• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Étirév

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 273 0
1 mois 0 7 0
5 jours 0 2 0


Derniers commentaires




  • 1 vote
    Étirév 1er septembre 13:34

    Dans cette phase de désinformation chaque fois plus accélérée où nous évoluons désormais, seul le recours aux signes, aux symboles et aux mythes qui nous ont été fournis de façon permanente depuis les origines jusqu’à notre moment existentiel actuel, peut permettre un décryptage nous dévoilant, à titre individuel (car sur le plan collectif il est déjà trop tard), les clés de sortie de la crypte-labyrinthe dans laquelle nous galopons sans autre but évident que celui d’accélérer le temps ; chevauchée qu’il est désormais possible de définir comme une inexorable fuite en avant et en aveugle... dans une consommation effrénée : Homo consommatus, vers une consumation finale : Consummatum est.

    APOCALYPSE NOW



  • vote
    Étirév 30 août 14:36

    « Français divisés, pardonnez-vous de toute votre âme ! »
    Depuis plus d’un an et demi, et paradoxalement, on ne parle plus que d’une illusion : le corona virus.
    Certains individus se font passer, ou on les fait passer, pour une sorte de « dissidence ».
    Quand elle est réellement dangereuse pour le pouvoir en place, la dissidence n’a pas accès aux médias de masses, on l’étouffe financièrement ou on l’entourent de ce qu’on appelle « la conspiration du silence », sauf si elle sert directement ou indirectement les intérêts du pouvoir.

    De plus, les sites de « réinformation » qui entretiennent la confusion et surtout la psychose autour du « covid », en reprennant en boucle toutes les informations sans les vérifier, et en les propageant quotidiennement, moins en raison de la qualité du contenu que de la quantité de vues qu’elles généreront, font aussi les affaires de la voyoucratie étatique.
    En continuant à parler d’une pandémie (qui n’existe pas), et en entretenant les antagonismes et les divisions entre les « pour » et les « contre », ces voix dissidentes font le jeu du pouvoir, et consciente ou pas, elles servent de diviseurs, et celui qui divise depuis des siècles, étymologiquement, c’est le « diable ».
    Aussi, la condition sine qua non pour que la petite poignée de (diablotins) dégénérés conserve le pouvoir est de diviser en permanence pour continuer à mieux régner... voire même atomiser aujourd’hui, tant nous vivons actuellement dans une Société dans laquelle domine le « chacun pour soi », l’individualisme, l’égoïsme, le narcissisme, etc.
    Un Virus pour les gouverner tous, un Virus pour les trouver. Un Virus pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.
    Le « retour du Roi » ou la soumission à « Sauron », c’est vous qui voyez.



  • vote
    Étirév 21 août 16:42

    À propos de « barques » et de « vaisseaux »
    Le mot Paris signifie « Bar-Isis », ou « vaisseau d’Isis », le mot égyptien « Bar » ayant le sens d’enceinte, réceptacle, de tout objet capable de contenir en son sein, vaisseau, etc.. Et selon W. von Bûlow, la rune BAR, « ᛒ », signifie la montagne qui cache et protège, mais en même temps engendre et manifeste la naissance, le Fils. Nicolas de Damas au 96ème livre de son histoire appelle en effet BARIS la montagne d’Arménie où l’arche de Noah s’était reposée. Bar-Isis est donc la traduction en druidique savant du mot vulgaire « Lutèce » qui avait exactement la même signification ; et si on élargit un peu la recherche, on trouve Liège appelée la Ville ardente, dont le nom ancien est Lüttich, dont on a fait Lutèce. La racine « LO » ou « LU » désigne en celtique les EAUX, les Rivières ; et « TEC », en celte comme en latin et en grec, signifie « abri », « cachette », « couvert », « arche », « vaisseau » (dans le sens de ce qui contient).
    Lutèce, dit Court de Gébelin, était donc mot à mot LIEU DÉFENDU PAR LES EAUX. » C’est-à-dire par Marie. Les Eaux sont en effet la manifestation extèrieur du principe féminin symbolisé encore par ISIS, la femme divine ; donc Lutèce et Bar-Isis désignent le même objet dans deux dialectes différents... et le souvenir en a été conservé par le vaisseau qu’on voit encore aux armes de Paris, et qui « fluctuat nec mergitur ».
    La figure de la Vierge est souvent associée à l’eau, celle des Poissons, son signe complémentaire. « Presque tous les sanctuaires de Marie, dit Émile-Jules Grillot de Givry (Lourdes, ville initiatique) avaient été précédés, aux mêmes emplacements, d’un sanctuaire dédié au Principe féminin dominateur des Eaux... Nous l’avons déjà constaté pour la Cathédrale de Chartres, qui avait remplacé un sanctuaire d’Isis ; il en fut de même à Metz, à Saragosse, Moutiers en Puisaye, à Nogent sous Coucy ; et Paris nous en offre un des exemples les plus décisifs. »
    L’eau est la force motrice de la nature… Telle, unie à elle-même, elle tourne en une continuelle révolution. Deçà, delà, en haut, en bas, courant, jamais elle ne connaît la quiétude, pas plus dans sa course que dans sa nature. Elle n’a rien à soi, mais s’empare de tout, empruntant autant de natures diverses que sont divers les endroits traversés. (Léonard de Vinci)
    ISIS



  • 1 vote
    Étirév 21 août 09:49

    Un « Covid » pour les gouverner tous. Un « Covid » pour les trouver. Un « Covid » pour les amener tous et dans les Ténèbres les lier... C’est pas gagné !



  • 3 votes
    Étirév 19 août 09:13

    « On a dit aux juifs qu’Israël est la terre promise et c’est faux. Il y a une conspiration mondiale contre les juifs afin qu’ils aillent en Israël et qu’ils y meurent. » (Muammar Kadhafi, The Guardian et El Mundo, 1996)
    « À mon avis, Israël en tant qu’État juif, constitue un danger non seulement pour lui-même et pour ses habitants, mais aussi pour tous les juifs et pour tous les autres peuples et États du Moyen-Orient et d’ailleurs. » (Israël Shahak, Histoire juive-religion juive : le poids de trois millénaires)
    Pour comprendre ceci, il faut savoir cela :
    Pendant 516 ans, c’est-à-dire depuis la mort de Myriam auteure du Sépher jusqu’à la mort de Salomon (975 ans avant notre ère), le peuple d’Israël ne forma qu’une nation. C’est sous le régime gynécocratique que le peuple d’Israël avait existé jusque-là, et c’est sur ces fondements que nous allons voir Salomon étayer sa puissance et régner en homme, c’est-à-dire en conquérant cherchant à agrandir son royaume et en ambitieux cherchant à augmenter sa fortune. C’est après la mort de Salomon que la nation se divisa en deux Royaumes. C’est ce qu’on appelle « le schisme de Juda ». Le pouvoir ainsi divisé amena la division de toutes les institutions qui régissent la vie morale.
    C’est à partir de ce moment que la tribu de Juda prend de l’importance et que le nom qu’elle se donne, « Iehoudim » ou « Yehudim », figure dans l’histoire. Dans le « Livre des Rois », on trouve ce nom pour la première fois pour désigner les révoltés de Juda.
    C’est de ce nom qu’on fera « Judæi », et de Judæus, qui signifie « de la Judée », on fera Juif.
    Ainsi, la première tribu révoltée, « Juda », laissera dans l’histoire un nom synonyme de trahison.

    ISRAËL

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité