• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

poetiste

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 356 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 2 votes
    poetiste 27 juin 2011 08:09

    Et Mantégna, et Dali ? La vue dans l’espace est certainement un don mais pas l’essentiel de l’art.
    Il n’empêche que le Beaver est un sacré castor, très talentueux, amazing, vraiment !
    Toute forme de l’art est acceptable, alors ceux qui en font une critique à l’emporte pièce se trompent.
    Pas de censure, ni sur l’art, ni sur la poésie, ni sur la musique !
    Le goût ou l’amour obligés, c’est l’enfer.
    A voir la forme de l’art imposée dans les pays totalitaires, il y a de quoi devenir neurasthénique parce que justement, ce n’est plus de l’art. (Ça doit être du cochon).
    Les goûts et les couleurs, c’est du subjectif à l’état pur.
    Voir l’intention et l’âme de l’artiste au travers de son art, c’est tout un art. Question de sensibilité.
    Un ouvrier en bronze qui brandit un marteau et une faucille dans un pays communiste ou la tronche de Koméni plaquée sur les murs en Iran, ça ne me branche pas.
    Il y a évidemment de l’art dans le spectacle de rue, l’art de nous étonner, c’est déjà ça .



  • 4 votes
    poetiste 24 juin 2011 20:38

     

    On se couche.

    On peut ne pas aimer Zemmour et Nolleau mais dire qu’ils ne sont pas intelligents, là, c’est le ver de terre qui critique l’étoile. Du calme les coyotes !

    Un peu de compassion s’il vous plaît pour ces deux cérébraux qui critiquent tout ce qui bouge. Imaginons-les aujourd’hui n’avoir plus que leur autocritique à faire : ils vont se détruire, pas besoin d’en rajouter. Les gladiateurs sont fatigués.

    L’émission va s’adoucir, s’aseptiser. Les politiques pourront se risquer à venir jouer leur rôle de m’as-tu-vu avec mon nouveau bouquin sans se faire estourbir.

    Mais ! Qui sait ? Le chant des sirènes contiendra peut-être plus de piège et plus de fiel encore.

    Alors les scotchés de l’émission auront leur comptant de polémiques, c’est ça qu’ils attendent ces spectateurs passifs qui vivent par personnes interposées.

    Et Ruquier, l’anti Molière, aura conforté sa place de vibrion hyperactif dans l’univers impitoyable du grand fromage de la télé.

    Laissons les papillons de nuit se coller sur les lumières artificielles et allons nous coucher de bonne heure pour le bonheur de ne pas voir ça. Il y a des jeux plus édifiants.



  • 1 vote
    poetiste 22 juin 2011 14:25

    Il y a toujours un politique pour montrer qu’il est là, (toujours trop tard), quand il y a mort de petite fille. Le malheur des uns fait la promotion des autres.
    Et ce politique se montrera encore pour le jugement du criminel en exigeant une répression ferme.
    Moralité : C’est tout gain politiquement de se pointer une fois le malheur arrivé, plutôt que de s’attaquer à la prévention où là, personne n’a l’honneur des gazettes, des médias pervertis.
    Ce n’est pas la qualité de l’individu qui paye, c’est sa représentation. Discrétion et modestie sont la mort de la politique du pouvoir,(par opposition à la politique de la responsabilité, plus rare celle-là).
    Pour les enfants on a pris la vie d’une camarade et de plus on lui prend sa mort. Il est compréhensible qu’ils sifflent.



  • 1 vote
    poetiste 22 juin 2011 10:25

    ged252, Le FN respecte scrupuleusement le jeu démocratique, dites-vous.

    Il arriverait donc en catimini, ne dévoilant pas ses batteries ? C’est quand le pouvoir est pris que l’on reconnaît le régime populiste ou fasciste.
    Le fascisme est une dégradation progressive de la démocratie qui s’appuie sur l’incurie politique du pouvoir en place.
    En cela, la responsabilité des gens de gauche est énorme car il se sont "caviardisés" jusqu’à oublier le vrai sens du mot "socialisme" ; il ont lourdement failli à leur tâche.
    Les socialistes, obsédés par le pouvoir des urnes en ont perdu leur âme et se sont abîmés dans des luttes intestines navrantes.
    Le fascisme a plusieurs facettes ; reste à voir si on a assez de discernement pour le démasquer, y compris dans les partis en place.
    L’esprit démocratique,c’est de lutter contre le fascisme où qu’il soit et de se méfier qu’il ne nous envahisse pas nous-mêmes.



  • 3 votes
    poetiste 22 juin 2011 09:55

    Tout à fait d’accord "jmcn" !
    Les historiens ont toujours cette complaisance avec les pires prédateurs de l’histoire et ils imposent cette admiration béate à l’éducation nationale.
    Le roi soleil, on devrait le foutre en taule aujourd’hui de même qu’un Bonaparte qui a voulu faire l’Europe pour lui tout seul, cet homme qui a instauré le centralisme policier si spécifique à la France, par les préfectures.
    L’éloge de la violence a toujours donné du nerf à la guerre et la foule a toujours été manipulable en ce sens bien qu’elle en paye les frais au bout du compte.
    Le devoir de défendre la démocratie n’est pas effectif dans les écoles. Alors, si on imagine que l’élève a regardé une connerie américaine à la télé et que c’est là son seul repère de citoyenneté, on a plus que les yeux pour pleurer.
    Notre société en représentation favorise le plus voyant, le "m’as-tu-vu", l’inutile, le nuisible et de ce fait enfume afin que la gabegie profite aux prédateurs en place.
    Indignons-nous, redonnons sens à la démocratie ! Le peuple n’est pas, il s’est fait "avoir".

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès