• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

thepouet

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 44 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 2 votes
    thepouet 12 juin 2015 04:11

    OOoooooh ! Quenelles dans la bien pensance climatique !

    ’’ Le niveau des océans monte, sauf autour des îles !’’

    Voilà ce qui résulte du bel enfoir.... ooups du très sérieux GIEC d’un côté, et des faits de l’autre ; ce qui a inspiré ce bien joli titre à un article.

    Question du public internet :
    et qu’est-ce qu’on doit dire à la maîtresse quand elle nous fait chanter :
    ’’ elle pleure elle pleure la planête ’’ ?

    ( Dans une salle de classe aux gros z’écriteaux ’’ je suis Charlie ’’ , hi hi ! )
    Oui, qu’est-ce qu’on va lui dire à la maîtresse ? Allons nous nous faire la cage de résonance du système médiatique ?

    et pour faire comme le GIEC, càd pour aller droit à la conclusion :
    Ils (WWF etc. vaste sujet) ont inventé ces fables pour créer en nous le réflexe :

    .

    ’’ on veut se développer  ? C’est mal ! ’’

    .

    Cad ’’ Si 1,5 M de Chinois roulent en voiture, l’eau va monter et nous recouvrir ! ’’

    C’est scientifique qui plus est : adoubé d’une GIEC mention, garantie aussi honnête et rigoureuse qu’un bigpharmateux assurant l’innocuité de son vaccin à l’aluminium
    Je caricature et simplifie outrancièrement, mais ne dénature pas, du moins demandant vous le avant de sur-réagir ! ( allo momo ? )

    A qui reste surpris, je propose, c’est un minimum, de fouiner autour du ’’climategate 2009’’.
    Ensuite certains sites informent sur le côté pernicieux de ce bébé à M. Tchatcher ( GIEC la source, l’autorité créée pour distiller cette désinformation ) mais il faut reconnaître que c’est chez Larouche ( donc dans les ’’documents de fond’’ de S&P) que le flair est le plus affiné : comment dire ? Par exemple que l’empire et leur monde unipolaire sauterait, SI le monde entier se développait ? Quoi ? La domination par l’argent cacahuète ne suffirait plus à endiguer le développement des futurs ’’concurrents’’ ?? ( un prédateur pense concurrent, non collègue, alter ego etc.) Quoi ? La Chine et l’Inde et ici et là, ils veulent se développer ? Inacceptable ! Coup de sifflet : le climat ! Une taxe carbonne, viiiiiiiite !!! Avez vous une conscience planétaire ? Oh oui, ça surfe là dessus ! Entendez, ô amis z’ékolos,

    Le climat  ? L’ exploitation malhonnête de cette question permet, au demeurant, d’éluder la vraie question, celle de la pollution.

    La pollution est le fruit de la course au profit, pas nécessairement celui de celui refusant de pousser la brouette avec ses bras.

    La pollution concerne tout ce qui sort des pots d’échappement ou autres cheminées, sauf … le CO2 !!!! Demander aux plantes si le CO2 est un vilain méchant !

    C’est que … une taxe carbone, ça se loge partout : tout objet, toute action de la vie, par son existence, a nécessité d’une façon ou d’une autre de cramer quelque chose et dégagé du CO2.

    Associer l’idée de cracher au bassinet en compensation du ’’feu engendré’’, fallait oser, mais c’est une idée géniale :
    malthusienne sans l’avouer, une aubaine pour réalimenter d’une couche quasi illimitée leur système financier d’argent monopoly prêt à s’écrouler, ( aspect anecdotique n’est-il pas ? allo allo allo ), et verrouiller le tout par un parfum de conscience écolo individuellement (hum) réapproprié , c’est top, ah oui les sbires du prince Philipp peuvent être fiers d’eux un peu plus de 50 ans plus tard, lorsqu’ils ont conçu tout cela après avoir créé le WWF !

    Il faut dire qu’ils savaient faire : les mêmes, pratiquement, avaient initié une dizaine d’années plus tôt les réunions Bilderberg. Ben oui, désolé.
    Je m’arrête là mais le sujet est très étendu. Je proposais juste de prendre un peu d’avance sur la propagande attendue lors de ce fameux sommet à venir smiley

    ’’ Le monde n’est pas surpeuplé, il est sous développé ! ’’ Allo ?

    Vous pensez penser le contraire ? Etes vous si sûr que ce n’est pas juste ce qu’ ’’’’on ’’’’ n’a pas envie vous vous pensassiez ?

    mmmmh ????



  • 1 vote
    thepouet 2 avril 2014 05:09

    Waou ! Un mur à la porte de l’ Europe ? Allo ?

    Après USA-Mexique et Israël avec ses voisins, voici Europe-Turquie …

    Serait-ce le début d’une ère nouvelle ? Beurk !

    On fout le bordel en Syrie ( entre autre )

    Et on monte un mur contre ceux qui fuient ce bordel ? Bravo.

    ’’ Il n’y a pas d’autre issue qu’un plan de développement mondial ’’

    Cette phrase, très juste, m’avait marquée quand j’avais lu la ’’ lettre aux Français ’’ de F. Mitterrand, lors des présidentielles 1988.

    Bien sûr, ce qui sera appelé mondialisation se sera avéré être une immonde bête qui nous aura dévoré impitoyablement, personne n’ayant rien vu venir. Et pour cause … Politiques, médias, ah ça tricote, une maille de stupidité à l’endroit, une maille de complicité à l’envers, et le pull avance.

    Cheminade n’énonce pas très différemment le principe ’’Mitterrandien’’ ci dessus. Un monde de nations souveraines qui COOPERENT désamorce, par nature, ce qui pousse à la guerre.

    Et puis, démographie et crise mondiale obligent, contenir des humains avec un mur, c’est un peu contenir de l’eau avec des pierres. Bon courage !

    Non, non, non, quelle autre solution peut-il y avoir, à terme, que celle où les niveaux d’eaux soient homogènes, càd celle qui donne envie à tous les peuples du monde de ne pas quitter leur pays ?

    Développer, d’une façon ou d’une autre mais très urgemment ces pays source d’une émigration massive, n’est-ce pas le problème du monde et non de tel pays spécifique ? Développer, pas avec le FMI à la façon que dénonce Johns Perkin’s, le fameux ’’ assassin financier ’’.

    Si la nature du système financier n’était pas d’aspirer et de faire tourner en rond l’argent à la City de Londres, mais d’irriguer le développement des infrastructures, les murs érigés ne serviraient à rien. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

    Une fois de plus, on retombe sur la cause des causes, la nature de l’argent, et là, le tsunami arrive.

    Et ce sera autre chose que quelques milliers de Syriens encombrants …

    Et point de mur géographique à bâtir pour nous prémunir.

    Enfin si, au fait : un gros Glass Steagall Act global, en vue du tsunami financier.

    (GSA = Séparation stricte des banques avant que les faux monnayeurs ne dealent leurs jetons pourris )

    Mais ça, c’est une autre histoire !



  • vote
    thepouet 7 décembre 2013 14:36

    FifiBrind acier, aucun soucis sur le constat : l ’EE est une camisole, envoyons la au diable.

    Simplement, s’il faut le faire, c’est parce que cette organisation ne permet pas d’appliquer une politique monétaire volontariste, et donc ne peut apporter de réponse acceptable à la question « de quoi la génération de demain aura-t-elle besoin ? »


    Sortir de l’ EE est un moyen, probablement incontournable, mais c’est un moyen.

    Le système de crédit public, c’est la fin, le but, le système qui intrinsèquement, par nature, répond à la question ci-dessus.


    Si la sortie de l’EE n’est pas faite dans cet esprit, celui d’un nouveau Bretton Woods équipé d’un système de crédit public, avec une conception sérieuse de ce qui permet une économie physique en bonne santé et au service de l’homme,elle peut rater son but : on pourrait craindre que la sortie de la prison européenne ne soit un changement que d’apparence. C’est ce que Cheminade nomme un repli national monétariste, expression dont je me demande si elle est suffisamment comprise, et à mon sens pas assez expliquée sur le site de S&P.


    Sortir sans changer de paradigme économique, bon ben ça donne du MLP quoi !

    Et, pardon, mais où sont les grands développements de F. Assilineau pour nous expliquer « ses » conceptions de l’économie physique et les ressorts sur laquelle elle s’assoit, selon lui ?

    L’économie physique, et elle seule, par opposition à l’économie d’argent sale de la City, est à promouvoir, ce qui n’est pas garanti, en soi, par la sortie de l’ EE si ces précisions ne sont pas omniprésentes ...



    Au moins Cheminade et Larouche pensent à cet aspect depuis le début, et c’est cette clef de lecture qui leur a permis d’affirmer 20 ans avant les autres que ce système né le 15/08/71 porte son effondrement dans ses gènes, Europe ou pas , finalement.

    Donc, sortir de l ’EE et se « ré-appropier » la loi de 1973, oui, oui, oui mais sans perdre de vue une seule seconde l’esprit, le sens à donner.


    Une dernière remarque :

    Le processus de déclin de l’économie physique est amorcé depuis l’explosion des accords de Bretton Woods (15/08/1971). La fin des taux de change fixes a mécaniquement entraîné la fin de la pensée à long terme, et l’incapacité de répondre à la question « de quoi la génération de demain aura-t-elle besoin ? » 25 années de mondialisation ont parachevé le tout, et nous voici en mai 2012, situation différente de décembre 2013.


    Avec un François Hollande qui aurait pensé ce qu’il dit ( oui je sais, ça n’existe plus un politicard pensant ce qu’il dit … ), et qui aurait agit en conséquence, ( « mon ennemi c’est la finance » ! Mon cul ! Qui a pu le croire sincère ? ), la camisole serait moins pire comme on dit :

    Souvenons nous, depuis mai 2012 : FESF, MES, TSCG, loi de NON-séparation bancaire Moscovici, et que sais-je encore, tout cela fut entériné, confirmé, l’enculade est profonde et maintenant même ceux qui ont donné un bulletin à flamby constatent la trahison et les dégâts : le verrouillage de la camisole européenne est total, nous voici prêts pour la chypriotisation, comme c’était attendu mais pas imparable encore au printemps 2012. Le malade « Europe » est passé en phase terminale.



  • 2 votes
    thepouet 6 décembre 2013 16:02

    Bon, 5 ans plus tard, tout le monde a compris que ce système de banksters n’en avantage que quelques uns. Normal, il est fait pour ça ^^

    Personnellement je trouve que déplorer la cinquantaine de milliards « volés » aux français par les intérêts découlant de cette loi, c’est bien !

    Et accepter l’idée ( ne serait-ce que l’idée, doucement hein ! ) d’un défaut de paiement, c’est pas mal.

    Chez Larouche et Cheminade, ça porte un autre nom : Glass Steagall Act ( 1933 – 1999 aux USA et 1945 – 1984 en France )

    Le Glass Steagall, pourquoi O. Delamarche n’en parle-t-il JAMAIS ?

    Obéirait-il, fusse en s’en défendant, à Obama, enfin aux patrons d’Obama ?

    http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article/alerte-au-glass-steagall-wall-street-se-mobilise.htmll

    Après tout, le plus efficace, pour combattre une idée juste, est de ne jamais en parler !

    Bon, admettons, tout le monde est OK, défaut de paiement comme il dit, tirage au sort des citoyens, super, tout ça, tout ça. Eh bien on fait quoi, maintenant ? Sur la base de quoi ? On s’inspire de quoi ? On ne va quand même pas photocopier à l’aveuglette, donnant ainsi raison aux enfoirés, sur l’aspect inflationniste !

    L’argent émis, si l’on veut éviter qu’il soit inflationniste, doit être injecté dans ce qui va aider à rembourser. Il doit participer à renforcer les équipements infra structurels, qui ne seront « rentables » ( au point de vue monétaire ) que bien plus tard. Il doit pouvoir s’inscrire sur un autre rythme de temps, il doit pouvoir s’extraire de cette dictature du profit à court terme, qui ne laisse exister ou naître que ce qui rapporte tout de suite, sans se préoccuper des nécessités physiques de la société.

    Tout cela, c-à-d en gros et en exagérant juste un peu l’alternative au fascisme financier, a été conçu en 1800 par les pères fondateurs de l’Amérique, puis a été constamment mis de côté.

    http://www.solidariteetprogres.org/documents-de-fond-7/economie/alexander-hamilton-credit-productif.html

    Ce qui me gêne quand on parle de relance Keynésienne, c’est que seul est considéré l’aspect monétaire, ce qui ouvre la porte à des mensonges conceptuels : on admet implicitement, sans en prendre conscience ou sans pointer du doigt l’arnaque idéologique , selon laquelle re- financer les banques, c’est re-financer l’économie. Oui, c’est re-financer l’économie ... de casino. Point ! Avant la crise, un gros con de droite aurait pu répondre qu’en ricochet l’économie réelle s’en retrouverait boostée, mais on voit bien, maintenant, que ces considérations procèdent plus de la religion (néo-libérale ) que de la réalité !

    Le crédit productif public, conçu par Hamilton, n’a pas pour vocation de faire du profit monétaire : il rempli sa fonction première qui est, en consolidant les bases, d’offrir un meilleur monde à nos enfants ( basé la capacité, physique, elle, de faire mieux avec moins d’effort ) et non une pyramide de dettes toxiques, qui bouffe la bête qui doit elle-même rembourser.

    Attention ! :

    A quoi cela sert-il de montrer les aberrations de ce système, ce que fait très bien Delamarche, si à aucun moment, on ne fait allusion à une authentique alternative ?

    Je comprends que les longs dossiers de fond de S&P soient peu « sexy », que l’on préfère un discours de Melenchon, Chouard ou Soral, tous donnant l’apparence de répondre à nos préoccupations. Mais aucun ne me semble intéressé par ce qu’il peut se passer une fois qu’on a repris les rênes de la politique, et en ce sens ils me paraissent tous n’exister que dans le champ de la réaction, et non celui de la construction dont ils n’ont pas l’idée. Le tirage au sort. Oui, oui, j’entends, mais : et après ??? Cela va se faire tout seul ?

    http://www.solidariteetprogres.org/bibliotheque.html



  • vote
    thepouet 14 novembre 2013 05:20

    « A la fin de Seconde guerre mondiale, de nombreux économistes ont cherché à comprendre comment aider les pays pauvres à rejoindre le niveau de vie des pays développées d’Europe et d’Amérique du Nord.

    A cet effet, les accords de Bretton Woods en 1944 ont mis en place la Banque mondiale et le Fonds monétaire Internationale. Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui, tous ces efforts n’ont pas permis aux nations alliées de tenir leurs promesses. »

    écris tu fort justement Machiavel …

    Je ne peux m’empêcher d’apporter quelques précisions, en rappelant ce que Larouche nous a expliqué ( oui, je sais, on le prend pour quelqu’un de spécial, mais tous ces grands réactifs le connaissent mal et rechignent à le comprendre… )

    En effet, nulle part ailleurs, je n’ai vu décrite ce qui, à mon sens, est une tragédie dans ce 20e siècle …

    1/ FD Roosevelt, co-concepteur des accords de Bretton Woods, avait pour projet, une fois la WW2 terminée, de procurer au monde post-colonial une phase de développement similaire à celle observée lors de son New Deal, lequel, rappelons le , a pu avoir lieu et s’est appuyé sur le principe de Glass Steagall ( Séparation, isolation stricte des banques de dépôt contre les banques d’affaires, économie réelle contre l’économie de Casino, THE principe anti-oligarchique par nature, réfléchissez-y ! )

    Pour ceux qui ont un doute, je vous propose de vous faire une idée de « comment, sur la base de quels paradigmes économiques, FDR pensait » en visionnant cet extrait de « 1932 »

    « Quand la guerre sera terminée, on mettra fin à l’empire, hein Winston ? Mmmmmh ! »

    Petite phrase rapportée ( p’têtre pas fidèlement) par Eliot Roosevelt, dans « mon père m’a dit »

    Ainsi, Bretton Woods établissant une parité or-dollar et surtout des taux de change fixes entre monnaie, aura permis les 30 glorieuses, parce que la nature de sa conception monétaire permettait de concevoir les choses sur du long terme. Tout a changé le 15 août 1971, lorsque Nixon mis fin à la parité, laissant exploser les accords de Bretton Woods, et ouvrant la voie au pétrodollar, à la spéculation, à la dictature du court terme, au chômage massif, puis à ces jolies dettes détenues par les « too big too fail » et la suite en direct, demain, après demain.

    « Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui, tous ces efforts n’ont pas permis aux nations alliées de tenir leurs promesses », concernant les pays pauvres, colonisés, c’est le moins que l’on puisse dire ! Que s’est-il passé ?

    2/ FDR a eu la fâcheuse idée de mourir en avril 1945 !

    L’intention ( de sortir le monde d’un moyen âge ) de FDR concevant les accords de Bretton Woods a ainsi pu être copieusement bafouée. Quelle opportunité la mort de l’inspirateur ! Aider les pays à sortir de la colonisation ? Allons allons ! Truman n’était pas autre chose qu’une marionnette de l’empire Britannique … Cet empire, qui, pardon, n’existait plus (rions … ) s’est déguisé alors en FMI, Banque Mondiale etc.

    Perkins, Ziegler, Toussaint, Larouche nous expliquent tous à leur façon les très philanthropes façons d’agir des vainqueurs, mais en réalité de l’empire, c-à-d des intérêts financiers appatrides, qui n’ont cure de hisser les peuples à un meilleurs niveau de développement.

    Accessoirement, deux bombes, ayant pour fonction de montrer qui était le patron et non pour agenouiller un peuple déjà à genou, ont pété en août 45, sous Truman le successeur à FDR.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès