• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

herve_hum

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/12/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 444 63
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires




  • vote
    herve_hum 18 avril 14:29

    Le gars qui commence par dire "notre réalité n’est qu’une illusion", n’a pas besoin d’en dire plus pour me convaincre de sa bêtise et donc, de m’épargner le visionnage..

    tant de niaiserie, ne cesse de me laisser pantois, sauf quand je comprend l’intérêt de véhiculer ce genre de niaiserie...



  • vote
    herve_hum 18 avril 14:24

    @CoolDude

    "La vrai question seront plus la suivante : La lune existerait-elle sans aucune lumière pour l’observer... Si il n’existait aucune interaction avec elle et elle sur elle-même.

    "

    Question toute aussi absurde !!!

    Dans ce cas là, la Lune n’existerait pas pour l’observateur humain qui ne pourrait pas la voir, sauf que la Lune existe indépendamment de l’observateur humain, elle existe relativement au système qui la fait exister. De la même manière, l’humain existe à la condition qu’il existe d’abord un système solaire, mais ce dernier n’a pas besoin de l’humain pour exister, sans cela, il faudrait conclure que tout système solaire implique l’existence d’êtres de types humanoîde ou du moins, ont pour but de le faire exister.

    En fait, la réponse est plus simple, élémentaire, évidente, mais pour la "voir", il faut sortir de son propre anthropocentrisme. Faire ceb qu’on appelle, preuve d’humilité, ce qui n’est pas le propre de l’humain moderne !

    Bref, vous faites comme ceux qui affirment que la Lune n’existe pas quand personne ne la regarde !



  • 1 vote
    herve_hum 14 avril 00:16

    @perlseb

    J’approuve sans réserve votre commentaire, et ma réflexion tourne aussi autour de vos observations.

    Simplement, je n’ai pas encore publié dessus !

    Toutefois, la logique causale impose ses propres règles. Dans le cas présent, dès lors où il n’y a plus de propriété économique, la transparence s’impose d’elle même, puisque par définition, tout ce qui est public ne peut être secret. Sauf en dictature bien évidemment.

    De même, le financement se faisant sur l’adhésion des citoyens producteurs/consommateurs, ce sont les projets qui sont proposés et non des produits finis.



  • vote
    herve_hum 12 avril 13:52

    @perlseb

    C’est vrai, la monnaie est un formidable outil d’asservissement, mais cela reste un outil tant qu’on n’en fait pas une finalité.

    Un outil, par définition, cela ne pense pas, c’est son utilisateur qui pense. Il peut donc penser en user pour asservir ou libérer, selon ses propres objectifs, buts. Un outil peut être obsolète, mais n’est jamais la cause de ses problèmes, seulement l’usage qu’on en fait. L’être en tant que tel, n’a de choix que des buts, pas des moyens, ceux ci étant conditionnés par la réalité physique et elle seule.

    Maintenant, le principe de responsabilité comporte en lui même ses avantages et ses défauts. Aucun système est parfait, mais est adapté à une situation donnée et pas pour une autre. En l’occurrence, un système socio-économique fondé sur la responsabilité est adapté à la situation mondiale actuelle, alors qu’il était limité dans la situation mondiale lié à la colonisation de la Terre par et pour l’humain (là encore, j’ai écris un article pour expliquer mon point de vue).

    Sinon, il est évident que la productivité est ce qui permet de diminuer à sa portion congrue le travail. La différence entre un système fondé sur la responsabilité et l’actuel fondé sur la propriété, étant que le profit est collectif dans le premier cas et particulier dans le second. Une autre différence, mais la liste est longue, étant que le principe du mérite personnel loin d’être supprimé se voit renforcé au détriment du principe de l’héritage direct.

    La liberté maximale ou pour moi, absolue, n’est possible que si vous êtes seul, au delà, elle devient relative. Comme nous vivons en société, il n’y a pas de liberté absolue, mais seulement relative.

    Bon, je m’arrête là... !



  • vote
    herve_hum 12 avril 08:50

    @perlseb

    savoir différencier entre ce qui découle de la logique causale et ce qui tient de la logique personnelle (qui si fout de la causalité) est une qualité qui manque tout autant aux discussions !

    Cela dit, si bien évidemment le travail réel comme unité de mesure implique l’absence de propriété, cette dernière ne peut pas être supprimée sans lui trouver un substitut, une valeur au moins égale. Or, la seule valeur qui lui soit très supérieure, c’est la responsabilité, définit comme la capacité de répondre de ses droits ET devoirs envers autrui (et non pas envers soi même, car c’est là que réside la souveraineté et la propriété, parce qu’on y est juge et partie !).

    Autrement dit, supprimer la propriété implique de la remplacer par la responsabilité individuelle et collective.

    Si vous voulez un peu plus d’explication, même si cela reste encore du niveau de présentation, d’introduction au principe, vous pouvez lire ces deux articles (ici et ), il vous donneront peut être envi de lire les autres, sachant que pratiquement tous s’appuient sur le principe de responsabilité.

    Le plus difficile, est de comprendre que la réalité n’existant que par la logique causale, il est impossible de la violer (sauf une exception) sous peine de sortir de la réalité, soit donc, de confondre l’imaginaire avec la réalité et ainsi, de se faire facilement manipuler.

    Pour ce qui est de la monnaie en elle même, contrairement à ce qu’explique Grignon et consorts, c’est bel et bien la monnaie de crédit qui permet la création d’un système monétaire correspondant à une monnaie libre, c’est à dire, faites pour permettre à tout un chacun de minimiser autant que possible le travail, pour se dédier à une activité choisie, donc, libre. La démonstration est dans cet article

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur

Israël Antisémitisme Judaïsme Santé






Palmarès