cloitre littéralement la femme, colifichet esthétique du bourgeois devenu nouvel exploiteur, lui démocrate en plus, cigale d’intérieur de cette fourmi honteuse. En 1918, l’homme revient des tranchées, où il en a chié comme jamais. Il en revient dégoûté de lui-même, et davantage alourdi qu’amputé du fardeau phallique. Non qu’il se féminise : il renonce en partie à sa virilité, nuance. Simultanément, de concert avec le secteur tertiaire naissant, apparait, marginalement, ce personnage de femmes émancipée - ayant endossé le rôle du père déchu, qu’il fût démissionnaire ou mort dans les tranchées : la Garçonne des années 20. Soit donc, aux antipodes d’une féminisation de la société, un mouvement compensatoire à l’équilibre rompu : le Père se replie, la Mère s’affirme socialement, elle devient la femme. (Ce n’est que ma modeste interprétation, mais j’y vois pour ma part un sursaut vital de la féminité ontologique, comme un cri de la conscience collective face au nihilisme potentiel de la dévirilisation : des femmes conscientes et sûres d’elles-mêmes, au secours d’une société rongée par le doute et l’effroi… bientôt la haine.)

    Viennent les 30 glorieuses, assomption de la bureaucratie et de la classe moyenne. Là, en effet, l’homme se féminise - mais pas au sens où l’entend notre pauvre Elizabeth : il s’agit moins d’une féminisation morale que physique, physiologique ; conséquence de l’évolution du procès de production (sauf à dire, et ni Elisabeth ni moi ne le dirons, que la mentalité d’employé de bureau est d’essence féminine... Tout au plus peut-on constater que les femmes se montrent souvent excellentes stratèges dans cet univers atomisé et terre à terre, où le psychologisme est roi et la conscience collective, inexistante).

     

    En définitive, si féminisation de l’homme il y a, celle-ci est récente, relative et quoi qu’il en soit le reflet de l’évolution globale de l’économie et de la technique, et non l’effet d’une mythique "prise de conscience" du Phallus repentant ! A preuve, l’essor symétrique de l’executive woman, cette amazone de l’économisme qui se tranche un nibard.

    Enfin, et pour conclure : on comprend mieux pourquoi toutes ces femmes savantes, rentières comme elle ou politiques style Parisot, contrairement à Olympe de Gouge et Louise Michel qui pensaient l’émancipation de la femme comme un aspect de l’émancipation sociale, non comme l’occasion de couper les couilles de leur mâle infortuné, sont quoi qu’elles prétendent éminemment (matériellement) très intéressées à la dévirilisation de la société ! Alors quitte à passer pour un connard, je dis : Chassez le guerrier philosophe, vous aurez la féministe, le gay, bref un peuple de nombrils infantilisés... on est en plein dedans !

    Moralité : LA FÉMINISATION DE LA SOCIÉTÉ, C’EST L’ALIÉNATION DE L’HOMME ET DE LA FEMME AUX SEULES LOIS DE L’ÉCONOMIE !

    Mais bon, on parlait de Jean Robin et je suis totalement sorti du sujet, excusez m’en !



  • 4 votes
    Guit’z 27 mai 2013 12:54

    @ Jean Valjean

    Le commun des citoyens français, nation de petits-bourgeois s’il en est, croient à présent dur comme fer que la lutte des classes et un projet politique et non une réalité sociale, c’est-à-dire économique, anthropologiquement séminale, inaugurale. Cela tient au fait qu’un bourgeois juge déplacé, et même profondément choquant qu’on lui parle d’argent : d’où notamment, an fil du refoulement de classe, son goût pour la psychanalyse, sagesse de l’excuse en accord avec son narcissisme viscéral... Sous prétexte qu’il faut "devenir soi-même le changement qu’on désire dans le monde" (morale classique), ce roué naïf en déduit que le moi est le sommet du politique... Là est le coeur de l’arnaque de la gauche sociétale - comme me l’a si génialement théorisé mon vieux maitre - et ami - Michel Clouscard...

    NB : il arrive que la lutte des classes, historiquement, dégénère en "luttisme de classes", comme disait Péguy. Mais force est de constater qu’il s’agit alors, presque systématiquement, du projet des riches pour les pauvres... et non l’inverse !

    Enfin bon, tout ça pour dire que ce n’est pas avec le PS, le Front de gauche et autres timides bobos confits de moraline qu’on clouera le bec au sympathique (et laborieux, reconnaissons-lui ses qualités personnelles) Jean Robin qui pourtant ne vaut pas tripette !

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité