• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Orwell

Orwell

Le lait et les pommes (ainsi, camarades, que la science le démontre) renferment des substances indispensables au régime alimentaire du cochon. Nous sommes, nous autres, des travailleurs intellectuels. La direction et l'organisation de cette ferme reposent entièrement sur nous. De jour et de nuit, nous veillons à votre bien. Et c'est pour votre bien que nous buvons ce lait et mangeons ces pommes.

Tableau de bord

  • Premier article le 03/08/2017
  • Modérateur depuis le 26/08/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 132 207 3061
1 mois 0 11 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 54 45 9
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 4 votes
    Orwell Orwell 6 juin 2020 00:39

    Des milliers de policiers s’échangent des messages racistes sur un groupe Facebook.

    Dans un groupe Facebook privé, réservé aux forces de l’ordre et qui compte plus de 8.000 membres, des policiers surtout et quelques gendarmes postent de nombreux montages, messages et commentaires racistes et sexistes.

    Pour intégrer le groupe, il faut indiquer aux administrateurs sa promotion à l’école de police ou de gendarmerie, son matricule et rédiger quelques phrases en jargon de « la boîte ». Un filtre qui semble efficace : plusieurs dizaines de profils pris au hasard ont été vérifié et il a été confirmé qu’ils sont bien membres des forces de l’ordre. À l’abri des regards, les condés se lâchent : dans des posts ou en commentaires, on peut lire des centaines de message racistes, sexistes ou homophobes, des appels au meurtre et l’apologie de morts violentes mettant en cause des policiers. Ponctuellement, des fonctionnaires tentent de calmer les ardeurs de leurs collègues mais ces nodocéphales les reprennent promptement "On n’a pas besoin de fragiles dans la boîte. "

    https://www.youtube.com/watch?v=G_aj-Y6cAaA



  • 5 votes
    Orwell Orwell 6 juin 2020 00:23

    Pour les demeurés qui "croivent" pas en l’existence du racisme chez les flics et qui qualifient d’antiblancs tous ceux qui le dénoncent, j’vais pas jacter statistiques et discrimination raciale systémique pratiquée par la police, z’etes trop cons pour capter d’façon, écoutez plutôt ceci en entier ici (29min) : https://www.arteradio.com/son/61664080/gardiens_de_la_paix

    En bref un Schmit noir avec 20 piges de service dans la piaule a découvert et dénoncé des conversations privées de ses collègues. Son témoignage est à écouter ci-dessus, entrecoupé de messages audio échangés par ses collègues. Persuadés de l’imminence d’une guerre raciale pour laquelle ils affirmaient stocker des armes, ces condés accablaient d’injures tous les « ennemis de la race blanche » : les femmes (des « putes », même les policières), les Noirs (des « nègres »), les Arabes ( des « bougnoules »), les gens du voyage (des « putain de manouches »), les Juifs (des « fils de pute » qui « dirigent le pays » en compagnie des « gauchistes »), les homosexuels (des « pédés »). Ils s’autoqualifient parfois de "fascistes" ou de "gros fachos".

    Ces gens-là sont exactement à leur place. Penser qu’ils ne le sont pas, qu’ils n’ont rien à faire chez les Schmits, c’est faire la démonstration qu’on a rien bité au film. Le scénario il est simple : c’est l’histoire de la montée du fascisme qui prendra ouvertement le pouvoir quand l’effondrement aura commencé (ils le disent eux-mêmes et appellent ce moment de leurs vœux !). Et comme ce fut le cas par le passé, les premières cibles seront les anarchistes, les militants vraiment de gauche, les LGBT, les handicapés, les chômeurs, et tous ceux qui ne sont pas blancs. 



  • 3 votes
    Orwell Orwell 6 juin 2020 00:11

    Mais LOL dans cette bouillie insensée, je n’vais répondre qu’à la controverse des Schmitt noirs. J’vais éclairer vos lanternes de bélîtres en restant au niveau CM2, au-delà j’vous grille vos deux neurones (cumulés).

    Braquer les projecteurs sur le racisme des poulets blancs c rien tilter au film. Le personnage du policiers noir raciste envers sa propre communauté est familier aux states épakeu. Le poulet noir raciste a été conditionné par le système et obéit à certains réflexes : quand vous devenez agent de police, vous devenez l’un des leurs dans la flicaille, vous partagez leur état d’esprit et vous intériorisez une vision du monde. Bourdieu parle d’habitus. Vous devez jouer le même jeu pour gagner des points et faire carrière. Frantz Fanon évoquait un masque, celui qui satisfait le désir raciste de voir l’autre se fondre dans l’imaginaire racial, désirer devenir blanc, faire figure docile pour désamorcer la terreur blanche, sourire, acquiescer, jouer au Noir Banania. Et vous finissez avec la même mentalité mais en pire. Le condé noir est particulièrement violent envers les autres noirs, c pour se laver de tout soupçon et gagner la confiance de ses collègues & de la hiérarchie. Ces cinq dernières années, des policiers ont tué à travers le pays plus de 5 000 personnes, pour la plupart des hommes non blancs et pas armés. Les policiers qui ont tiré sont eux-mêmes souvent des Afro-Américains. On trouve ce schéma dans l’esclave domestique dénoncé par Malcom X comme "The house negro". Les manifestants qui hurlent du" vendu" aux condés noirs le font pour mieux souligner que c un phénomène institutionnel et systémique et pas juste une question de mauvais flics blancs qui dérapent. Mais les fachos bitent rien aux aux phénomènes structurels, vous lisez pas et vous n’observez que c’qu’il vous fait zizir, pouvez pas capter, mais ch’ui pas prof moi, G pas à instruire les fafs, encore moins gratuitement donc ciao



  • 2 votes
    Orwell Orwell 5 juin 2020 20:55

    @ezechiel

    MDR Franchement, arrête de parler de ce que tu ne connais pas. C’est gênant.



  • vote
    Orwell Orwell 1er juin 2020 18:40

    Lol 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité