• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Étirév

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 62 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    Étirév 16 mars 20:49

    Deux mots sur Alexandre, le vrai, pas celui du cinéma, ni celui des cours d’histoire.

    Alexandre le Grand ?
    La conquête de la Perse par Alexandre ouvre une ère nouvelle pour la religion de L’Iran (de 333 à 330). Aux Achéménides succèdent des dynasties grecques sous lesquelles la religion de Zoroastre est éclipsée et une partie des Livres sacrés perdue.
    C’est Alexandre qui, dans une nuit de débauche, mit de sa propre main le feu au Palais de Persépolis, dans lequel se trouvait un exemplaire de l’Avesta « écrit en caractères d’or sur des peaux de bœufs ».
    Celui qui détruisait ainsi l’œuvre sacrée de la Femme antique, de la vraie Déesse, voulait lui-même les honneurs rendus aux êtres divins. Les Spartiates disaient de lui, avec dédain : « Puisqu’Alexandre veut être Dieu, qu’il soit Dieu ». Combien cela changeait les choses !...
    L’histoire de ce formidable dément a une haute portée, il faut la relater, ce sera un enseignement.
    Alexandre en réalité…



  • vote
    Étirév 16 mars 12:06

    L’opinion et l’erreur ou La Vérité et la Justice ?
    C’est, de tout temps, l’esprit de la femme qui a guidé le monde. Quand la femme pense et agit, le monde marche ; quand elle tombe dans l’apathie intellectuelle, quand elle se laisse réduire en esclavage et abdique son pouvoir, le monde tombe dans l’obscurité.
    La femme est l’éducatrice de l’homme, et son premier devoir, pour remplir cette mission, c’est de diriger l’opinion, qui est la reine du monde, de manière à rétablir « le respect » qui disparaît de toutes les nations où la femme ne sait pas se mettre elle-même à sa vraie place.
    Mais aujourd’hui ce sont les hommes qui font l’opinion, et ils la font dans leur intérêt. Et comme ils dirigent le monde depuis longtemps, les idées fausses qu’ils ont introduites dans la vie sociale sont devenues pour eux, « les idées de sens commun », c’est-à-dire celles qui sont les plus communes parce qu’il y a beaucoup d’hommes qui voient faux. C’est pour cela qu’on a pu dire : « L’opinion, c’est l’erreur du plus grand nombre. ».
    Et comme tous ceux qui sont arrivés au même degré de perversion voient avec le même degré de fausseté, il en résulte que les idées fausses, appelées idées de « sens commun » sont défendues par un grand nombre de gens, et, par conséquent, propagées dans tout l’univers ; pendant que les idées justes, qui ne peuvent exister que dans le cerveau d’un petit nombre d’hommes, et dans celui des femmes supérieures, sont toujours vaincues, parce qu’elles sont défendues par une infime minorité d’hommes, et par des femmes que l’on n’écoute pas.
    « Les idées reçues ? Un joli monde, en vérité. Toutes, ou presque toutes, méritent d’être jetées à la porte, et le seraient, effectivement, si ceux qui les reçoivent valaient mieux quelles.  » (Edmond Thiaudière)



  • vote
    Étirév 8 mars 13:16

    L’auteur titre : « Ce ne sont pas les idées qui façonnent l’histoire, mais le rapport social qui façonne les idées ».

    Et pourtant, c’est l’idée, c’est la pensée créatrice qui a fait naître des religions et des civilisations, c’est l’idée qui fait vivre les nations.

    Aussi, l’histoire que nous allons relater maintenant est l’événement le plus extraordinaire qui se soit produit pendant le cours de l’évolution humaine. Il c’est la conséquence inéluctable du rayonnement d’un cerveau, surgi dans un passé lointain, qui a grandi dans le temps et a eu un retentissement immense dans la vie des générations qui se sont succédé à la surface de notre planète. Les conséquences morales, sociales, religieuses qu’il a eues dans le passé, sont la cause de nos luttes actuelles. Et cela prouve l’inconcevable puissance que contient l’idée, quand un germe jeté dans le monde y est fécondé par la lutte des hommes.



  • vote
    Étirév 6 mars 16:18

    Rappelons rapidement l’origine du « Baphomet ».

    Les Templiers avaient une Divinité féminine représentant l’ancienne Déesse porte lumière, la Vénus-Lucifer. Ils enseignaient que c’est Lucifer, « l’Esprit », qui est l’organisateur de l’Univers, le Grand Architecte qui met toutes choses à leur place et crée l’ordre.

    C’est le mauvais principe, son contraire, représenté par l’homme fourbe, qui crée le désordre en se déclarant Dieu et en se faisant adorer et obéir.

    Ils avaient pour emblème un aigle double, blanc et noir, représentant les deux Principes, bon et mauvais, qui règnent dans le monde.

    Vénus-Lucifer (la Femme) est l’Être par excellence, c’est Elle que l’homme doit adorer ; toute adoration du principe mâle conduit l’homme à la sodomie morale et physique, considérée comme le plus honteux des crimes.

    Les ennemis des Templiers ont ridiculisé la Femme-Esprit, qu’ils ont appelé le Baphomet, caricature qui la représentait sous la forme d’une femme à tête de bouc. Ils lui mettent un flambeau entre les cornes, puisqu’elle est porte-lumière, et sur la poitrine le caducée, les deux serpents enlacés qui représentent les deux pouvoirs qui ont écrasé la Femme, la couronne (le Roi) et la tiare (le Prêtre). Quelquefois, on lui met sur la poitrine une croix avec une rose au centre, l’emblème des Rose-Croix.

    Les Templiers



  • 1 vote
    Étirév 25 février 16:01

    Bien qu’il puisse, parmi les antisionistes, se glisser une poignée de xénophobes, c’est fort possible, leur jouissance est dans le mal, peu importe la victime. Telle est la Nature humaine qui, bonne à la base a fini par produire, après une lente évolution, également du mauvais.
    Mais l’argument de l’antisionisme crier à tort et à travers par les tenants du pouvoir et leurs affidés est aussi ridicule aujourd’hui, dangereux et même surréaliste, que si subitement, demain le « vent » tournait et qu’on traitait de racistes et condamnait ceux qui n’adhèrent pas aux blagues de Dieudonné, ou d’hérétiques et promis au bûcher, les individus qui ne se soumettraient pas aux dogmes « Soraliens ».
    L’injustice et l’oppression commence sérieusement à être visible par tous.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès