• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

TchakTchak

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 164 0
1 mois 0 83 0
5 jours 0 9 0


Derniers commentaires




  • 1 vote
    TchakTchak 24 juillet 08:49

    Merci Norman.

    Il est en forme le docteur tout soucieux de soigner les âmes dont la santé est bien faible. Sa pharmacie contient de puissants purgatifs qui décoincent le mental et des remèdes de cheval. Sans doute pour ça que la fétide FDA, avec des mauvais tours de malice dans son sac a fait sa campagne "Mais vous n’êtes pas cheval", dénigrant un traitement qui porte le nom de toute la fraicheur d’une jolie fille.

    Alwest est bon disciple de Rabelais, médecin aussi, je crois, dont on n’a pas adopté son principe de la science, qui déridait aussi les panses en pleine guerre de religion et de noire peste : il a choisi le bon maître…

    Question panse, son procédé du ventriloque qui n’avoue qu’en présence de sa marionnette est bien vu. E.T. évidemment, c’est Alwest aux grands yeux beaux et tristes qui ne reconnaît plus les siens sur une planète qui lui est étrangère. Et il n’est pas le seul, je crois.

     

    Momotchi a voulu le connaître un peu plus d’ailleurs et a enregistré la conversation : https://lemediaen442.fr/momotchi-interviewe-le-dr-alwest-qui-a-permis-de-recolter-6000-euros-pour-aider-les-professionnels-suspendus/

    Momotchi, qui a été chassée 4 ou 5 fois de twitter et à l’une de ses revenances, a écrit sur sa pancarte d’accueil un graffiti : "La liberté ou la mort".

    Voilà.



  • vote
    TchakTchak 24 juillet 01:03

    @TchakTchak

    La seconde guerre mondiale n’a pas connu d’épidémie majeure ...



  • vote
    TchakTchak 24 juillet 00:24

    @Décoder l’éco

    Ok. De toute façon, on a besoin de votre démarche iconoclaste pour, au-delà des mensonges du covid, débusquer les idées reçues qui ont faussé des schémas de pensées bien enfoncés.

    Pour ma part, je vois quand même des photos de virus d’Ebola, de la rage, de l’herpès, de la variole, etc… présentées comme prises par microscope électronique. Sans compter les virus géants de Raoult.

    Maintenant, on admet que ce ne sont pas des organismes vivants, mais des molécules organiques, comme les acides aminées.

    Wikipédia écrit que les virus sont des contaminants nocifs, le mot crée par Ambroise Paré venu lui-même de "venin" ou "poison", alors qu’on sait qu’il y a des virus amis et même indispensables comme les bactériophages.

    On sait de mieux en mieux la polémique Faucy/Montagnier sur le SIDA : à cause d’un virus pour Faucy, à cause du terrain affaibli pour Montagnier.

    On peut imaginer les virus comme des précipités d’activités métaboliques, donc présents en raison d’une autre activité.

    La seconde guerre mondiale d’épidémie majeure reconnue, est-ce la nouvelle pénicilline largement distribués qui a fait la différence ? Sans compter la généralisation entre deux guerres des toilettes individuelles à chasse d’eau à la place des latrines communes et des pots de chambres.

    On sait maintenant qu’il existe des toiles denses et épaisses de mycélium qui permettent les échanges entre arbres et la bonne santé des forêts. Mais il est aussi le premier destructeur des arbres, dès qu’ils faiblissent. On peut imaginer pareille ambivalence avec ce qu’on appelle les virus.

     

    Merci pour cet échange.



  • 2 votes
    TchakTchak 24 juillet 00:04

    @Gaspard Delanuit
    .

    Belle définition de l’intelligence humaine attribuée à Goethe par Nicolas Class (que je ne connais pas). Le privilège des humains est qu’ils sont conscients d’être conscients. On peut chipoter pour savoir si c’est une différence de degré et de nature, mais ce sont les humains, en tout cas, qui ont transformé de fond en comble la surface de la planète. Avoir du pouvoir est une chose, mais savoir s’en servir de telle sorte qu’il ne soit pas nuisible est autre chose. Ça, c’est un aspect de notre intelligence qui a manqué aux humains.

    Entre autre privilège est celui de pouvoir nommer les choses, y compris de l’Univers et de pouvoir contempler son œuvre. Hubert Reeves dit même que c’est notre conscience qui révèle aux choses qu’elles existent et donc à l’Univers la conscience de son existence. Quand personne n’est là pour dire que ça existe, tautologiquement, rien ne dit que ça existe. La contemplation, pour donner du sens aux choses est l’une des trois voies d’Aristote de la connaissance (les deux autres étant celle pratique et celle productive). Il ne s’agit pas ici d’intelligence "mécanique".

    .

    Un exemple de connaissance produite par la voie contemplative & spéculative est celle d’Anaxagore, dans « De la nature ». Il parle du ‘Tout est dans le tout »

    Avant cette séparation, quand toutes choses étaient encore ensemble, aucune couleur, quelle qu’elle fût, n’apparaissait. Ce qui empêchait de l’apercevoir, c’était le mélange de tout, de l’humide et du sec, du chaud et du froid, du lumineux et du sombre. De plus, une grande quantité de terre y était contenue, et des semences en quantité infinie et sans ressemblance les unes avec les autres. Car des autres choses, aucune non plus n’est semblable à une autre. Dans ces conditions, il faut admettre que dans le tout, toutes choses coexistaient.

    Et même :

    Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau..

     Lavoisier : copieur !

    Sans compter que la pensée holistique était déjà présente (qu’on a trop longtemps réduite ensuite à la pensée mécaniste, ex : les ravages du cartésianisme vers une pensée scientifique qui n’envisage que par catégorie) :

    Et puisqu’il y a, en pluralité, égalité dans la division du grand et du petit, il peut y avoir aussi de tout en tout. Mais il n’est pas possible que rien ne soit isolé, et toutes choses ont leur part du tout. Du moment qu’il ne peut y avoir un dernier degré de petitesse, les choses ne peuvent être séparées ni venir à l’existence. Il faut qu’elles soient maintenant comme elles étaient au commencement, toutes ensemble. En toutes choses, il y a donc pluralité et, à la fois dans le plus grand et le plus petit, égalité dans la pluralité des choses séparées.

    https://philo5.com/Les%20philosophes%20Textes/Anaxagore_LesHomoemeriesEtLeNous.htm

     .

    On est proche du Tao. Anaxagore, contemporain de Lao Tseu, distingue un Noûs infini et principe préalable du Tout.

    D’autre part, il n’y a pas d’antagonisme entre monisme, dualisme, trilogie/tripartition. Au contraire.

    Monisme : le grand Tout qui contient tout et/ou principe créateur de réalités par émergence. Pour le big bang, l’hypothèse la plus proche est l’énergie.

    Dualisme : Yin/Yang, création d’une nouvelle réalité par son envers, contraire et principe d’engendrement. Ou pulsation (les mandalas, avec les couronnes successives, sont des images mentales de cette pulsation).

    Tripartition : création, maintient, destruction, ou le phénomène du cycle.

     .

    Quand à l’intelligence, je suis toujours d’avis qu’elle est profuse, émergente. On peut imaginer une pyramide, avec des niveaux d’intelligence, jusqu’à l’humain, pourquoi pas, et la conscience d’être conscient est un argument. C’est une construction a posteriori, en entonnoir jusqu’à nous. Cette construction peut se faire aussi en mosaïque, ou en buissonnement, avec des états d’esprits différents. Comme l’exemple que j’ai décrit plus haut, notre Umwelt qui ne permet pas d’expliquer l’esprit qui correspond à l’ophrys (qui est un être vivant), ni d’appréhender l’intelligence, mais il y en a bien une, qui a élaboré son labelle.

    C’est un paradigme mieux ouvert, selon moi, à la perception les phénomènes biologique et universel.



  • vote
    TchakTchak 22 juillet 11:21

    Intéressant.

    Ce qui confirme qu’il n’y a pas vraiment de séparation entre l’énergie et la matière au niveau quantique, ou de la particule élémentaire. Et encore, si on peut parler de matière. S’il ne s’agit pas d’une surface d’activité énergétique, ou  simplement d’une peau, métaphoriquement comme la lave en fusion qui commence son refroidissement.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité