• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Lila K

Première moitié d’une paire de jumelles qui voient loin.
Voir Nina

Tableau de bord

  • Premier article le 10/09/2011
  • Modérateur depuis le 08/08/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 20 103 331
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 30 30 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 2 votes
    Lila K Lila K 7 août 2015 15:37

    Les affaires judiciaires - Résumé (2ème partie)

     

    Cependant, après qu’il est apparu clairement que les comptes n’appartenaient pas aux investisseurs japonais, mais à Armstrong, comme ils avaient simplement substitué leurs portfolios dépréciés contre des notes Princeton à faible rendement n’impliquant aucune gestion de fonds, Republic New York a plaidé coupable le 17 décembre 2001, aux accusations d’escroquerie, face au tribunal fédéral. Republic
    New York a accepté — conformément à un ordre de restitution datant du 9 janvier 2002 — de verser 606 millions de dollars, dans le cadre d’un règlement civil conclu avec 57 détenteurs de notes japonais, de façon à satisfaire leurs demandes ; ses cadres ont bénéficié d’une immunité à condition de rembourser l’intégralité de la somme.
    La nouvelle société mère de Republic New York, la banque HSBC, a dès lors déposé une demande visant à bâilloner Armstrong à vie, pour l’empêcher d’assister les japonais dans leurs procès en révélant sa propre version des faits.
     
    Le dossier de l’affaire Armstrong de la Commission US des valeurs mobilières (U.S. Securities and Exchange Commission) disparut avec l’anéantissement de ses bureaux, situés au 7 World Trade Center, lors des attentats terroristes du 11 septembre.



  • 2 votes
    Lila K Lila K 7 août 2015 15:36

    Les affaires judiciaires - Résumé (1ère partie)
     
    Armstrong a été mis en examen le 29 septembre 1999 par la Cour du District des États-Unis pour le District Sud de New York, au sujet d’une escroquerie présumée, dans laquelle il était accusé d’avoir trempé en collusion avec des employés de la Banque Republic New York, dans une affaire impliquant des investisseurs japonais.
     
    En novembre 1999, plusieurs investisseurs japonais, parmi lesquels la société Amada Corporation, premier fabriquant mondial de machines pour travailler le métal, et l’un des clients d’Armstrong, ont déposé plainte contre la banque Republic New York, deux succursales et deux cadres, les accusant d’escroquerie, l’un d’eux fut immédiatement licencié, et l’autre, remplacé.
     
    D’après le dossier du procès, Amada cherchait à récupérer au moins 123 millions de dollars, plus des dommages et intérêts punitifs. La banque Republic New York a commencé par essayer de prétendre que ses employés, qui faisaient des transactions illégales sur des comptes appartenant en fait à Armstrong, avaient conspiré avec ce dernier pour dissimuler aux japonais les pertes encourues. (...)



  • 1 vote
    Lila K Lila K 7 août 2015 15:28

    Je vais copier ce récit et le coller en plusieurs commentaires (à suivre) smiley



  • 1 vote
    Lila K Lila K 7 août 2015 15:26

    @berphi
    Le récit des ses déboires judiciaires est pour le moins pittoresque. La démolition (contrôlée) du World Trade Center N°7 vient même y jouer un rôle...



  • vote
    Lila K Lila K 7 août 2015 15:22

    @berphi
    Sa "prophétie" s’auto-réaliserait par le simple fait qu’il la rende publique (en argumentant pour la rendre encore plus crédible)...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité