• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

herve_hum

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/12/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 444 63
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires




  • vote
    herve_hum 2 janvier 16:28

    @l’argentin

    La démocratie est impossible, parce que les communautés sont fondées sur la propriété et la division en classes sociales liées à cette propriété. Sachant que le but de la propriété est de permettre le profit particulier, sinon, elle n’aurait pas lieu d’être ! Donc, où les différentes classes sont toujours en conflit d’intérêt, sauf face à une communauté extérieure.

    Ce que je veux dire, c’est qu’on peut remarquer qu’une question centrale est précisément le fait que les grands propriétaires étant devenus mondialistes, ils ne peuvent plus faire passer le conflit d’intérêt intérieur, après le conflit d’intérêt face à la communauté extérieure, puisque se montrant son allié contre la classe prolétarienne de l’intérieur.

    C’est le coeur, la profession de foi d’un Asselineau. Sauf qu’il ne combat pas le principe d’une classe dominante via la propriété, mais exige seulement que cette classe défende ses intérêts de l’intérieur de la communauté et non pas de manière globale, mondiale où la communauté française est intégrée. La confusion, c’est qu’il n’est pas anti capitaliste, c’est tout le contraire, un pur capitaliste, par condition de survie, nationaliste.



  • vote
    herve_hum 2 janvier 16:21

    @Mao-Tsé-Toung

    Un constat d’échec, n’a rien à voir avec une base éthique quelconque !

    Quant à ignorer les crimes capitalistes, cela n’a, là aussi, rien à voir.

    Votre modèle est donc la coopération, mais qu’il faut revoir complètement. Impossible donc d’en penser quoi que ce soit, puisque le mode de coopération actuel n’est pas celui qu’il faut retenir.

    Pour le point C, pouvez vous m’expliquer en quoi c’est de la tchatche qui ne veut rien dire ? La conséquence, est le résultat d’une cause, ce que j’écris est du n’importe quoi si et seulement si je confond la cause et la conséquence. Donc, il vous faut montrer que vos deux mesures sont les causes et non la conséquence d’une idéologie politique.

    Sinon, quelle est votre base logique pour dire comment répartir de manière équitable le capital des français ? Car il faut avoir une base logique très solide pour convaincre l’écrasante majorité des français que votre mode de calcul soit vraiment équitable.



  • vote
    herve_hum 2 janvier 15:57

    @maQiavel

    C’est exact !

    Disons qu’ensuite, je me suis contenté de les publier, pensant que vous n’aviez plus besoin que je vous en informe. Me reste à écrire la suite, expliquant dans le détail le modèle découlant du principe de responsabilité en lieu et place de la propriété et que je me refuse encore à faire.

    Si le débat autour de savoir comment organiser la société humaine, partant de l’individu jusqu’à la l’humanité en passant par les communautés existantes, part dans tout les sens, c’est précisément parce que la confusion règne en maître sur le sens des mots et des concepts qu’on leur prêtes.

    Ce Cousin et ce qu’il dit (du moins le début que j’ai écouté) sur la démocratie en est un exemple parmi tant d’autres, surtout venant de la part de quelqu’un qui a le titre de docteur en philosophie

    La démocratie, au sens étymologique, c’est à dire, où il n’y a pas de clivage de classes sociales qui interdit de facto la démocratie, ne commence pas avec le mot pour la désigner, rien de plus absurde, mais commence avec la réalité de son mode de gouvernance et qui apparaît bien avant le néolithique. Si on se réfère aux études de l’anthropologue Clastres, la démocratie était la norme du mode de gouvernance des communautés. Elle sera d’ailleurs la norme en Amérique du Nord avant l’arrivée des colons européens.

    Car la démocratie, au sens étymologique et sémantique du terme, ne parle pas de l’état ou de la nation, mais parle de toute communauté, quelle que soit son nombre.

    Partant de là, tout ce que j’ai écouté de Cousin ne tient pas la route. Cousin fait la confusion entre la forme des relations à l’intérieur et vis à vis de l’extérieur que peut avoir une communauté et leur conséquences avec le mode de gouvernance que cela implique.

    Ainsi, c’est fondamentalement la division de l’activité ET la propriété particulière (qui peut alors être revendiqué !) d’un espace à l’intérieur du territoire commun, qui va provoquer la fin de la démocratie dans son sens propre et sa perversion par l’usage de la confusion, par glissement sémantique des concepts. Un glissement qui va quand même prendre, nécessiter quelques milliers d’années !!!

    Cela veut aussi dire que, rejeter la démocratie parce que son concept perverti n’est pas recevable, revient à "jeter le bébé avec l’eau du bain".



  • vote
    herve_hum 2 janvier 11:33

    @Mao-Tsé-Toung

    1/

    salaire (revenu) plafonné à 5000 €/mois

    2/

    DÉGRAISSAGE progressif & modulé des PATRIMOINES à partir de 150000 €


    Dites, sur quelle base éthique vous fondez vous pour convaincre d’appliquer ces mesures ? 

    quel est votre modèle économique et politique qui permet de mettre en oeuvre ces mesures ?

    Ce que je veux dire, c’est que vos deux mesures sont les conséquences d’une idéologie et non la cause, or, on ne change pas de modèle par la conséquence, mais par sa cause.



  • vote
    herve_hum 1er janvier 18:09

    @maQiavel

    Sortir de l’UE pour recouvrer notre souveraineté ? Il répondrait que la souveraineté est une planche de survie du capital.

    la souveraineté (des nations) n’est pas la planche de survie du capitalisme (écrire le capital est absurde !) c’est sa condition de survie.

    Mes 4 derniers articles expliquent (en partie) pourquoi, et je n’ai pas lu une réfutation de votre part, alors que vous les avez lu.

    Tenez, donnez moi un seul cas où la souveraineté a été celle du peuple incluant le prolétariat et non celle du peuple de la seule classe des possédants ou propriétaires de l’économie ?

    la souveraineté du peuple en système capitaliste est un oxymore, une aporie, une impossibilité physique, elle ne peut être que celle de ses seuls propriétaires et en aucune manière celle de ses salariés. Ces derniers ont pu le croire après la fin de la 2ème guerre, mais ce n’était là qu’un intermède, une exception à la règle et qui n’a été rendu possible que par l’introduction importante de lois sociales limitant la propriété. Et croire qu’on peut la limiter pour la contrôler est une aberration, car le système est à sens unique. C’est à dire, où deux vases communiquant, l’un se rempli continuellement et l’autre se vide aussi continuellement, seule la vitesse change. La particularité de ces deux vases, c’est que celui qui se vide est rempli de manière magique par ce qu’on appelle la création monétaire et va remplir l’autre vase qui lui, se garde bien de détruire cette création et ne renvoie dans l’autre vase que par "ruissellement".

    Bref, un vase n’en finit pas de se vider et l’autre de se remplir et ce mouvement ne peut en aucun cas être inversé, car cela signifie la fin du capitalisme et de facto, la fin de la propriété.

    Pour que le peuple incluant le prolétariat puisse se dire souverain, la condition est la fin de la propriété (tout en conservant son sens et non en le vidant, sinon, rien ne peut vraiment changer.

    Le conditionnement est, sur ce point, si fortement imprimé dans le cogito des gens que seul un cataclysme planétaire peut le faire changer.

    Ah, j’oubliai, si on considère que les riches font partie du peuple, alors, ils peuvent effectivement affirmer que nous sommes en démocratie... La leur !

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur

Israël Antisémitisme Judaïsme Santé






Palmarès