• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Deepnofin

Deepnofin

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 290 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    Deepnofin Deepnofin 16 mars 10:13

    @ezechiel Certes, c’est nous, le peuple, qui au final, faisons tourner la machine ! Et c’est bien pour ça que nous avons encore le pouvoir de tout changer, quand on aura été suffisamment oppressés, et conscients de notre rôle.

    En attendant, ce n’est pas le reflet de l’Humanité, que de vivre dans tous ces excès, avec toutes ces injustices, et ces guerres, et ces manipulations... Ça, ça nous vient de nos dirigeants, qu’ils aient été religieux, autocrates, "démocrates", etc. Ceux là-mêmes qui savent (à différentes échelles, on est d’accord), car ils sont derrière les coulisses, et n’ont eu de cesse, au cours de notre histoire, de nous manipuler, nous utiliser, nous diviser... De régner sur nous avec de fausses apparences, en respectant des agendas cachés.

    Et si on tombe aussi facilement dans le piège, c’est que la manipulation est totale, l’ingénierie sociale est active et efficiente sur tous les plans depuis sans doute bien plus d’un siècle, et qu’on est tous (globalement) perdus : il n’y a pas (plus) une figure d’autorité suprême nous disant "il faut agir comme ça, il ne faut pas faire ça". Comme il existe autant d’opinions que d’individus, et donc des milliers de courants philosophiques et spirituels, on est bien avancés... Individuellement, on peut croire et se plier à tel ou tel courant, mais vu qu’il y en a des milliers, ça change rien, on s’éparpille et notre irresponsabilité nous fait détruire l’écosystème, notamment.

    Et comme on nous martèle d’idées négatives (comme justement "l’homme est un loup pour l’homme", ou ce genre de conneries qu’on retrouve quasiment à chaque série/film Netflix, pour ne citer que la co-création du petit-neveu de Bernays), bah la plupart d’entre nous n’a plus d’espoir, et se laisse porter en espérant jouir au maximum de bons moments, en essayant d’oublier les mauvais, qui sont bien plus nombreux pour le commun des mortels.

    Enfin bref, pour moi, tout nous vient du Système, même si, en amont, la plus grande racine du mal, c’est sans doute notre mental/ego : et c’est ça, selon moi, le péché originel. Lorsque l’animal que nous étions autrefois a été suffisamment évolué, donc ayant une intelligence suffisante pour que son égo commence à le couper du Présent ("le Royaume des Cieux est Ici et Maintenant" d’après Jésus), c’est là qu’il acquière la notion de jugement (métaphorisé par l’acte de manger le fruit défendu de l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal). Ce passage marque l’individuation de l’animal, donc sa transformation en Homme, avec son libre-arbitre et sa force créatrice. La faculté de juger est essentielle pour comprendre, s’adapter, et évoluer.

    L’égo, cette "cage de raisonnance" qui nous coupe du Présent, n’est pas une mauvaise chose en soi, juste un outil nécessaire dans notre individuation, puis dans notre évolution. Et lorsque, au fil des expériences, et peut-être des réincarnations si on y croit, l’égo devient suffisamment réduit, alors la personne se prépare à connaitre l’Éveil, à recevoir le Saint-Esprit, le Christ, le Graal, la Pierre Philosophale (les étapes finales correspondant à l’Oeuvre au Rouge), etc. Symbolisé notamment par le Sceau de Salomon, l’union du Microcosme et du Macrocosme.
    Notre destin serait de passer d’Homme, c’est à dire animal individué, à Dieu, c’est à dire de retrouver pleine possession de nos pouvoirs divins (le Verbe, le visage du Père...).

    (Encore une fois, c’est que mon opinion, j’suis loin d’être érudit sur ces sujets-là, mais jtrouve que c’est assez pertinent : l’Univers serait une sorte de réacteur à Dieux, et notre Système serait façonné par des Initiés, qui suivent la loi cosmique Ordo ab Chao, dans le but de guider notre évolution, et d’accélérer notre émancipation).



  • 1 vote
    Deepnofin Deepnofin 15 mars 12:24

    @Aruna Bonjour, merci pour votre réaction !

    La surconsommation reflète notre maladie mentale. Si nous étions dans un système juste et équilibré, nous n’aurions pas cet appétit sans fin, puisque nous serions globalement en paix et donc à l’écoute de notre être.

    Or, c’est bien le Système qui nous éduque, nous façonne, nous rend malades, individualistes, dépressifs, etc. C’est lui qui créé nos maladies mentales, c’est à dire le voile de notre égo qui devient tel, que ça nous prive du lien fondamental avec notre moi-intérieur, avec celui des autres qui en sont eux-mêmes privés, avec la Nature, avec le Présent (le Paradis).

    Par exemple, au Bhoutan et au Népal, j’imagine que la surconsommation et l’individualisme sont assez rares, car leur Système, bien que plus ou moins affecté par "LE" Système (au niveau mondial, donc le système monétaire, la géopolitique avec la Chine, etc.), repose sur des fondements relativement saints (enfin, pour le peu que j’en sache ?).

    Et oui, à mes yeux, tout le monde est victime de ce Système, sauf ceux qui sont derrière les coulisses, qui ont accès aux dossiers secrets-défense, ou aux archives du Vatican, ceux qui tirent les ficelles en connaissance de cause, etc. Eux, ils Savent, et nous tous (y compris les forces de l’ordre, les militaires, et même la plupart des politiques...) on subit. On est comme des poissons rouges dans un bocal, débattant sur la nature de l’eau. Chacun joue un rôle dans notre pièce de théâtre mondiale, et le dénouement de cette pièce me semble être imminent !

    On subit ce Système qui nous fait élire qui ils veulent (la preuve avec Macron), ils nous font croire à la Démocratie, mais de nos jours, presque tout le monde comprend que c’est du vent, une illusion, un mensonge pour nous faire accepter le servage. Que le 4ème Pouvoir ne sert pas directement les intérêts du peuple, mais le manipule, l’endoctrine, opère sur lui une ingénierie sociale de tous les instants.

    J’aime beaucoup Krishnamurti, mais j’suis pas d’accord avec lui sur certains points, notamment celui là. Pour moi, on est fondamentalement neutres. La violence, à l’image du Mal, c’est un jugement que l’on opère naturellement pour comprendre les choses (ce jugement nous est acquis depuis l’individuation, métaphorisée par le péché originel, l’acte de manger le fruit défendu de l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal..). On juge nos actes comme étant violents, mais ils ne sont que l’expression naturelle de ce que l’on est, et nous ne sommes que le fruit de nos expériences, notre éducation, nos réflexions, notre environnement, etc.

    Donc non, pour moi, on n’est pas fondamentalement violents, mais notre Système, basé sur des mensonges, provoque nos maladies mentales, ce qui peut nous rendre violents, individualistes, nihilistes, fous...

    Je pense ne plus être trop loin de l’harmonie intérieure, en tout cas j’y travaille, et jcrois qu’on le fait tous sans le savoir, y compris quand on fait "fausse route" ;)

    (PS : tout ceci n’est que mon opinion, encore une fois ! Je précise ça, car je parle doctement, mais au final, je ne sais rien de ce que jraconte, hormis ma propre expérience, et encore...).



  • 2 votes
    Deepnofin Deepnofin 15 mars 11:23

    "ces meurtrières hostilités inhérentes à la nature humaine"

    Je crois que c’est là ce qu’on veut bien nous faire croire. Que l’Homme est un loup pour l’Homme, que la vie c’est la jungle, que l’Humanité est un virus qui détruit sa planète et s’autodétruit, etc.
    Mais il me semble que chacun de nous n’aspire qu’à vivre relativement simplement, dans la paix et l’harmonie avec la Nature ; que c’est notre Système, donc nos dirigeants / élites, qui ont toujours façonné les guerres et les misères, et nos états d’esprits dépressifs, individualistes, haineux.
    Autrement dit, ce qui est inhérent à la nature humaine, c’est qu’elle a bien voulu se laisser diriger jusqu’à présent ; mais ce n’est pas dans notre nature, que de chercher à détruire autrui, à vivre dans la sur-abondance pendant que les autres crèvent de faim, etc. Ces choses là, ce sont les fruits pourris que nous donnent nos dirigeants, et en réaction, nos maladies mentales, mais ça vient pas de nous-mêmes...
    (enfin c’est mon opinion bien sûr !)



  • vote
    Deepnofin Deepnofin 22 février 21:24

    @Pyrathome Merci, et génial !
    Puis-je vous demander quel a été votre parcours (dans les grandes lignes ou dans le détail si vous voulez bien prendre le temps !), pour que vous en arriviez aux mêmes conclusions que moi svp ? Vos lectures, visionnages, rencontres, expériences... les évènements fondateurs de votre pensée ?
    (Si vous préférez ne pas en parler publiquement, on peut le faire par email par exemple ?)



  • 1 vote
    Deepnofin Deepnofin 22 février 13:56

    @Deepnofin  :

    Internet serait l’outil technologique ultime pour accomplir ce dessein, puisqu’il permet aux peuples de comprendre la structure théâtrale de notre Système, et l’Histoire agirait sur nous comme l’engrais agit sur les plantes. Certains évènements majeurs spécifiques semblent édifiants : je pense notamment à WW2, les élites qui façonnent Hitler et sa swastika, avec le code couleur alchimique, cherchant à détruire le peuple Juif qui émanerait de la véritable race Aryenne... Ou au 11 Septembre, qui nous a fait entrer, via un trauma collectif, dans une nouvelle ère, et qui aurait été prédit en avance notamment par Zemeckis... Ou encore à l’élection de Macron, a.k.a. Jupiter, dont Kubrick aurait fait une référence métaphorique dans son Odyssée de l’Espace, puisque c’est en dépassant Jupiter que le héro atteint l’illumination...

    Bien entendu, selon cette théorie, la crise du Covid est entièrement fabriquée. Il y a un sens à cela : depuis WW2, les peuples occidentaux sont relativement confortablement installés, dorlotés, chouchoutés, bref, ils s’affaiblissent. Je pense à la citation de G. Michael Hopf : "Les temps difficiles forgent des hommes forts. Les hommes forts fabriquent des époques faciles. Les époques faciles forgent des hommes faibles. Les hommes faibles engendrent des époques difficiles".

     Or, ce qu’on attend de nous, c’est qu’on soit forts, qu’on arrête de se laisser diriger comme des moutons par un Système qui nous entraine vers la ruine, la guerre, la destruction de notre vaisseau-mère, la disparition de notre espèce suivant celles des animaux et végétaux.

    De nos jours, même un gosse de 7 ans a conscience que tout va de travers, que l’avenir est fortement compromis. Or, nous ne faisons rien, ou si peu. Il y a tout un tas de facteurs qui expliquent notre léthargie collective, mais un des premiers, c’est justement le fait que nous avons été affaiblis par les temps, le confort, la facilité. On ne bouge pas, car on attend gentiment d’être individuellement impactés par la situation actuelle. On se dit, sans forcément en avoir conscience : "tout fout le camp, mais que veux-tu, j’peux pas y faire... et pour l’instant j’ai encore tout le confort que jveux alors, profitons-en jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus".

    Or, cette crise covidienne, au delà de ce qu’elle nous révèle sur notre Société, comme par exemple que le système monétaire est une arnaque totale et n’a aucune légitimité concrète... cette crise opère sur nous tous de petits traumas, elle nous impacte tous, nous fait réfléchir, nous sort de notre zone de confort. Elle nous montre aussi quelque chose d’extrêmement important : au nom de la "lutte contre la pandémie", nous abandonnons nos libertés, nous acceptons d’être confinés, de laisser la recherche disposer salement de nos corps, etc. Or, pour que l’Humanité s’émancipe, il va falloir que chacun accepte l’idée de faire des efforts, d’abandonner quelque chose. Nous sommes actuellement en train de subir un "coup de boost", un "choc électrique", bref, une époque difficile qui doit engendrer des hommes forts.

    Le moment où nous commencerons réellement à agir, tous ensemble, fera sûrement suite au moment où certaines vérités éclatantes tomberont et deviendront officiellement admises et acceptées par tout le monde. Des vérités (que j’ignore, rappelons-le, tout ceci n’est qu’une analyse, j’suis pas aux secrets) comme "le virus a été créé en laboratoire et a volontairement été diffusé partout dans le monde", ou encore "la vaccination massive a provoqué l’émergence de nouveaux variants, et n’aura eu aucun effet positif mesurable sur la propagation de la maladie, mais d’innombrables effets négatifs sur l’Humanité", ou bien encore "les médias sont presque entièrement aux ordres, ils n’ont jamais été le "4ème Pouvoir" servant le peuple, mais l’interface entre le Pouvoir et le peuple, donc le moyen de lui faire accepter l’inacceptable, un formidable vecteur de propagande et d’ingénierie sociale". Une petite pensée à Edward Bernays, père de la Propagande dont Goebbels fut un disciple ; le neveu de Freud, le grand-oncle du co-fondateur de Netflix, qui est acteur majeur dans l’ingénierie sociale actuelle...

    Ce genre de "méga pilule-rouge" devrait très bientôt nous tomber dessus. La fin de l’Hypernormalisation. Le dernier acte de la scène qu’on est en train de vivre, l’Apocalypse, c’est à dire la chute du rideau qui dévoile l’envers du décors, et donc nous révèle la pièce de théâtre dans laquelle on joue tous un rôle. Au vu de ce qu’on a vécu ces 2 dernières années, et de tout le reste, ce devrait être l’électrochoc final, le moment décisif à partir duquel l’ensemble des peuples cesseront de croire en l’autorité, de jouer le jeu morbide du "métro-boulot-dodo, hais ton prochain et toi-même, ferme-là, consomme et divertis-toi"... À partir de là, les peuples seront réveillés, et ils agiront pour restaurer, ou plutôt instaurer le nouvel ordre mondial, leur nouveau système, celui de l’Humanité évoluée, transcendée. C’est pas une révolution qui est sur le point de se produire, mais une évolution, l’Évolution, l’Émancipation de l’Humanité.

    Je finirais avec l’échelle de Kardachev : elle est intéressante, mais je pense qu’il se plante dans l’unité de mesure. Ce ne sont pas le niveau technologique et l’exploitation énergétique qui définiraient notre degré d’évolution, mais plutôt le niveau spirituel global de la civilisation. Lorsque l’Humanité sera émancipée, elle aura atteint le stade 1. Pour les stades suivants, on pourrait imaginer par exemple que le stade 2 soit celui de l’entrée dans la fraternité cosmique, donc faisant suite à la rencontre officielle du 3ème Type. Stade 3, la capacité de s’affranchir du Paradoxe de Fermi, et de voyager au delà de l’espace-temps. Et ainsi de suite... Osons accepter l’idée que seule une utopie peut nous sauver, mais que cette utopie n’a rien d’utopique en réalité, puisque nous semblons nous diriger à grands pas vers elle.

    Voilà ce que je crois. Il y a tant de choses à rajouter, à expliciter, et je n’ai pas parlé des tonnes d’éléments qui m’ont permis d’accéder à cette conclusion, mais ce sera peut-être fait ultérieurement. En tout cas, restons forts, soyons optimistes et courageux, ne jugeons pas péremptoirement autrui, car chacun fait au mieux avec ce qu’il a.
    Pour les croyants, adorons Dieu et uniquement lui, et donc aussi nous-mêmes et notre prochain. Pour les non-croyants, adorons la Nature et uniquement ses fruits. Et bon vent à nous tous, les amis !

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité