• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.

Tableau de bord

  • Premier article le 13/08/2019
  • Modérateur depuis le 02/09/2019
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 28 1807 976
1 mois 0 148 0
5 jours 0 20 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 44 26 18
1 mois 1 1 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : nombre de réactions













Derniers commentaires




  • 4 votes
    maQiavel maQiavel 18 octobre 2019 11:06

    J’ai de plus en plus l’impression que ce qui se passe actuellement en Syrie est le résultat d’une grande manœuvre enclenchée par Poutine et Trump pour piéger Erdogan et les Kurdes du PYD. C’est une hypothèse que j’aurai trouvée délirante il y’a quelques jours mais quand on observe les faits on remarque :

     

    -que les américains ont donné un feu orange à l’opération militaire turque ( qui rappelle un peu le feu orange donné par l’administration américaine à Saddam pour envahir le Koweït). En effet, Si Washington n’avait pas annoncé le retrait de ses troupes et fait mention de son désintérêt de la cause kurde, Ankara n’aurait jamais lancé son opération militaire.

     

    -que les Kurdes, lâchés par les américains n’ont pas eu d’autres choix que de faire appel au gouvernement syrien par l’intermédiaire de la médiation russe, ce qui signe l’arrêt de mort du système politique qu’ils ont mis en place.

     

    -que l’armée syrienne et américaine se coordonnent pour que les bases militaires américaines du nord-est de la Syrie passent sous contrôle du gouvernement syrien. Et ça c’est le plus étonnant quand on sait que l’objectif américain était de renverser Assad et de se servir de ces bases pour briser l’arc chiite. Cette coordination n’a pu se faire que grâce à la médiation russe puisque tous les canaux entre officiels américains et syriens étaient coupés. Résultat : Damas vient théoriquement de récupérer en quelques jours plus d’un quart du territoire syrien !

     

    -que les américains ont vite fait volte-face vis-à-vis de l’opération militaire turque et les à stopper , on pouvait penser que c’est de l’esbrouffe mais Trump a réellement annoncé la signature de décrets portant à 50% contre 25% aujourd’hui les tarifs sur l’acier turc et la suspension des discussions qui portaient sur un accord commercial de 100 milliards de dollars entre les deux pays, ce qui a eu un effet déstabilisateur quasi immédiat puisque l’annonce a déjà entraîné une baisse de la livre

     

    -que les troupes syriennes affrontent réellement les rebelles pro -turques, ce qui ne peut avoir lieu qu’avec la bénédiction de Moscou qui a en même temps envoyé sa police militaire patrouiller dans la région pour d’éviter des affrontements directs entre forces turques et syriennes

     

    -qu’Erdogan, complètement isolé, est contraint d’accepter un cessez le feu et doit maintenant discuter avec Poutine pour que ce dernier l’autorise à occuper une zone tampon au nord de la Syrie (ce que Poutine acceptera certainement mais pas dans les dimensions prévues dans le plan turc, pas sous contrôle des rebelles pro-turcs, et pas sans la contrepartie d’Idlib qui reste sous influence d’Ankara ).

     

    Le résultat de la manœuvre : Trump aura réussi à désengager ses troupes comme il en avait fait la promesse ( au grand dam des faucons américanistes ), Poutine aura rempli l’objectif de faire rentrer dans l’escarcelle du régime baasiste la quasi-totalité du territoire syrien, les Kurdes du PYD sont niqués et voient leur rêve d’autonomie s’envoler et Erdogan est le dindon de la farce qui aura permis tout ça en attaquant les Kurdes sans gagner grand-chose si ce n’est le retrait des forces kurdes de la frontière qu’il va déguiser en victoire diplomatique pour sauver la face.

     

    Si cette hypothèse est juste, ce qu’on pourra vérifier dans les prochains jours, alors on a assisté là au plus grand coup géostratégique de ce siècle, ce serait énorme.  smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 18 octobre 2019 09:04

    @Laconicus

    En effet, je n’ai jusque-là jamais entendu un monsieur islam se plaindre d’être haï, calomnié, expulsé ou anéanti. Si comme vous le dites cet affreux jojo n’existe pas ( moi je n’en sais rien, j’en entend parler mais je ne l’ai jamais vu ou entendu), alors c’est très amusant parce que certains font réellement des griefs à ce monsieur ( ou cette dame, peut-être est-ce un transgenre, un asexué, un non binaire ou un gender fluid, les définitions postmodernes de genre ouvrent de nombreuses perspectives ) pendant que d’autres le défendent et ça fait des débats interminables sur sa véritable nature. Et que penser de ces gens, se décrivant comme musulmans, qui ne dérogent à aucune loi, mais qui sont assimilés par certains à des colons et des envahisseurs dangereux à cause des griefs qui sont fait à cette personne peut être imaginaire ? Nous vivons dans un monde étrange.  smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 18 octobre 2019 09:01

    @erQar

    Je te l’ai déjà dit mais je le répète, je ne crois pas à cette théorie. Il y’a eu en France des individus se présentant comme musulmans qui ont tué des centaines d’innocents au nom de leur religion, il est logique qu’il y’ait des réactions d’hostilité vis-à-vis d’elle. Je ne suis pas entrain de défendre cette hostilité, je dis qu’on peut comprendre son émergence au regard du contexte, pas besoin d’un grand complot pour l’expliquer. D’autant plus qu’à coté, il y’a de nombreux autres problèmes liés à l’insécurité dans certains quartiers peuplés majoritairement d’individus de confession musulmane, à la visibilité de pratiques culturelles dites musulmanes qui fait naitre un sentiment de dépossession culturelle ( de ne plus être chez soi ), à des revendications politiques communautaires, tout cela est mélangé et étiqueté confusément  « Islam » et provoque des réactions d’hostilité.

    Certes, certains exagèrent ( parfois sciemment) en s’imaginant face à un danger mortel et imminent nécessitant la mise en place de mesures d’exception pour contrer une menace existentielle comme lorsque les allemands étaient aux portes de Paris en 1914 mais de l’autre côté, le comportement de beaucoup de personnes se décrivant musulmanes favorise cette psychose, ça aussi il faut le dire. Il y’a des réseaux se réclamant de l’islam qui propagent une interprétation des textes religieux qui légitiment les meurtres, les violences et la domination politique, ça c’est un fait et il est inacceptable. Ce n’est pas parce que certaines personnes, dont je fais partie, déconstruisent les exagérations (parce qu’elles peuvent mener à des remèdes plus dangereux que le mal qu’ils sont censés guérir) que ça veut dire qu’elles pensent que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, il y’a de réels problèmes et des mesures bien réfléchies et appliquées avec rigueur doivent être prises.

    Bref, moi je vois un phénomène qui peut s’expliquer rationnellement sans avoir recours à l’hypothèse psyop.

     



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 17 octobre 2019 20:54

    Donc il lui est arrivé de descendre d’un bateau parce qu’il y’avait une femme voilée parmi les passagers. Eh ben j’espère pour lui qu’il ne s’est pas rendu compte de sa présence après le départ du bateau et que ça ne l’a pas forcé à revenir sur les rives à la nage… ou en voilier, ce qui serait paradoxal.

    Au moins avec ces coups de pression médiatiques de ces dernières semaines, on ne pourra plus dire que les médias ont de la mansuétude ou de la bienveillance envers l’islam.



  • vote
    maQiavel maQiavel 17 octobre 2019 09:19

    @Laconicus

    Je ne confond pas les trois notions dont vous parlez, je parlais de ces gens qui essaient d’utiliser la laïcité pour imposer leur vision de l’identité française. Je leur conseillais, au lieu d’instrumentaliser la laïcité pour parvenir à leurs fins, de chercher à mettre en place un régime qui imposerait autoritairement ce qu’ils pensent être les codes culturels français au mépris de la liberté la liberté de culte, de conscience, d’expression, vestimentaire et autre, ce serait l’imposition politique de ce que les autorités de ce régime appelleraient la « francité », de plus ce régime permettrait d’interdire le voile, de fermer les mosquées, de pénaliser les expressions considérées comme musulmanes, d’expulser les musulmans et autres indésirables et d’ouvrir des camps de rééducation ou seraient assimileraient de force ceux qui auraient des traits culturels jugé exogène, de mettre en place des lois d’exceptions et discriminatoires etc. Ils auront enfin la Reconquista dont ils rêvent tant et pourront remodeler la France à leur convenance, des objectifs que la laïcité leur permettra pas d’atteindre. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Ses favoris



Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité