• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

ecometa

ecometa

Vouloir agir différemment implique de penser autrement !

Pour paraphraser Albert Einstein  :"Résoudre un problème, des problèmes, nos problèmes, quels qu’ils soient, implique indubitablement un niveau de conscience supérieur à celui qui l’a créé.

J’entends oeuvrer à une nouvelle façon de penser : métaécosystémique ! 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 50 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    ecometa ecometa 7 octobre 2018 11:08

    @Joe Chip

    Sans aucun doute, mais un peu trop facile, et lapidaire, que de se retrancher derrière le droit d’expression !

    Pour autant ceci ne doit pas empêcher l’intelligence ! En même temps, c’est de la mauvaise liberté que celle d’être "CON"et même d’étaler sa connerie pour simplement exciter la meute de crétins incapables de penser par eux-mêmes ! Malheureusement elle est souvent assez manifeste de la part de certains sur AGORAVOX ; heureusement elle n’est pas majoritaire... mais pour autant elle grandit !

    Michel Audiard : à quoi reconnaît-on les cons ; à ce qu’ils osent tout... et c’est même à ça qu’on les reconnait ! 

    Et, selon Georges Brassens... le temps ne fait rien à l’affaire : quant on est con on est con !

    Je pense que tous ces gens, qui, ici, critiquent Edgard MORIN pour des raison purement dogmatique, partisanes, n’ont certainement pas eu le courage de visionner l’interview !

     



  • 2 votes
    ecometa ecometa 7 octobre 2018 10:43
    Il est préférable de regarder l’interview et les réactions, directement sur YouTube.

    97ans et pratiquement 1h10 d’interview ; quelle mémoire, quelle clarté intellectuelle et quelle ouverture d’esprit !

    Monsieur Edgar Morin est un MAITRE à penser !



  • 5 votes
    ecometa ecometa 7 octobre 2018 10:06
    Un peu de respect bande de trou du cul droitiste !

    Vous n’avez pas le 1.000.000 ème de l’intelligence de ce vieux Monsieur. Ce n ’est pas lui, ni la gauche qui nous a placés dans tout ce "merdier" incommensurable, mais bel et bien la droite, et la gauche de droite , les idées de droite, toute cette civilisation des mots en "isme", qui comme autant de paroxysmes, abusent tout : la Nature et les états de nature !

    Edgar Morin qui aurait promu la mondialisation ? Vous ne voyez que ce que vous voulez bien voir !
    Il est évident que vous n’avez jamais rien lu d’Edgar Morin ; que pour vous le seul problème c’est qu’il est de gauche !

    "Conçu de façon seulement rationalo économico technoscientiste, ce développement est à terme insoutenable. Il nous faut une notion plus riche et complexe du développement qui soit non seulement matériel mais aussi intellectuel, affectif, moral, sociétal ...
    Le XX è siècle n’a pas quitté l’âge de fer planétaire ; il s’y est enfoncé."

    Il n’y a que des crétins ICI ?

    Je vous souhaite de vivre aussi longtemps que lui mais dans une vraie "sénilité" et que vous souffriez de votre immense connerie !



  • 1 vote
    ecometa ecometa 24 décembre 2014 12:21

    Le constat semble être fait et ce devrait normalement être une première étape vers une solution que de poser déjà le problème ; normalement, sauf, qu’ici, rien n’est vraiment normal… que tout est même totalement cinglé ! Il existe une fracture entre l’opinion public souvent plus au fait de nos difficultés et nos dirigeants politique et économiques !

     Notre monde est au bord du gouffre ! Ce constat est-il partagé par l’ensemble des Nations, par les responsables au premier chef, par les plus puissants ? On peut sérieusement en douter car la force et la puissance (celles des États-Unis par exemple) font rarement bon ménage avec l’intelligence, celle l’entendement, requise en la matière, et l’histoire de l’humanité avec un petit « h » est là pour en témoigner !
    Faire le constat est bien, mais la question la plus intéressante est : pourquoi notre monde est-il au bord du gouffre ? La réponse est assez simple, ce n’est pas réellement la démocratie, le bien être global qu’elle est sensée nous donner, ce n’est pas cela qui mène le monde, mais plutôt une oligarchie ploutocratique ! C’est tout simplement, et comme le préconisait l’école économique libérale de Chicago par son Maître à penser Milton Friedman, et finalement toute la mentalité anglo-saxonne, c’est la cupidité qui mène notre monde !
    C’est aussi ce néo-positivisme, l’économie doit être positive disait aussi Milton Friedman, le comment sans le pourquoi (véritable imposture intellectuelle : le pourquoi devant toujours être l’Humain) : autrement dit elle doit se regarder technoscientifiquement le nombril ! Ce qui compte c’est le « moyen », le moyen pour le moyen, et non la fin. Il n’y pas de causes premières, même pas fondamentales, il n’y a que des conséquences sur lesquelles il nous suffirait d’agir… c’est la raison pour laquelle nous ne faisons qu’ajouter des conséquences à des conséquences et forcément des problèmes à des problèmes et qu’on ne s’en sort pas ! 

    Comment dans de telles conditions les choses peuvent-elles bien aller !

    Il y a une grande misère intellectuelle de cette époque moderne au modernisme paroxysme de modernité et plus simple modernité. Toujours les mêmes maux, toujours les mêmes difficultés récurrentes à vivre ensembles, la même domination de certains humains sur d’autres humains ! Toujours, et c’est lassant, la même frustration politique, économique, sociale, qui fait cette sorte d’indifférence teintée de fatalisme quant à nos problèmes de société : quant à une véritable démocratie !

    Il nous faudrait, elles sont tellement flagrantes, lever un certain nombre de nos contradictions, et ainsi réaffirmer certaine valeurs, mettre en avant le meilleur de l’humain au lieu de prôner son pire au prétexte qu’il favoriserait l’ensemble quand il ne favorise que les tenants et les aboutissants de ce pire !
    Il est évident que nous ne sommes pas en phase avec les valeurs de la République, celle de Liberté, d’égalité et de fraternité, ni avec celles d’Humanité, de d’Ontologie, de Déontologie, d’Éthique et d’Altruisme, qui les rejoignent. Selon la Déclaration universelle des droits de l’Homme (article 25), "Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires. Toute personne a droit à l’éducation, au travail et à la sécurité sociale".

    Il est évident que tout ceci ne peut être mis en œuvre que par une économie durable de satisfaction des besoins individuels comme collectifs, par une économie de l’entendement, de la simple utilité et non de l’utilitarisme ; certainement pas par une économie du seul moyen, de la seule productivité… donc du productivisme, totalement dogmatique et doctrinale comme l’est le capitalisme et ses corollaires que sont le libéralisme économique et le libre-échangisme !

    Partant du principe qu’une économie, « système » qui doit être forcément circonscrit, est avant tout de nature sociétale et nationale, le Pacte international des droits économiques, sociaux et culturels, ratifié par la majorité des pays membres des Nations unies, stipule, que " Les États ont le droit et le devoir de formuler des politiques de développement national adéquates afin d’améliorer constamment le bien-être de la population entière et de tous les individus sur la base de leur participation active, libre et significative dans le développement et la distribution équitable des bénéfices issus de celui-ci ".

    En interprétant les obligations de ce pacte, le comité de l’ONU des droits économiques, sociaux et culturels déclare qu’ un « État membre » dans lequel un nombre important d’individus est privé des aliments essentiels, de l’attention de santé primaire, de vêtements décents et de logement de base ou d’enseignement élémentaire, n’accomplit pas ses obligations en vertu de ce Pacte ".

    Au titre de ces textes si important, il devrait être possible d’attaquer les Nations en justices et ainsi les mettre au banc de Nations ! 

    Epiphénoménologique dans ses approches et paroxysmique dans ses applications ... en fait rationalo technoscientiste en diable ; exclusif dans ses raisonnements, spécialisé au spécieux, réducteur, abusant les systèmes et les êtres, forcément fallacieux ; essentiellement artificiel, factuel, surfait au superfétatoire, voire même de plus en plus virtuel, hypocrite, indifférent, inconséquent, cupide, devenu totalement paranoïaque et schizophrénique : ce monde est savamment, délibérément et même académiquement malade !
    Totalement indépassable, même fondamental, c’est la raison qui fait la logique, qui, elle-même, fait le savoir, qui fait la culture, la société ou civilisation dans laquelle nous vivons ; à raison, logique, savoir et culture paranoïaque et schizophrénique : société et civilisation forcément paranoïaque et schizophrénique !

    Une autre logique, une autre raison, un autre savoir et une autre culture s’imposent… que tout ceci soit un peu plus ouvert sur les principes mêmes de démocratie et d’humanité. Une autre logique que la logique dichotomique vieille résurgence de l’antédiluvienne lutte entre le bien et le mal ou du plus récent manichéisme. Une autre raison que celle rationaliste paroxysme de rationalité et plus simple rationalité. Un autre savoir que celui de l’exclusive technoscientiste véritable imposture intellectuelle. Une autre culture que celle de l’individualisme paroxysme d’individualité ou de celle de l’individualisme méthodologique de la chose pour la chose.



  • 1 vote
    ecometa ecometa 10 février 2013 11:03


    Laissons alors les riches s’enrichir et les pauvres s’appauvrir !

    Pascal Bruckner, comme nombre d’hommes et de femmes politiques, prouve la nécessité de qualifier en permanence cette soi-disant « intelligence humaine » !

    Nous devons, « humainement », en fonction du principe d’humanité, en fonction de l’entendement entre les choses qui est la véritable intelligence, ceci, en lieu et place de cette opposition systématique des choses, comme le fait cette époque du moyen pour le moyen, du comment sans le pourquoi, de confusion entre fin et moyen, d’absence réelle de finalité autre que celle de la chose pour la chose, d’une réelle absence de sens ;  nous devons tout qualifier… même l’intelligence humaine !

    Une intelligence humaine, qui peut être, sinon machiavélique, au moins manipulatrice, et surtout maligne… en cela, assez typique des hommes et femmes politiques très souvent sophistes et cyniques !

    Philosophe Pascal Bruckner ? Alors, philosophe on ne peut plus sophiste et cynique !

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité