• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Sentero

Sentero

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2701 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 3 votes
    Sentero Sentero 6 novembre 2010 15:52

    L’étude de publicités fait partie du chapitre "L’image et le discours" qui est un des nombreux thèmes du cycle central (5e-4e) en français.

    Voilà ce qu’en disent les accompagnements de programme :

    On approfondit l’étude de l’image en fonction des objectifs discursifs, telle qu’elle a déjà été engagée en 6e. Fixe ou mobile, l’image est alors envisagée comme discours : elle raconte et décrit, mais elle a aussi un rôle explicatif ou argumentatif. Dans ce domaine, on effectue en 5ee un travail de sensibilisation et d’initiation que l’on approfondit en 4e, lorsque l’on examine séparément des genres de discours visuels :

    – ceux qui ont une fonction explicative (schémas, « écorchés », etc., en sciences de la vie et de la terre, dans les dictionnaires et les manuels)qui procèdent par réduction et simplification

    ceux qui ont une fonction persuasive et argumentative (affiche ou film publicitaires) ;

    – ceux qui ont une fonction informative (image de presse, journal télévisé) lorsque l’image vient renforcer la « vérité » (la preuve par l’image), accompagnant et confirmant la présentation verbale (orale ou écrite) ;
    – ceux qui ont une fonction critique (dessin humoristique, par exemple).

    Dans la perspective du discours, l’examen de ces fonctions informative et argumentative de l’image contribue à la formation de la distanciation et de l’esprit critique qui sera développée en 3e. 

    Il ne s’agit donc nullement de "réaction par le stimuli, ici en l’occurence un stimuli basé sur les connaissances liées aux slogans publicitaires" mais bien au contraire de déconstruire des slogans publicitaires (d’une façon simple on est en 4e) et d’en montrer les ressorts, développer une certaine distanciation p/r à ces slogans et encourager l’esprit critique.
    L’exercice montré sur la vidéo permet de bien montrer cela aux élève car par l’exemple de ce petit exercice (faisable en 1 mn à l’oral et pas à l’écrit naturellement) on peut montrer aux élèves qu’ils savent ces slogans sans jamais les avoir "appris" et qu’ils fonctionnent comme un stimuli sur leur mémoire "passive"... je ne vois toujours pas pourquoi cela serait un problème d’emmener des élèves à comprendre comment fonctionnent les slogans publicitaires, comment on les construit, comment ils nous influencent plus ou moins consciemment...

    Utiliser l’étude de ces slogans pour développer une " réaction par le stimuli, ici en l’occurence un stimuli basé sur les connaissances liées aux slogans publicitaires" n’aurait vraiment aucun interet pour un professeur de français d’ailleurs... il y a d’autres méthodes mnémotechniques bien plus constructives et opérantes que celle du "slogan" publicitaire...

    Je pense qu’une partie des internautes qui plussent à certains post ci-dessus le font sans vraiment avoir compris le but pédagogique de telles séquences et ce n’est pas en 1 mn et 16 secondes qu’ils le réaliseront, en revanche s’ils veulent vraiment comprendre comment s’articulent ces programmes de français et quels buts ils poursuivent je les encourage vraiment à le faire directement (et pas à travers une petite vidéo) en cliquant sur le lien ci dessous qui permet d’accéder directement aux accompagnements de programme de français consultable par tous les citoyens sur le site éduscol... on en reparlera après...
     http://www2.cndp.fr/archivage/valid/67927/67927-11037-14471.pdf

    Au plaisir.



  • vote
    Sentero Sentero 5 novembre 2010 21:34

    J’ai déjà expliqué mon point de vue et je considère que l’étude de slogans publicitaires est justifié voire même nécessaire pour permettre à de futurs citoyens de prendre du recul p/r à ces méthodes promotionnelles...

    Au plaisir.



  • 1 vote
    Sentero Sentero 5 novembre 2010 19:25

    Quelle caricature... comme si étudier le slogan promotionnel en français n’est pas un moyen de, justement, faire comprendre aux élèves les codes, les limites, les risques de ces modes d’expression ?

    Il vaut mieux des consommateurs avertis qui comprennent comment on fait des slogans ou des consommateurs qui n’ont jamais étudié les techniques "littéraires" qui permettent de les concevoir et de les décoder ???

    Est-ce que prendre systématiquement les professeurs pour des crétins ne serait pas une forme de populisme de plus en plus répandue ?

    Bon si certains parents d’élèves veulent retirer leurs enfants de cette "fabrique de fascisme" et bien pourquoi pas cela fera des classes moins chargées...

    Au plaisir.



  • vote
    Sentero Sentero 3 novembre 2010 22:16

    Tiens puisque vous êtes un grand amateur des "points godwin" vous venez d’en gagner un pour votre dernière remarque...

    Au plaisir.



  • vote
    Sentero Sentero 3 novembre 2010 14:11

    Essayez aussi avec "valets" et "laquais"... c’est du plus bel effet.

    Au plaisir.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité