• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

jjwaDal

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 209 0
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 3 votes
    nefertari 22 février 2017 12:28

    La dette grecque est dûe à plusieurs facteurs dont les citoyens grecs sont marginalement responsables. Sans doute ils voulaient entrer dans l’europe pour en retirer un meilleur niveau de vie, ça ne justifie pas ce que la société grecque subit aujourd’hui. La grèce ce répondait pas aux critères techniques (au demeurant imbéciles) pour entrer dans l’europe et la zone euro, ce qui n’a pas empêché l’europe de l’accepter par idéologie. Vu le différentiel de niveau de vie entre l’allemagne et la grèce, l’euro était une aubaine pour les allemands et une condamnation sans appel pour les grecs. L’europe et l’Otan et la classe politique ont fait en sorte que les dépenses militaires explosent au bénéfice des marchands d’armes européens, au détriment des finances publiques du pays. Enfin, l’absence de tout transfert financier massif des régions riches vers les plus pauvres de l’europe (de l’allemagne vers la grèce) impliquait de vivre à crédit pour tenir le choc.
    Bien sûr on a énormément prêté à la Grèce (cela a permis les achats d’armes notamment), mais c’est d’investissements dont elle avait besoin, non de dettes.
    Au final le contribuable européen finira par faire un don massif (via oubli d’une large partie de la dette), en apparence aux grecs, en réalité à l’industrie européenne, notamment bancaire et de l’armement. Il ne peux en être autrement. Par ailleurs le maintien en zone euro est suicidaire, même les élites européennes le savent.



  • vote
    nefertari 8 février 2017 07:16

    @baleti

    Non , bien sûr plus compliqué mais un commentaire ne peut être une soutenance de thèse smiley



  • 1 vote
    nefertari 7 février 2017 19:25

    @baleti
    Les USA ont signés le Traité de non prolifération nucléaire et le seul fait d’avoir aidé une enclave de fanatiques en Palestine à acquérir l’arme nucléaire (on soupçonne plus de 100 têtes nucléaires aujourd’hui) les met hors jeu pour parler du respect de la légalité. Que des adeptes du tir aux pigeons sur civils, de l’expropriation depuis plus de 70 ans et de la déportation massive et du révisionnisme, souhaitent sanctuariser le territoire indument acquis se comprend. Leur refus qu’un voisin fasse de même (Irak puis Iran) se comprend aussi.
    Ayant signé le traité l’Iran renonce à fabriquer l’arme nucléaire, mais est autorisé à développer le nucléaire civil sous surveillance de l’AIEA. Ils pourraient sortir du Traité et serait attaqué peu de temps après soit par "le pays dont le nom ne doit pas être prononcé", soit par les USA. Aussi simple que ça.



  • vote
    nefertari 6 février 2017 21:19

    Merci d’avoir déniché ça. Je n’ai pas appris grand-chose mais bel échange de points de vue.



  • vote
    nefertari 6 février 2017 19:39

    @Doume65

    Ils connaissaient la réponse : Les 2/3 de la production sont déjà autoconsommés et l’évolution de leur démographie va plus vite que leur capacité à produire plus.
    Ensuite le pétrole sers très peu à faire de l’électricité et ils ont besoin de centrales pour suivre l’évolution du niveau de vie combinée à la hausse démographique.
    L’énergie nucléaire est du passé pour vous, pas du tout l’opinion des chinois par ex qui vont mettre en service plus de 100 GW de nucléaire. La population a dépassé 80 millions de personnes et ce n’est pas l’hydroélectricité qui suffira pour les besoins à venir.
    Par ailleurs qui sommes-nous pour vouloir empêcher les Iraniens de faire ce qu’Indiens et Pakistanais et "le pays dont on ne doit pas mentionner le nom" ont fait pour sanctuariser leur territoire ? Pas loin de l’Iran existe un petit "pays" qui a déjà bombardé la quasi totalité de ses voisins et semble peu pacifique. Eux aussi ont le droit d’avoir peur. Un seul pays dans la région possède l’arme nucléaire : un équilibre de la terreur implique qu’on soit deux au minimum. Cela ne m’aurait pas choqué qu’ils cherchent à l’avoir. Clairement si ce fut leur souhait ils ne le peuvent plus en tout cas.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité