• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Étirév

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 273 0
1 mois 0 7 0
5 jours 0 2 0


Derniers commentaires




  • vote
    Étirév 28 juin 12:53

    L’argent ne fera jamais le bonheur de l’homme, et n’y contribuera pas davantage.
    On pourra lui donner des progrès matériels et des réformes économiques avantageuses, on n’atteindra pas les profondeurs de sa vie psychique.
    Or, ce sont les souffrances morales qui rendent l’existence amère.



  • 3 votes
    Étirév 26 juin 15:03

    Étienne Klein comme ARTE : c’est l’expansion de la bêtise au service de l’ignorance des masses.

    C’est la laideur morale et l’erreur volontaire, c’est-à-dire le mensonge, cachées derrière une façade pseudo intellectuelle.

    BLOG



  • 5 votes
    Étirév 22 juin 10:02

    Quand le communautarisme juif plurimillénaire, ne survit qu’en attisant la haine entre les « gentils », qu’en perpétuant les divisions entre les peuples.



  • vote
    Étirév 17 juin 11:33

    Nous habitons sur une future étoile, un futur soleil.
    La vie d’un corps céleste peut se diviser en trois âges.
    Pendant le premier il forme lentement son noyau inorganique aux dépens de la matière cosmique.
    Pendant le second ce noyau primitif se recouvre de couches nouvelles qui s’organisent : nous y voyons régner l’eau et la vie.
    Le troisième âge d’un astre est l’état d’incandescence.
    L’apparition de la matière organisée à la surface d’un monde est le prélude de l’incandescence, le premier mot de l’ignition.
    La matière organisée est le « combustible » qui s’enflammera un jour et brûlera aux dépens de l’oxygène qui enveloppe la planète.
    Tant que cet incendie n’a pas commencé, le corps céleste est un astre obscur. Le jour où il commence à brûler, il devient un soleil.
    C’est au moyen de la matière organisée enfouie dans les couches terrestres que nous alimentons nos foyers de combustion. Mais si ces immenses dépôts venaient un jour à s’enflammer spontanément, sans notre concours, l’incendie se propageant tout autour du globe, nous n’aurions aucun moyen de l’arrêter.
    Et, de ce moment, la terre passerait à l’état de soleil. Elle rayonnerait dans l’espace, en repoussant, au loin, tout ce qui se trouverait sur le chemin de ses radiations.
    Alors, les matériaux dont sont faits les corps vivants, remis en liberté dans la décomposition, s’en iraient, sous la forme atomique, c’est-à-dire radiante, porter la vie à d’autres astres plus jeunes que le nôtre. La terre féconderait la lune et, peut-être, d’autres corps célestes en voie de formation, tels que les astéroïdes.
    Il ne faut pas considérer cette fin d’un astre obscur comme l’anéantissement du monde organisé, mais plutôt, comme la renaissance d’une vie nouvelle, car, les astres ne meurent que pour revivre.
    (...)
    Lorsqu’un astre s’enflamme et devient un corps actif, il devient une force, puisqu’il rayonne dans l’espace et que le rayonnement est une force.
    Jusque-là, il subissait passivement la pression que lui imprimaient les radiations qui, de toutes parts, lui arrivaient. Ne pouvant échapper à l’action de ces puissances qui le circonscrivaient, le corps se comprimait en restant enchaîné à la place où ces différentes forces s’équilibraient. Mais, au moment où l’astre s’enflamme, il devient lui-même une force ; il cesse de jouer un rôle passif et commence à lutter, dans l’Univers, avec les autres forces qui y règnent et qui l’entourent : il devient une étoile filante.
    Suite



  • 1 vote
    Étirév 11 juin 12:13

    C’est au milieu des luttes que l’Église catholique soutenait contre les premiers Chrétiens féministes, qui gardaient fidèlement le culte de la Déesse, que retentit un cri de révolte d’un autre genre contre l’ancienne Théogonie : « Dieu seul est Dieu, et Mohammed est son Prophète. »
    Il n’est plus question de savoir de quel Dieu il s’agit, il n’y en a plus qu’un : c’est Dieu ; impossible d’être plus simple, et c’est avec ce cri et ce drapeau qu’une horde de cavaliers arabes va envahir l’empire d’Orient et celui des Perses, en guerre depuis 30 ans.
    L’an 630, Mohammed tombe comme une avalanche sur le territoire sacré de la Mecque, avec une armée de 10.000 hommes. La ville, incapable de résister, se rend, et Mohammed fait purifier la Kaabah (le sanctuaire) et détruire les images des anciennes Divinités pour anéantir le culte antérieur.
    « La Vérité est venue, dit-il, que le mensonge disparaisse. »
    Ce triomphe à la Mecque amena à Mohammed la plupart des hommes. Toutes les tribus de l’Arabie se soumirent à sa doctrine qui se résume en cette phrase fameuse : « Dieu seul est Dieu, et Mohammed est son Prophète. »
    Les Arabes imposèrent par la force leur religion aux polythéistes, leurs ennemis naturels, puisqu’ils représentaient encore, dans l’opinion du monde, le symbolisme de la Nature et le culte de la Femme laissé à côté de celui de l’homme. Mais ils furent plus doux envers ceux qui avaient déjà masculinisé la religion. Les Juifs renégats et les Catholiques pouvaient, moyennant un impôt personnel, continuer librement l’exercice de leur culte.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité