• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Tuco

Tuco

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 16/07/2018
  • Modérateur depuis le 23/07/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 15 34 110
1 mois 13 30 95
5 jours 1 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 17 17 0
1 mois 17 17 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 1 vote
    Tuco Tuco 10 août 13:56

    @ubikand

    J’ai réalisé le diaporama en animant les oeuvres de Geddes, effectivement. Mais j’ai joué la musique. (Je ne suis évidement pas l’auteur des oeuvres picturales).



  • vote
    Tuco Tuco 9 août 22:04

    @ubikand

    La musique seulement.



  • 1 vote
    Tuco Tuco 8 août 19:18

    La plus grande menace est et a toujours été le problème de l’approvisionnement et du contrôle des matières premières, pétrole en tête, bien sûr, mais maintenant aussi tout ce qui concerne les matières premières nécessaires à la fabrication des technologies relatives aux médias. Et dans ce "jeu", toutes les nations développées sont des problèmes, toutes, la France y compris, (Françafrique, etc., etc.).


    Cependant, et étant donné sa situation géopolitique tout à fait cruciale au Moyen-Orient, (si ce n’était que cela), Israël est aussi un problème. La Syrie également, évidemment, puisqu’elle occupe elle aussi une position géostratégique essentielle en ce qui concerne l’approvisionnement et le contrôle de sources d’énergie. Mais la Syrie, est un pays qui est victime de ses ressources et de ses projets. (Voir la "stratégie des quatre mers" de Bachar El Assad, voir son refus de se soumettre à la loi des USA et à la domination israélienne, sur laquelle Henry Kissinger disait à l’époque qu’Israël ne devait tolérer aucune concurrence au Moyen-Orient...), comme le fut la Lybie, terrassée pour un long moment, et l’Irak, pour ne citer qu’eux...

    En tout cas, tous les pays africains qui ont osé manifester leur refus de se soumettre à la politique des USA et/ou d’Israël ont été anéantis et leurs chefs assassinés : Saddam Hussein, Mouammar Khadafi, et pour Bachar El Assad, ce n’est plus qu’une question de temps, malgré le soutien de la Russie.

    Donc, il faut se tourner vers les multinationales qui contrôlent la production, l’approvisionnement et le contrôle des matières premières, mais aussi les grandes banques, Rothschild, etc., etc., 

    Face à tous ces Lobbies, et les moyens de pression colossaux dont ils disposent, que peuvent faire les Etats, administration US comprise, bien entendu ? A mon avis, pas grand chose. Mais pour comprendre tout cela plus en détails, il faudrait sans doute demander aux Bilderbergs, à la CIA, etc., non ?...

    Bien cordialement.




  • vote
    Tuco Tuco 5 août 18:54

    @Tuco

    Erratum : 

    Il n’y a, en toute logique, je souligne, strictement aucun moyen d’éviter d’interpréter comme on le désire ce genre de chose : les regards.



  • vote
    Tuco Tuco 5 août 18:51

    Un "regard appuyé" est peut-être un regard insistant et qui dévisage, qui met mal à l’aise, parce qu’il contient aussi quelque chose d’énigmatique. Ce genre de regard a toujours suscité chez moi la répulsion et ensuite des sentiments violents contre celui qui insiste... J’ai toujours eu horreur que l’on me dévisage avec insistance, je trouve cela particulièrement gênant, indisposant, et, je le répète : répugnant. Je pèse mes mots. J’ai bien écrit : répugnant.


    Or, les hommes, (et je suis un homme), peuvent autant faire l’objet de ce type de "regards" que les femmes. Que ce soit de la part d’une femme, ou pire, d’un autre homme. Les deux me sont déjà arrivés plusieurs fois. Bien entendu, quand il s’agit d’une femme qui a pu me plaire, la chose n’était pas forcément désagréable, sauf quand j’ai pu comprendre de l’ironie ou quelque chose de rabaissant dans le regard. Mais, venant d’une femme, je n’ai jamais trouvé cela répugnant, (quand cela ne me plaisait pas), mais, à la limite, agaçant, voire irritant, c’est selon.

    Par contre, venant d’un autre homme (...) ma réaction fut et demeure toujours la même : j’éprouve instinctivement un vif sentiment de répulsion et ensuite je sens de la violence me venir à l’esprit.

    Cependant, j’aurais beau dire ou faire, l’on pourra toujours interpréter comme l’on voudra mes propres perceptions, et bien entendu, de manière tout à fait fallacieuse, afin de les retourner par exemple contre moi ! (Paranoïa, et que sais-je encore ?...). L’on pourra me rétorquer que je n’ai eu que des "impressions" tout à fait subjectives, etc.

    Que pourrais-je répondre ? Quelles preuves objectives feraient foi ? En toute logique : aucune.

    Voilà donc le principal problème de cette loi, (si jamais cela pouvait en être une) : il n’y a, en toute logique, je souligne, strictement aucun moyen d’interpréter comme on le désire ce genre de chose : les regards. Celui qui se livre à des "regards appuyés" pourra toujours prétexter que ses pensées et ses mobiles n’étaient nullement désobligeants ou déviants. Faire un procès sur un regard "appuyé" consiste donc à faire un procès d’intentions, et, qui plus est, sur la base de données essentiellement subjectives et toujours sujettes à l’interprétation subjective.

    Le problème n’est donc pas un problème moral inhérent à la loi elle-même, ou une prétendue chute des valeurs morales comme semble bien nous le dire notre commentateur, mais, c’est avant tout un problème de logique, je veux dire d’administration de la preuve (objective), laquelle pourrait avoir une valeur juridique valide. Rien d’autre.


Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès